Transparence cosmétique: Sephora écope d’une amende de 200K €

À la suite d’une enquête de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes DGCCRF, le groupe LVMH qui crée et commercialise les produits cosmétiques vendus sous la marque Sephora, a accepté le paiement d’une amende transactionnelle de 200 000 €. Pour avoir manqué de transparence cosmétique. Face à des consommateurs de plus en plus exigeants en termes de transparence cosmétique sur la composition des produits, les actions de cette instance sont de plus en suivies et relayées.

transparence cosmétique sephora

Une amende pour Sephora

Depuis plusieurs années, la DGCCRF mène des contrôles poussés sur les allégations portées sur les produits cosmétiques. Les fabricants de cosmétique se doivent de délivrer une information loyale et transparente aux consommateurs. Début 2020, elle s’est intéressée à des produits de la MDD (marque distributeur) Sephora commercialisée par la société S+ (filiale de Sephora). La DGCCRF a constaté que plusieurs références de masques mettaient en valeur sur leurs packagings des ingrédients ne représentant qu’une infime part du produit fini. « Dans deux d’entre eux, « Masque stick spiruline- purifiant » et « Masque peel-off points noir », les analyses ont relevé que les taux de concentration des ingrédients dont la présence dans les produits était valorisée dans l’étiquetage et sur le site internet, à savoir l’ingrédient « spiruline » pour le premier et les ingrédients « acide glycolique » et « aloe vera » pour le second, ne représentaient pas plus de 0,2 % du produit fini. Bien que fortement mis en avant sur le packaging de ces deux masques, la faible concentration de ces ingrédients ne permet pas d’établir le moindre effet allégué du produit fini », explique la DGCCRF dans un communiqué de presse. Mettre en avant les bienfaits de la spiruline, revient donc à une forme de tromperie du consommateur qui va acheter le produit pour les composants. Avec l’accord du Parquet de Nanterre, la société S+ a accepté le paiement d’une amende transactionnelle de 200 000 €, proportionnelle à la gravité des faits constatés. Le masque stick à la spiruline a été retiré à la vente.

Les contrôles de la DGCCRF sur les allégations produit et la composition

Au-delà de cette affaire, sur les plus de 1000 produits cosmétiques contrôlés par la DGCCRF en 2020, 25% présentaient des allégations trompeuses ou injustifiées. La DGCCRF prévient qu’elle continuera ses contrôles en 2022. « Les allégations sur les cosmétiques doivent être véridiques, sincères, et les professionnels doivent être en mesure de les prouver », précise la DGCCRF.

C’est pourquoi il est difficile de relier des bénéfices à des actifs si la marque ne dispose pas d’études sérieuses provenant du fournisseur d’actifs cosmétiques ou si elle ne respecte pas les concentrations du test. La question est aussi de savoir à quelle hauteur mettre la barre en termes de concentration dans la formule pour pouvoir en faire un argument de vente figurant en évidence sur le packaging. L’ancienne règle des 0,1% ou 0,2% est bien révolue si l’on veut éviter de passer pour mensonger ou trompeur.

Transparence cosmétique : Se référer à la liste des ingrédients INCI pour avoir une idée de leur concentration

Conseil: Si vous voulez avoir une indication sur la teneur en ces ingrédients actifs revendiqués, il vous suffit de jeter un coup d’oeil à la liste INCI qui les classe selon leur concentration. Par ordre décroissant. Donc, s’ils apparaissent à la toute fin, c’est que la teneur est très faible.
Vous pourriez aimer lire l’article du blog dédié aux allégations autorisées et interdites en 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.