La vraie vie : C’est reparti !

vraie vie déconfinement

C’est reparti ! Les petits noirs du matin avec le journal, les « déjeuners avec salade composée … Non pas de dessert… C’est quoi le dessert du jour ? Alors un café gourmand, les portions sont toutes petites ! » Les repas d’affaires, les lunchs entre filles, les dîners en amoureux … Dehors, au bistrot du coin.
Les verres de rouge, les verres de blanc, les smoothies, les jus qui donnent bonne mine, les expressos avec le petit carré de chocolat. « Et avec un verre d’eau s’il vous plaît! »
Les conversations qui s’éternisent, les serveurs débordés qui font de l’humour…ou pas.
Tout le monde est heureux, joyeux, léger… On a tellement à rattraper, à se dire, à partager… Jolies robes qui volent au vent, costumes légers bleu azur, on se fait beaux car, oui, c’est la fête. On célèbre tout ce qui nous a tant manqué : la vraie vie et cet art de vivre qui finalement nous lie bien plus qu’on ne l’imaginait.
Les marronniers sont en fleurs, les pigeons roucoulent « revoilà les miettes ! » On se faufile entre les tables qui débordent sur tous les trottoirs, on est bien…enfin.
Et c’est presque comme avant, presque… On le sait tous, on y pense. Un peu pour certains, beaucoup pour d’autres.
Notre chère vie d’avant est fragile et il faut faire attention. Rien n’est encore complètement acquis. Oui, oui, on le sait bien !
Mais, là, en ce beau mois de juin, celui de la liberté retrouvée, de la convivialité chèrement reconquise, on n’a pas envie d’y penser n’est-ce pas ? Sur les terrasses en bois, nous nous attardons jusqu’à ce que le soleil disparaisse à l’horizon. D’ailleurs, attention aux coups de soleil, aux marques de bronzage disgracieux, genre cycliste, ça tape dur au mois de juin ! N’oubliez pas votre crème protectrice qui en plus sent bon et annonce l’été à venir : La plage, les grands espaces, les repas sous les pommiers.
Nous allons nous retrouver en familles, avec des amis et juillet- août aura cette une saveur toute particulière.
Croyons en nous, en notre force de vie et ensemble parions sur la réussite de cet été tant espéré.

Babette Koenig

Parce qu’elle croque nos envies et nos états d’âme avec finesse, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pleins d’esprit.  Beaucoup d’entre nous se retrouveront sûrement dans cette envie de déconfinement et de retour à la vraie vie, vie en extérieur avec nombre d’amis. D’ailleurs Monoprix vient de lancer une nouvelle campagne célébrant le retour à la vraie vie pour les citadins.

vie en ville pub monop


Vous pourriez également aimer l’une des précédentes chroniques d’humeur de Babette Koenig intitulée Do It Yourself

Brève de luxe : ouverture du palace Peninsula

C’était hier l’ouverture du 9ème palace parisien, le Peninsula, avenue Kléber, à l’emplacement de l’ancien centre des conférences internationales. Un palace au design contemporain et à l’esprit asiatique moins marqué que le Shangri-la. C’est également le 3ème palace à la gestion asiatique après le Shangri-la situé dans l’ancien hôtel du prince Bonaparte à Iéna et le Mandarin Oriental, rue Saint Honoré, à ouvrir sur Paris pour capter la clientèle croissante et fortunée en provenance d’Asie. Pour la chaîne, c’est un tournant stratégique puisque c’est le premier palace qu’elle ouvre en Europe.

hall-suspension-palace-Peninsula

Vous y êtes accueilli par un groom tout de blanc vêtu et une superbe suspension de feuilles de verre très poétique dans le hall côté avenue des portugais et par des lions massifs côté Kléber. Ses principaux atouts résident dans une terrasse ensoleillée et surélevée sur l’avenue Kléber, protégée d’une marquise de verre, un restaurant à la vue époustouflante sur la Tour Eiffel, l’oiseau blanc et une terrasse panoramique au 6ème étage avec une vue à 360° sur Paris. Un resto où la déco contemporaine célèbre l’avion bi-plan Levasseur datant de 1927. Mon conseil si vous êtes à Paris en août, faites le forcing pour y réserver une table car il et annoncé complet jusqu’à septembre.

avion-de-levasseur

resto-l-oiseau-blanc

Peninsula-terrasse-du 6

Au rez-de-chaussée, l’offre conviviale est pléthorique, bar cozy et classique, grande brasserie lumineuse et restaurant de spécialités chinoises Lili – où sont prodigués des mets issus de la gastronomie cantonaise, la meilleur qui soit en Chine.Le terrasse Kléber sera une solution de repli agréable si l’oiseau blanc est incessible. Je vous recommande leur excellent thé glacé.

portrait-de-lili

Thé galcé sur la terrasse du Peninsula et ouverture de my little box (article à venir)
Thé glacé sur la terrasse du Peninsula et ouverture de my little box (article à venir)

Ce palace XIXème aux dimensions majestueuses n’est pas sans partager les valeurs et agréments du Peninsula de Hong Kong, hôtel mythique qui a su conserver  son esprit historique. Une étape indispensable lors d’un séjour à Hong Kong, ne serait-ce que pour y prendre un thé.

Infos pratiques sur ce palace.

Hôtel The Peninsula, doté de 200 chambres et suites

19 Avenue Kléber, 75016 Paris, à proximité de l’Arc de Triomphe

01 58 12 28 88

Restaurant L’oiseau blanc au dernier étage,  terrasse ouverte jusqu’à 1 heure du matin, 01 58 12 67 50

Plus de détails sur le site web.