Revente: déposer ses articles de luxe au comptoir de Vestiaire Collective

Quand la plateforme de revente d’article de luxe ouvre un comptoir aux Galeries Lafayette Champs Elysées, elle noue un contact physique avec ses clientes. À l’ère digitale, nombre de pure players aspirent à s’établir physiquement pour toucher d’autres clients. Après une période de test, Vestiaire Collective propose désormais un service de conciergerie au sein de ce grand magasin version concept-store de luxe. Ainsi les clients peuvent venir y déposer les vêtements et accessoires de marques premium ou luxe qu’ils souhaitent vendre sur le site de seconde main.

luxe seconde main

L’opposé du click and collect, un procédé qui permet de donner une seconde vie à ces objets. En phase avec les préoccupations environnementales actuelles. Et un marché de la revente en forte croissance (à 2 chiffres) dans la mode et le luxe.

comptoir revente galeries lafayette

Un comptoir de revente Vestiaire Collective dédié aux vêtements et accessoires de luxe installé aux Galeries Lafayette Champs Elysées

La plateforme de revente créée en 2009, Vestiaire Collective, passe au phygital. Au 1er étage du bâtiment, le comptoir permet aux particuliers de bénéficier de l’expertise de Vestiaire Collective dans la revente de leurs pièces. Sur place, l’équipe s’occupe de les trier, de les enregistrer sur le site en leur créant une fiche produit, de fixer le prix de vente. Vestiaire Collective prend également en charge la réalisation de la transaction et l’expédition du colis à l’acheteur. Un service clé en main, pour lequel Vestiaire Collective prend une commission sur la vente (entre 23 et 38%, plus l’article est cher, moins le taux est important). Une commission plus élevée que si vous gérez vous-même directement la revente sur l’application, située autour de 20%. Ce partenariat avec Vestiaire Collective est une manière pour le grand magasin de développer son offre « en faveur d’une mode plus vertueuse » en favorisant l’économie circulaire. Côté Vestiaire Collective, cette conciergerie physique offre l’occasion de convertir des prospects à la revente sur internet tout en les accompagnant dans leur première démarche.

revente luxe vestiaire collective

Croissance attendue de la mode et du luxe seconde main.

L’appétence des Millennials et de la génération Z pour l’achat et la revente d’articles d’occasion et le succès des sites web de revente, dont Vestiaire Collective est le leader luxe, incitent de plus en plus de marques et enseignes traditionnelles à s’y engouffrer (cf l’article du blog sur Aigle et Petit Bateau). Des friperies traditionnelles aux applications en passant par les boutiques physiques, la commercialisation de la mode de seconde main est protéiforme. Chacun cherche à recruter de nouveaux clients intéressés par l’aspect smart et green de la seconde main. En 2019, 25% des consommateurs internationaux ont acheté un article mode d’occasion, contre 24% en 2018, ce qui représente environ 10 millions de nouveaux clients en un an pour la seconde main.

Quel est le profil des acheteurs de seconde main ?

Le cabinet Boston Consulting Group (BCG) a enquêté auprès de 7.000 consommateurs dans six pays (Etats-Unis, France, Espagne, Italie, Allemagne et Royaume-Uni). 70% d’entre eux a indiqué se tourner vers la seconde main en raison de son caractère durable, contre 62% en 2018. Les autres critères d’achat pour l’occasion sont l’aspect économique, la disponibilité et la singularité des pièces. Parmi ceux qui se contentent d’acheter de la seconde main, on distingue deux profils. Les moins de 35 ans déclarent être en quête d’articles à forte valeur ajoutée. Ils cherchent de l’expérience et une certaine authentification. Les plus de 35 ans, quant à eux, déclarent rechercher de produits uniques et exclusifs.

Longévité et économie circulaire: Aigle, Petit Bateau…

En choisissant de communiquer sur la longévité des vêtements, leur transmission, leur revente en seconde main, Aigle et Petit Bateau adoptent une même posture. Les deux marques mettent ainsi en exergue la qualité, la résistance et la durabilité de leurs vêtements. Tout en répondant à une aspiration croissante des consommateurs : l’économie circulaire. La marque centenaire Aigle ouvre un nouveau chapitre avec sa publicité empreinte d’esprit et d’émotion qui nous rappelle bien des souvenirs d’enfance. Un ton juste pour s’identifier dans ce film qui est relayé par une opération digitale sur les réseaux sociaux.

longevite pub Aigle

Aigle surfe sur l’émotion, l’enfance et la longévité de ses vêtements

La marque Aigle nous conte une histoire de transmission poétique, de temps qui passe, de sortie d’enfance avec pour fil rouge une doudoune jaune. La marque connue de plusieurs générations réussit ainsi à se faire aimer sans baratin inutile. La jeune héroïne convoite la doudoune jaune de sa grande sœur. La petite fille l’essaie à plusieurs âges de sa vie. Sans être à sa taille… Et puis, un jour, ça y est, le truc en plumes lui va comme un gant… C’est alors que la grande sœur quitte la maison… En léguant à la petite blonde, la doudoune, avec, dans la poche, un petit mot, « prends en soin ». Un pitch qui souligne la longévité, la durabilité du vêtement reprises dans la signature Pour tous les temps, et pour longtemps. Aigle et son agence Rosapark mettent ainsi l’accent sur la seconde vie des vêtements. Une proposition cool et responsable.

De plus, parallèlement au film, Aigle propose sur Instagram un jeu concours permettant d’écrire un petit mot à son frère ou à sa soeur de coeur… afin de gagner des articles Aigle grâce à une tribu d’influenceurs triés sur le volet. Histoire de cultiver le lien familial en cette période compliquée qui nous isole les uns des autres. La famille ayant longtemps été au coeur du territoire publibitaire de la griffe Aigle.
Lors du Black Friday, Aigle avait annoncé la fermeture de son site de vente Cette décision avait pour objectif de mettre en avant “Second Souffle”, nouvelle rubrique du portail spécialement dédiée à la revente de pièces d’occasion. Elle permet aux clients de retourner des vêtements, chaussures et accessoires pour leur permettre de s’inviter dans une nouvelle garde-robe.
En outre, depuis le 16 décembre, le portail de vente de déstockage VeePee propose à ses clients de renvoyer leurs produits Aigle usagés en l’échange de bons d’achat à valoir chez Aigle. Une opération baptisée “Re-Cycle”. Deux initiatives pour encourager un mode de consommation plus raisonné et sensibiliser les consommateurs à l’économie circulaire. Quant aux lieux de production, le bottier limite le Made in France à ses bottes les plus iconiques, historiques et chères
.

seconde main aigle revente

Pionnière, Petit Bateau offre une seconde vie aux vêtements depuis 2017 pour souligner leur résistance.

Des vêtements bien pensés, offrant une grande liberté de mouvements aux enfants et une longévité prouvée. En s’inspirant des pratiques des mères de famille : transmission au sein de la fratrie, don ou revente entre amies. La Marque est en effet pionnière sur le marché de la seconde main avec « Les Occasions » de l’Application Petit Bateau lancée dès 2017 où les clientes fidèles se revendent entre elles les vêtements de leurs enfants devenus trop petits. Petit Bateau entend ainsi favoriser l’économie circulaire en promouvant la longévité de ses produits.

Géré en interne, ce nouveau service digital de revente permet aux clients de fixer librement leurs prix.

resistance longevite Petit Bateau

Petit Bateau privilégie l’éco-conception avec des matières responsable à la faible empreinte carbone.

La marque du groupe Yves Rocher propose aussi des collections éco-conçues qui ont un faible impact sur la planète lors de leur entretien comme le lin, l’utilisation de polyester recyclé. Ainsi 100% de la collection naissance est en coton biologique. Le recyclage d’une partie des produits (matières issues de la coupe des vêtements) sert à créer des isolants dans le Bâtiment et des rembourrages dans l’Automobile. L’accent est mis sur les enfants

En quête d’une mode plus durable et moins polluante pour la planète, mais aussi moins onéreuse, les consommateurs se tournent vers des plateformes qui proposent des vêtements, chaussures et accessoires d’occasion, obligeant la plupart des marques à repenser leur offre. Eram, Jacadi, Globetrotter, Bocage, Patatam, Ba&sh, JM Weston… Longue est la liste des enseignes à avoir récemment dévoilé leurs ambitions pour la seconde main, qui fait de manière croissante l’objet de shop-in-shops dédiés sur leur site e-commerce. Et des marketplaces comme Zalando et La Redoute avancent également leurs pions.
Évalué entre 30 et 40 milliards de dollars (25 à 34 milliards d’euros), soit environ 2% du poids total du secteur mode et luxe, le marché mondial de la seconde main devrait croître de 15 à 20% par an au cours des cinq prochaines années, selon un rapport remis en septembre par le cabinet BCG .

Economie circulaire dans le luxe: prêt chez Ba&sh, le seconde main s’envole

Poussé par les Millennials, le luxe se tourne vers l’economie circulaire pour répondre à leur quête de sens et d’engagement pour la planète. La marque Ba-sh prend cette année une initiative intéressante autour du prêt de vêtement. Quant à la tendance du seconde main dans le luxe, elle s’affirme année après année et s’envole à l’horizon 2023 (source Thred up)

fondatrices Bash
Les fondatrices de Ba&sh

Expérience client autour du prêt, Ba&sh innove et signe avec Claudia Schiffer.

La marque de luxe abordable Ba&sh propose un nouveau service pour l’ouverture de sa nouvelle boutique à New York dans le quartier branché de Nolita. Un service en phase avec les pratiques des générations Y et Z puisque celles-ci sont davantage dans l’expérience que dans la possession. Le prêt de tenues, elles le font déjà entre copines pour une soirée ou un évènement particulier. L’originalité est que ce soit la marque qui le propose en boutique. Une jolie façon de nourrir le buzz tout en s’inscrivant dans les valeurs de confiance, d’authenticité. Et d’asseoir le positionnement de cette marque crée par Barbara Boccara et Sharon Krief autour de l’amitié. Concrètement tous les vendredis de 15h à 19h, chaque cliente a le droit d’emprunter le temps du week-end une pièce de la collection. Cerise sur le gâteau, le pressing est pris en charge par la marque Ba&sh. Voilà une expérience client mémorable pour fidéliser la clientèle et la faire se sentir comme à la maison. Il est vrai que cette marque âgée de 15 ans dispose de moyens importants depuis que son capital est détenu à 50% par LVMH (plus précisément le fonds L Catterton) en 2015.

Claudia Schiffer

Ba&sh vient également de signer avec Claudia Schiffer, sa nouvelle égérie pour la collection été 2019. Son image se prête aisément au style chic décontracté de la marque parisienne. Une marque qui connait une belle croissance puisqu’elle compte aujourd’hui près de 200 boutiques de par le monde. Et qui investit dans le digital, avec notamment un partenariat avec le géant chinois Tmall.com .pour assurer son développement en Chine.

ECONOMIE CIRCULAIRE facilitée, boostée par le digital

Les consommateurs d’aujourd’hui partagent une préoccupation croissante, celle de prolonger la vie de leurs produits et de les donner, de les vendre ou de les recycler lorsqu’ils n’en veulent plus. Selon l’enquête Cofreet Ipsos, les Français sont en effet près de 40% à donner leurs vêtements, soit à des associations (27%), soit à leur entourage (12%). Ils sont également 33% à les déposer dans des conteneurs de recyclage de textiles. 14% d’entre eux –et en particulier les 18-34 ans – s’adonnent à des activités de revente ou d’échange. Ils participent ainsi activement à l’economie circulaire. Le numérique, l’intelligence artificielle facilitent ce business peer to peer mettant en relation un consommateur avec un autre consommateur.

economie circulaire

Ceci explique le succès du site de seconde main Vinted (plateforme présente dans 10 pays), mais aussi de Videdressing (filiale du BonCoin pour le luxe) et Vestiaire Collective dans le luxe. Une des clés de succès de ces acteurs de l’economie circulaire est l’absence de commission prise sur les ventes jusqu’à 150€ par l’application Vinted. Lancé en 2009, VideDressing annonce un catalogue de 950 000 produits  de plus de 14 000 marques avec un éventail allant de Zara à Prada. Et des prix réduits jusqu’à 80% par rapport au neuf. La seconde clé de succès est la chasse aux contrefaçons, c’est le point fort de Vestiaire Collective. La plateforme française propose de vérifier physiquement l’authenticité des objets par une équipe d’experts. Installés dans des bureaux à Paris, Londres, New York, Milan, Berlin et Hong Kong, ils collaborent de façon étroite avec les acteurs du luxe, elle est devenue le leader européen. 

occasion second hand

La seconde vie des objets de luxe est une vogue. Plus besoin de se cacher pour les revendre. Le bouche à oreille fait progresser la notoriété des acteurs de l’economie circulaire. Selon une étude menée par Thred up, le marché de la seconde main dans la mode et le luxe pourrait passer de 24 milliards en 2018 à 53 milliards de dollars en 2023 (moitié en donation ou en fripe, moitié en revente). Un tiers des achats de vêtement de deuxième main se ferait sur internet en France. Acheter des vêtements ou des objets de luxe d’occasion constitue une façon responsable de consommer. Et rejoint à ce titre  les préoccupations émotionnelles mais aussi économiques des consommateurs. Nombreuses sont aujourd’hui les générations qui luttent contre le gaspillage dans leurs pratiques quotidiennes. Elles furent choquées par la destruction des invendus de Burberry cet été, une pratique ancienne du luxe désormais à contre-courant. Ce bad buzz a d’ailleurs amené le fleuron britannique à revoir sa copie environnementale.

Certaines maisons comme Hermès avec petit H vont plus loin dans l’economie circulaire. Elles pratiquent l’upcyling que je vous décoderai dans un prochain article avec notamment l’exemple de la start-up Mama Praia. Elles valorisent ainsi leur engagement pour la planète, en phase avec les attentes du moment… Quand le combat d’une marque pionnière comme Hermès rejoint l’imaginaire et les attentes de clients.