Do It Yourself: la création ou fabrication maison s’envole

Do It Yourself

Mais c’est quoi cette nouvelle tendance à vouloir tout faire soi-même ? Depuis que nous sommes confinés, restreints dans nos déplacements et que nos heures au-dehors sont comptées, un nombre grandissant de personnes se sont découverts des vocations de : décorateurs, bricoleurs, tricoteuses, céramistes, cuisiniers, pâtissiers etc… Pourquoi pas …

Mais le web est envahi de tutoriels sur tout et beaucoup de n’importe quoi avec des professeurs improvisés qui gagnent beaucoup d’argent à nous apprendre tout un tas de choses que connaissaient nos grands-mères qui n’avaient pas eu la chance de naître à l’ère numérique.

Je sais bien que le temps parfois vous semble long. Que vous ne pouvez décemment pas relire tout Balzac et passer vos week-ends à re-ranger vos placards par couleur. Mais quand même !

Nous voilà revenus au temps des travaux pratiques en maternelle. Séances que pour ma part je redoutais particulièrement. Je suis sûre que vous vous souvenez …

Que ce soit pour fêter maman : HOP ! Un joli collier en pâtes crues,  ou papa : VLAN ! Un beau vide poches en coquille Saint Jacques …Chouette ! Non mais franchement ! Déjà qu’il faut se contenter d’aller à la supérette pour avoir une vie sociale, on va pas en plus devenir des « Zezette épouse X ?

(Dans le film du Splendide « le père Noël est une ordure » Zézette recycle les coquilles d’huître pour en faire des cendriers).

L’autre soir, je tombe sur un reportage à propos d’une jeune femme qui fait fortune sur les réseaux sociaux en vous apprenant comment transformer des rouleaux de papier toilette ou d’essuie-tout en flamant rose et autre cache-pot absolument MAGNIFIQUE ! Ben non, c’est nul en fait, je dirais même plus, c’est niais. ET C’EST LÀ QUE JE DIS STOP !

Laissons aux plus petits le privilège des choses moches mais pleines d’amour. Gardons-leur l’exclusivité d’un imaginaire débridé pour des « objets » qui de toute façon iront un jour à la poubelle ou au fin fond d’un placard. Moi, en ces temps de disette culturelle, je milite pour le beau et le bien fait. Le durable et le savoir faire des artistes, artisans, designers. Quand nous n’aurons plus, ni musées, ni théâtres, ni spectacles et bien il nous restera encore la possibilité de regarder de beaux objets. Comme ce joli vase aux teintes aquatiques réalisé à Biot par des souffleurs de verre aux gestes ancestraux. Ou bien ces magnifiques tapis patiemment tissés de fils multicolores dans les montagnes de l’Atlas. Et nous voyagerons par la pensée, nous remémorant les lieux, les petites boutiques des ruelles pittoresques où nous les avons achetés et cela nous fera du bien.

Sinon, je vous prédis un Noël 2021 100 % Do It Yourself . Mais, je vous aurais prévenus, cette fois il vous sera impossible de revendre sur internet le joli cadre photo en bouchons de bouteille plastique…

Tenez bon, tenez beau et soutenez les artistes, ils en ont bien besoin en ce moment !

Babette Koenig

Pour mettre du sourire dans la monotonie ambiante, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pour croquer notre vie.  Beaucoup d’entre nous se retrouveront sûrement dans ce coup de gueule empreint d’humour contre le Do It Yourself et la défense d’une noble cause – les artistes… Des illustrations et des chroniques d’humeur signées par Babette Koenig styliste-illustratrice.
Vous pourriez également aimer l’une de ses précédentes chroniques intitulée Bal masqué.

Tuto luxe : the perfect parisienne selon Roger Vivier, humour & décalage

Quand une marque luxe s’appuie sur le mythe internationale de la parisienne pour son brand content. Le chausseur Roger Vivier manie avec humour et décalage ce mythe international incarné notamment pas Inès de la Fressange et mis en musique dans de nombreux livres à succès outre-Atlantique. Une façon branchée d’attirer les Millennials et d’entretenir son image de marque luxe et pointue. Une image dont Inès de la Fressange est l’ambassadrice depuis quinze années et permet d’attirer à la marque des clientes de 40 ans et plus.

film roger vivier

Dédié aux Millennials, ce film réunit tous les codes iconiques de la parisienne.

La vidéo The perfect parisienne emprunte tous les codes architecture et lifestyle à la représentation internationale de Paris : intérieur classique et fastueux XVIIIème d’un hôtel, baignoire ancienne, boiseries dorées, sol en marbre  mais aussi béret féminin. Le rythme impulsé par des plans rapides et la lumière pastel lui confère modernité.

parisienne

Véritable tuto, ce film à la fois pédagogique et léger, explique en image tous les attributs de la parisienne toujours chaussée en Roger Vivier avec les it-modèles de la saison, des souliers bijoux et ballerines à boucle iconique, mais aussi sneakers graphiques et it-bags.

Des modèles dessinés par Bruno Frisoni, à la tête de la direction artistique de la maison depuis 2003. Découvrir ce petit bijou réalisé par Victor Claramunt alliant humour et décalage ci-dessous. Il décrit avec fraîcheur la Parisienne assumant son style, à la démarche gracieuse ou à l’attitude ingénue..

Cette vidéo reprend le ton de la maison Roger Vivier déployé sur le web. Un ton en ligne avec l’image de Inès de la Fressange. Dont la marque a également posté la vidéo Automne-Hiver 2017 cet été dans un style plus reportage. Celle-ci incarne les facettes facétieuse et sophistiquée de la maison Roger Vivier. Son aura à l’étranger tout comme les livres dédiées à la Parisienne qu’elle a écrits, font sens et portent la marque. 

En alternant les contenus entre jeunes mannequins et Inès de la Fressange, la marque cherche à fidéliser son coeur de clientèle connecté aux réseaux sociaux tout  en recrutant les clientes plus jeunes de demain. voir certaines Millennials dotées d’un pouvoir d’achat conséquent, séduites par le mythe de la parisienne. Un mythe qui s’évapore généralement lorsqu’il est confronté à la réalité lors d’un voyage à Paris. La parisienne donnant à voir dans la réalité une image plus décontractée que chic, naturelle plus que sophistiquée. Mais avec un je ne sais quoi qui fait toutefois la différence…

Lire également l’article sur le concept-store Inès de la Fressange ou sur l’exposition Roger Vivier au Palais de Tokyo retraçant l’histoire de la maison et ses modèles iconiques.

Dior initie les millenials à la dance battle pour Poison Girl eau de toilette

A l’occasion du lancement de l’eau de toilette Poison Girl, Dior lance une initiative originale, l’initiation à la dance battle. Pour séduire les millennials, Dior adopte un ton résolument jeune et poursuit sa collaboration avec l’actrice et égérie Camille Row. Après nous avoir emmenés en boite pour le lancement du parfum original dans un tête à tête amoureux. Cette fois-ci, la maison de luxe s’adresse à la tribu millenials et s’adapte à leurs envies, aspirations et hobbies pour mieux les séduire. Dior adopte les codes de la génération Y et leurs goûts en matière de parfum. Décodage.

dance

Leçon de dance battle par Dior Poison Girl, Camille Row et son gang de filles

Jeunes femmes à la personnalité affirmée, mais sensuelles dans leur danse, ce gang de filles se lance dans une dance battle face à un groupe de bad boys dans un parking assez glauque. Voici le pitch de la pub qui emprunte de nombreuses références au cinéma de la pop culture. Lumière des phares, néons, voitures, atmosphère chargée en agressivité et musique entrainante forment la signature visuelle de ce film.

pub-poison-girl

L’originalité réside dans la création de 5 vidéos tutos qui initient l’internaute à reproduire la chorégraphie de Holly Blakey. Chaque mouvement de danse est ainsi décortiqué pour faciliter son apprentissage sur la même musique endiablée de « No rebel« , un titre du DJ electro house Surkin spécialement créé pour Dior.

Parce que la danse et le parfum sont deux armes de séduction massive et lascive. Tout comme la danse, le parfum n’est pas statique, il évolue en volutes des notes de tête, aux notes de coeur, puis aux notes de fond. Pour chaque tuto de danse, une ambassadrice du gang est choisie et sa dance battle porte un nom explicite « Own the stage », « Feel the Space », « Warm it up », « Rise the heat ».

Ces danse battles ont pour point final, stage 5 ou « Poison Kiss ». La it-girl Camille Row Pourcheresse y exécute une démonstration magistrale, sexy et agressive, en duo. Quand féminité et agressivité se lient pour faire succomber le mâle ! Au global, une grande diversité de personnalités est ainsi proposée, propulsant cette campagne digitale dans les codes 2.0 des millennials.

Une fragrance douce amère aux multiples facettes pour séduire les millenials ce printemps.

Les facettes olfactives de l’eau de toilette Poison Girl mêlent le chaud et le froid, à l’instar du duo de dance ci-dessus. Ce nouveau jus associe des notes d’orange givrées fusantes à des fleurs chaudes et sensuelles comme le néroli vert, les roses emblématiques de Damas et de Grasse. Le fond sensuel enrobe le tout avec de la fève tonka et des touches de vanille. Cette version plus légère que le parfum original est parfaitement adaptée à la progression des températures.
Mon avis : une fragrance qui souffle le chaud et le froid tout comme son égérie. Gageons que le parfum lui-même réchauffera la température et les coeurs.

eau de toilette Dior
La nouvelle eau de toilette Dior Poison Girl

Pour son créateur, Fraçois Demachy, le nez maison Dior, « c’est une composition troublante qui garde son charme caressant, mais lance en même temps des piques fraîches ».
Dior Poison Girl eau de toilette. En vente en 3 contenances, 30ml, 50ml et 100ml chez Sephora, Marionnaud et les parfumeries sélectives. Et sur le site de e-commerce dédié aux parfums origines.com 

Rachat : Estée Lauder s’offre à prix d’or la marque Too Faced, star du net

C’est la plus chère acquisition du groupe Estée Lauder. Une star du net et des réseaux sociaux, la marque de maquillage luxe très populaire  : Too Faced. Ultime exemple de la guerre d’acquisitions entre Lauder et L’Oréal sur le terrain des jeunes marques.  Leur business model s’appuie avant tout sur leur popularité sur les réseaux sociaux. Avec un terrain de jeu : le secteur du maquillage, segment qui résiste mieux en Europe et aux USA que le soin de la peau.
Reminder : Estée Lauder a ainsi annoncé le rachat de Becca Cosmetics le mois dernier tandis que le groupe L’Oréal rachetait IT Cosmetics. Des marques essentiellement américaines tant en termes d’origine que de déploiement commercial. Charge aux deux groupes d’assurer désormais leur développement international.

rachat-too-faced

Too Faced Cosmetics, le rachat d’une pépite aux yeux d’Estée Lauder

Une pépite dont le prix s’élève à 1,45 milliard de dollars (1,35 milliard d’euros). Cette transaction la plus chère pour le Groupe se justifie par sa popularité auprès de la jeune génération, les Millenials et la génération Z. Sa principale clé de succès réside dans sa puissance digitale et dans sa forte capacité à produire des vidéos tutoriels de qualité sur Youtube. La marque affiche ainsi près de 250 000 abonnés à sa chaine Youtube et une moyenne de 18 000 vues par vidéo. Voici quelques exemples de tuto maquillage ou de vidéo témoignage du fondateur et directeur artistique, Jerrod Blandino, de Too Faced.


De plus, la marque de maquillage américaine réunit plus de 7,3 millions de followers sur Instagram. C’est aussi l’une des croissances les plus fortes avec un chiffre d’affaires de 270 millions de dollars cette année, en progression de +70%.

too faced

En termes de produits, la marque créée en 1998 s’appuie sur des noms farfelus, un brin espiègle, en rupture avec les codes du marché du sélectif, et des formules de haute qualité. Ainsi, le bestseller est le mascara Better than Sex. Suivent derrière  les différentes palettes de maquillage Chocolate.

better-than-sex-mascara

palette makeup

Les fondateurs expriment une vision originale de la beauté :  » nos produits donnent confiance aux femmes pour qu’elle s’amusent, jouent et voient grand ».
Découvrir l’offre Too Faced sur leur site, chez Sephora ou sur le site marchand thebeautyst. Les prix démarrent à partir de 15 euros.

Si vous êtes intéressé(e) par les politiques de rachat des grands groupes de la beauté, je vous incite à lire l’article dédié aux acquisitions dans les parfums rares ou de niche. Paru cet été sur le blog Beauty Decoder.

[Cheveux] Tuto catastrophe, Philips innove en social media #hairfail

S’inspirant d’un tuto catastrophe qui a fait le tour de la toile avec plus de 39 millions de vues, Philips innove côté social média en menant une opération #Hairfail. La marque incite ainsi les internautes à partager leur témoignages de leurs expériences cheveux qui ont viré à la catastrophe (+ concours à la clé). Un moyen malin pour faire du buzz, créer de l’engagement pour la marque Philips. Tout en mettant en avant son expertise beauté et sa complicité avec les femmes. Vous le savez, certains accessoires de coiffure (lisseur, fer à boucler) ou certaines pratiques réalisées à domicile (décoloration agressive, coloration mal maitrisées, lissage brésilien raté…) peuvent s’avérer dangereux. Et se révéler une source de buzz incroyable ! Et de bad buzz!

cheveux-brules-tori-locklear-tuto

L’histoire remonte il y a 2 ans. Une jeune américaine, Tori Locklear, s’est rendue célèbre contre son gré pour avoir posté son premier et dernier tuto beauté où elle partageait son expérience avec un fer à friser. Sauf que dès la première mèche, elle la perdait complètement,collée au fer visiblement beaucoup trop chaud.  Spectaculaire et criant de vérité!

La marque Philips s’est emparée de cette histoire et de cette vidéo tuto qui a été vue plus de 39 millions de fois et a proposé à Tori Locklear de renouveler l’expérience et de devenir ainsi leur ambassadrice sur les réseaux sociaux. A l’occasion du lancement de leur nouvel accessoire boucleur, le Philips Easy Natural Curler. Un outil de coiffure spécialement conçu pour protéger les cheveux et le cuir chevelu des brûlures accidentelles. La vidéo mettant en scène la réconciliation de la youtubeuse avec le fer à boucler a été postée sur la page facebook Philips.

Philips-Easy-Natural-Curler

Socialyse pour Philips Beauté – «Partagez vos… par
 
Et surtout, pour susciter de l’engament : commentaires, partages… Philips, marque spécialiste des accessoires beauté et bien-être, a invité les internautes féminines à partager leur « Hair Fail » ou échec capillaire, pour tenter de remporter le nouveau boucleur (concours).  #hairfail : Brûlures, boucles ratées, cheveux coincés dans le sèche-cheveux et grillés, odeur de cochon grillé, frange asymétrique, désastre en coloration et tutti quanti…Vous pouvez y participer en cliquant ici. La marque spécialiste des accessoires et devices beauté pour femmes et hommes a également fait signe à l’artiste française Mélanie Pontabry pour illustrer les meilleures anecdotes et ainsi produire davantage de contenu sur la page facebook.  Un succès immédiat, en seulement trois jours plus de 10 000 likes sur facebook et de nombreux commentaires et témoignages postés. Vous pouvez également lire l’analyse détaillée de cette innovation produit sur le blog Babillages ici.

Sinon, en cette période qui précède l’été, vous pourriez être intéressée par le nouvel épilateur à lumière pulsée que j’ai testé pour vous. Voici l’article que j’ai dédié à Philips Lumea sur le blog pour une épilation quasi définitive.