Dans ma peau, cette expo dévoile connaissances scientifiques & perspectives

Le Musée de l’Homme consacre une exposition entière aux connaissances scientifiques sur la peau et aux nouvelles perspectives de recherche. Car la peau est un organe vital essentiel, le plus grand du corps humain. Sa connexion avec le cerveau fait l’objet de nombreuses recherches tant dans le domaine hospitalier que dans les groupes cosmétiques. Cette exposition immersive nous plonge dans le fonctionnement de cet organe. Elle est le fruit de la collaboration entre L’Oréal et le Musée de l’Homme. Voici ce qui m’a frappée dans l’expo Dans ma peau.

scientifiques peau

Cette expo interactive rend ludiques les connaissances scientifiques sur la peau

Le visiteur est invité à plonger au coeur de cet organe vital en commençant par la surface et à comprendre de façon interactive les multiples fonctions de la peau. Ainsi, pour appréhender les 600 000 récepteurs du toucher, un jeu lui fait toucher du doigt les récepteurs de la chaleur,  les récepteurs sensoriels de l’humidité, les nocirécepteurs à la douleur… grâce à une console. Ces récepteurs informent alors directement le cerveau des menaces, des changements par le toucher.
Autre domaine de connaissance : la couleur de la peau. Le visiteur est placé face à un nuancier géant de 66 teintes représentatives des teintes à travers le monde. Je me suis prêtée au jeu et ai avancé ma tête dans une chromasphère. Cet instrument mesure par colorimétrie la couleur de la peau sur deux axes : jaune-rouge et clair-foncé. Soit 66 combinaisons possibles recueillies par L’Oréal à travers le monde et utiles à la conception des teintes de fond de teint. La couleur de la peau pour laquelle la mélanine joue un rôle majeur, est modulée par la latitude, l’âge et l’ethnie. Elle résulte d’un long phénomène d’adaptation à l’environnement et aux mouvements de population.
L’exposition s’intéresse également au vieillissement de la peau à travers le monde. Nous sommes très inégaux face au vieillissement. Ce qu’illustrent les trois morphings vidéo, c’est la nécessité de bien protéger la peau du rayonnement nocif des UV. En effet, les UV accélèrent très fortement le vieillissement que l’on soit blanc, black ou asiatique.
Parmi les connaissances scientifiques appréhendées récemment figure le microbiote de la peau. Les recherches scientifiques sur le microbiote cutané ont démarré, il y a 10 ans, soit 10 après celles sur le microbiote du tube digestif. Elles ont révélé qu’à la surface de la peau vit un milliard de micro-organismes : microbes, bactéries, levures et champignons. Certains ont un rôle bénéfique : ils créent des micro-antibiotiques. Cet écosystème change au moment de la puberté et de la ménopause. Ce déséquilibre peut alors provoquer de l’acnée, de l’eczéma, de la rosacée ou du psoriasis. Pour progresser dans la connaissance, L’Oréal s’est rapproché de la société uBiome qui procède par intelligence artificielle. Et peut-être à terme, proposer des soins de la peau personnalisés. Ceci conclut la première partie dédiée aux fonctions de la peau au Musée de l’Homme.

musee de l'homme

Place au high tech : reconstruction de la peau, bio-impression et capteurs connectés

En 40 ans de recherche, les techniques de peau reconstruite ont fait d’incroyables progrès. Le processus part de culture de cellules à partir de biopsies en 1979, puis plus récemment à  partir d’explants de chirurgie esthétique. Les échantillons de cellules sont congelés à moins 200 degrés pour les endormir. Après l’épiderme, les équipes de recherche, les biologistes, réussissent à cultiver du derme.  En 1986, le modèle de peau reconstruite est complet. La recherche y ajoute des mélanocytes, puis récemment les cellules immunitaires ou cellules de Langerhans. En vue de travailler sur les allergies de contact. En ce moment, les recherches portent des modèles reproduisant la sensibilité de la peau. De nouvelles pistes s’ouvrent avec la bio-impression 3D depuis 5 ans et l’ajout du microbiote. Elles permettent de faire des liens vers des pathologies ou des grands brûlés. Ou encore des greffes de peau.

peau reconstruite

On utilise la bio impression pour positionner les cellules ou pour mimer une ride ou une glande. Ces nouveaux modèles sont utilisés pour mesurer l’efficacité des actifs ou de la toxicité. Dernière perspective : les capteurs connectés ont été présentés au CES (Consumer Electronic Show) sous la marque La Roche Posay en janvier (cf cet article du blog). Très prometteurs !

piercing

Une seconde expo est dédié au piercing. Ce piercing qui pare la peau depuis la nuit des temps est ici montré sous l’angle anthropologique et sociologique.

Exposition Dans ma peau au Musée de l’Homme Du 13 mars au 3 juin 2019
17 Place du Trocadéro 75116 Paris Ouvert de 10h à 18h sauf le mardi Tarif 12 €

Avancée dans la recherche contre la chute de cheveux au Japon

L’AFP vient de publier des progrès importants dans la recherche sur la chute de cheveux. En effet, une équipe de chercheurs japonais a annoncé avoir mis au point une méthode de culture rapide de follicules capillaires. Cette avancée devrait permettre à long terme de trouver une solution à la repousse des cheveux.

chute de cheveux

Car aujourd’hui, les solutions existantes, hors chirurgie esthétique et implants capillaires, sont médicamenteuses et permettent avant tout de freiner la chute. Ainsi, le Minoxidil® et le Propecia® autour de la molécule Finastéride® sont des médicaments lourds. Ils nécessitent un traitement à vie sous peine de voire les bénéfices disparaitre immédiatement. De plus, ils comportent de fortes contre-indications (femmes enceintes pour le Finasteride®…) et n’autorisent que rarement une repousse.

Actuellement de grands groupes comme L’Oréal ou de grands Laboratoires arrivent à cultiver des cheveux ex vivo en laboratoire, mais lentement et en petite quantité. L’intérêt de la recherche japonaise est de pouvoir cultiver 5 000 de ces « germes » ou follicules pileux en quelques jours, sachant que l’homme possède une masse capillaire d’environ 100 000 à 150 000 cheveux. Et qu’un follicule peut produire des cheveux pendant 6 à 10 ans. Dirigée par le professeur Junji Fukuda de l’Université nationale de Yokohama, cette équipe pourrait conduire des tests sur humain dans 5 ans au minimum. Les chercheurs sont convaincus d’avoir trouvé une piste pour lutter contre l’alopécie (chute de cheveux), mais aussi pour venir en aide aux personnes suivant des traitements de chimiothérapie. L’ensemble des travaux a donné lieu à une publication dans la revue médicale Biomaterials. Selon l’éminent Professeur Funji Fukuda, « un nouveau traitement faisant usage de cette technique pourrait être disponible dans 10 ans. » De quoi, aiguiser la curiosité de la moitié des hommes de 50 ans et plus. La moitié d’entre eux est en effet touchée par la calvitie.

Vous pourriez aimer lire les articles du blog consacrés à l’anti-chute Vichy ou aux compléments alimentaires cheveux Inneov ou Oenobiol.

Une découverte sur la peau à l’origine de Shiseido Ultimune

Après la recherche sur les antioxydants, les gènes, les cellules souches, Shiseido ouvre une nouvelle voie avec l’immunité dans le soin de la peau. La découverte du système immunitaire de la peau qui décline avec l’âge a permis à Shiseido une nouvelle approche dans le soin de la peau. Décodons ensemble cette découverte et le fruit de cette recherche, le soin Ultimune qui fait partie des grandes innovations de la rentrée. Edit : Une innovation également saluée par les journalistes des 45 éditions du magazine Elle dans le monde entier. Elue meilleure innovation pour l’année 2014 le 4 décembre 2014.(Elle Beauty Awards) et Prix d’Excellence Marie-Claire de la beauté 2015 (édit).

découverte-Shiseido-Ultimune

DECOUVERTE SCIENTIFIQUE : l’immunité de la peau décline avec l’âge

Tout comme le reste de l’organisme, la peau possède son propre système immunitaire, ce système est constitué des cellules de Langerhans (qui sont également impliquées dans les phénomène d’allergie cutanée). Face à une agression extérieure, un stress émotionnel, ce sont elles qui se mobilisent pour défendre la peau, l’organe le plus exposé aux agressions et aux bactéries. Avec l’âge, les enzymes apaisantes des cellules de Langerhans voient leur activité diminuer, la fonction barrière est moins efficace. Mal défendue, la peau devient terne, le teint perd de sa fraîcheur, devient irrégulier et le vieillissement de la peau s’accélère. Doté d’actifs végétaux boostant ces cellules, le soin Ultimune renforce le pouvoir de défense de la peau.

Au-delà de la decouverte et de l’innovation scientifique, le sérum Ultimune s’appuit sur une texture inouïe, le point de forces des soins japonais, à la fois dense et fondante qui laisse la peau bien mate, elle ne brille pas à la différence de nombreux sérums. Pas besoin d’en mettre beaucoup, ce soin concentré s’étale facilement sur l’ensemble du visage et s’applique avant votre crème. Il viendra se substituer, le cas échéant, à votre sérum habituel. Cerise sur le gâteau, son parfum aromacologique, à la rose et au lotus, possède des vertus bénéfiques sur notre humeur. Quant à son flacon rouge, ses courbes séduisantes et dynamiques évoquent l’énergie transmise par le produit.

decouverte-pub-shiseido-ultimune

Pour la première fois, Shiseido à décidé d’investir sur les écrans pour soutenir ce produit qui a nécessité 20 ans de recherche. Un film publicitaire visible sur les écrans de télévision à partir du 6 octobre. Une réalisation très classique de l’agence Vertu.

A mon avis : une découverte essentielle sur le système immunitaire qui va ouvrir la voie à de nombreux produits, une nouvelle façon d’aborder le vieillissement de la peau. C’est un soin universel qui convient à toutes les peaux et à tous les âges, moins chargés en silicones que de nombreux sérums. Sa texture est un vrai plus, essayer, c’est l’adopter !  Ce soin existe en deux formats de 30ml et de 50ml aux prix conseillés respectifs de 93€ et de 120 euros dans les grands magasins, chez Marionnaud et en parfumeries. Une découverte déjà saluée par 2 prix internationaux Elle et Marie-Claire.

Prix-excellence-beaute-marie-claire-2015

Pour ceux et celles d’entres qui connaissent mal Shiseido, le leader japonais des cosmétiques, une exposition de photos a lieu à Paris à la Gallery Mirror jusqu’au samedi 4 octobre, mettant en scène le talent de ses maquilleurs et coiffeurs.

Le photographe Joichi Teshigahara exposé par Shiseido à la Gallery Mirror
Le photographe Joichi Teshigahara exposé par Shiseido à la Gallery Mirror

Fan du Japon, je vous invite à découvrir l’exposition au Bon marché qui lui est consacré. Vous y trouverez une sélection de marques présentes uniquement sur le sol japonais et fort réputées là-bas que j’ai décrite dans cet article en cliquant.