Transparence alimentaire: sous pression, le géant Nestlé adopte le nutri-score

Face à la demande de transparence alimentaire, le géant Nestlé réagit et adopte un étiquetage qui éclaire le consommateur sur les qualités nutritionnelles du produit. Une réaction de ce géant de l’agro-alimentaire en réponse à la pression des millennials qui utilisent des applis telles Yuka pour gérer leurs achats alimentaires. 

transparence alimentaire

Le Nutri-score, une solution scientifique, mais simple de transparence alimentaire sur le plan nutritionnel. 

C’est un logo conçu par le professeur en épidémiologie nutritionnelle Serge Hercberg et ses équipes pour informer le consommateur sur la qualité diététique des produits alimentaires. On lui doit également l’étude Su.Vi.Max sur la supplémentation en vitamines et en minéraux auprès de 13000 volontaires. Une étude qui avait défrayé la chronique dans les années 2000 en montrant une baisse du nombre de cancer chez les hommes, et non chez les femmes.  Et en se concluant sur la nécessité de l’apport naturel via l’alimentation. Cela avait conduit à mettre en oeuvre le slogan Mangez 5 fruits et légumes par jour. Nouveau combat avec le Nutriscore: Ce nouveau logo associe lettres et couleurs pour attribuer une note scientifique aux produits alimentaires. Apposé sur les packagings de ces derniers, il a pour objectif d’informer les consommateurs et consommatrices sur la qualité nutritionnelle des produits. Il est très simple en termes de couleur : puisque le vert est le meilleur sur le plan diététique, le rouge le plus mauvais.

nutri-score
Or, il y a quelques années, une coalition composée des géants américains Mars, Unilever, Mondelez, PepsiCo, Coca-Cola et du suisse Nestlé (surnommés les « Big 6 ») avait choisi de développer un logo trompeur pour les consommateurs. Une démarche que leurs lobbies avaient réussi à préserver de l’imposition d’un logo unique et scientifique. Reposant sur un système de couleurs et fonctionnant par portions, il accordait de bonnes notes à la plupart des produits. Mais aujourd’hui ce type d’approche associée à du greenwashing est fortement décriée par les ONG et les associations de consommateurs car trop favorables pour les géants de l’agroalimentaire et pas assez sincère.

Sous la pression des associations et des consommateurs plus soucieux de transparence alimentaire

Depuis des années, l’association de défense des consommateurs Foodwatch milite pour l’adoption généralisée d’un logo coloré obligatoire à l’avant des emballages, partout en Europe et reposant sur des critères scientifiques. L’ONG mène des actions en France, mais aussi dans plusieurs pays européens en Allemagne et aux Pays-Bas où elle pousse les autorités à adopter le Nutri-score via des pétitions. Les consommateurs, notamment les Millennials attendent aujourd’hui des marques qu’elles devancent les lois et s’engagent totalement dans la transparence alimentaire. C’est pourquoi, en attendant, ils se tournent vers les applications type Yuka. Des applis alimentées par la base de données Open Food Facts qui référence près de 600 000 produits en open source

Petit à petit, les Big 6 changent de camp.
Ainsi, en 2018 déjà, Mars avait choisi de se désolidariser en abandonnant le système de logo trompeur. Depuis, le système choisi par les Big 6 a été suspendu.

nestlé

La décision de Nestlé pousse le curseur un cran plus loin. « Lorsque la France a adopté le Nutri-score, Nestlé avait choisi le clan des Big 6 », se souvient Karine Jacquemart, directrice de foodwatch France. « Que Nestlé adopte le Nutri-Score en Europe est donc une vraie victoire et va montrer la voie aux États membres et aux entreprises qui hésitent encore. Nous voulons croire qu’il deviendra bientôt obligatoire pour tous, car c’est là un véritable enjeu de santé publique », espère-t-elle. Parmi les géants, le français Danone se distingue sur le plan de l’engagement éco-responsable. Son patron, Emmanuelle Faber, prend la parole régulièrement pour défendre ses objectifs de bio, de réduction des déchets et de préservation de la planète. Il annonce l’apposition du logo Nutri-score sur l’ensemble de ses produits laitiers d’ici la fin de l’année.

Autre sujet de santé alimentaire : la liste des allergènes de plus en plus intégrée par les artisans et les chefs

Les artisans de bouche, les grands chefs comme les grands pâtissiers s’y mettent sous l’impulsion des étrangers et des Millennials. Ainsi, le pâtissier Pierre Hermé au talent reconnu internationalement propose avec ses macarons un leaflet (petite brochure) expliquant les variétés de macaron de saison ainsi que la liste des ingrédients potentiellement allergènes.Un souci de transparence, du respect d’autrui et même un esprit green. En effet, son offre de macaron est calée sur les fruits de saison pour respecter le rythme de la nature et minimiser le transport des matières premières. Par là-même , il rejoint les préoccupations de ses clients parisiens comme des étrangers qui progressivement adoptent une conscience plus green. 

En parallèle, les géants de la cosmétiques comme L’Oréal, Unilever prennent le virage de la transparence pour mieux informer les consommateurs et ne pas laisser le champ libre aux marques indépendantes ou aux applis (cf article).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.