Produit essentiel : le maquillage en est-il exclu ?

Cette semaine, le gouvernement a alimenté la polémique autour du maquillage et de son caractère essentiel ou pas. S’agit-il d’un produit indispensable, comblant un besoin primaire ? En effet, l’annonce du ministre délégué chargé des PME, Alain Griset, a jeté un coup de froid. « Les produits d’hygiène seront gardés, le maquillage non, les grandes surfaces les retireront des rayons », a précisé lundi 2 novembre le ministre. Beaucoup de préjugés, peu de connaissance terrain. Rectification le lendemain avec la liste des produits essentiels dont la vente est autorisée pour les grandes surfaces durant ce second confinement. Ces tergiversations sur les achats de première nécessité au sein du gouvernement montrent combien le le maquillage détient un statut à part inscrit dans le paraitre, dans l’artificiel. Décodage.

produit-essentiel-maquillage

Depuis quelques années, la tendance no makeup s’installait progressivement.

Ces dernières années, la tendance no makeup a succédé au maquillage nude des années 2000. Contrairement à son sens littéral, ce n’est pas l’absence du recours au maquillage, mais l’adoption d’un look ultra naturel. Dès 2017, la mode du « no make up look » émerge fortement. Elle nécessite plus de produits, plus de temps et de technique que l’on pourrait imaginer. Elle repose sur un maquillage extrêmement discret, tout en superpositions. L’objectif est plus d’améliorer plutôt que de transformer ». Il s’agit d’un maquillage très travaillé dans l’esprit des routines asiatiques (Corée, Japon). Un maquillage qui s’inspire du layering, pour obtenir un teint aussi parfait que naturel ! Par ailleurs, des célébrités comme Jesy, de Little Mix, et Holly Willoughby, mais aussi Adèle, Alicia Keys sont apparues sans maquillage ou presque sur les médias sociaux. Parce qu’elles inspirent de nombreuses femmes, ces initiatives contribuent à détourner les femmes du maquillage ou à leur faire adopter des looks plus subtils et naturels.

look no makeup

Pour autant, le maquillage joue un rôle psychologique essentiel en boostant la confiance en soi.

Un rôle essentiel et prouvé sur l’estime de soi par de nombreuses études et par son entrée à l’hôpital. En effet, des ateliers maquillage sont proposés aux femmes atteintes de cancer à l’hôpital Gustave Roussy (Centre de beauté CEW).

maquillage hopital

De même, dans le cadre professionnel, il faut être performante, avoir l’air dynamique. C’est une véritable injonction sociétale. Or, nous ne sommes pas égales devant le temps qui passe et la fatigue. Le maquillage peut alors aider à avoir bonne mine, même quand on est très fatiguée et que l’on doit aller travailler. Certaines femmes se sentent ainsi mieux avec un peu de maquillage, cela les aide à avoir davantage confiance en elle, à aller de l’avant et à se réaliser.

Le confinement et le télétravail font de la tendance no makeup une réalité.

Le second confinement sonne le glas du maquillage des lèvres, voire du teint. Les impératifs sociaux de présentation de soi perdent de leur force et les pratiques changent. Le port du masque est contradictoire avec celui du rouge à lèvres. Le fond de teint voit également son usage réduit car il souille le masque. Seul le regard est donné à voir. De plus, en raison de la généralisation du télétravail, nous sommes moins exposées au regard des autres. L’étude Ifop nous montre que cette tendance « No Make-up » s’accentue, même si elle avait commencé à germer pour des raisons d’écologie et de retour à un soi naturel. De plus, le féminisme interroge le port du maquillage. L’absence de maquillage est, pour certaines, une forme d’affirmation de soi, de refus des diktats de la beauté : un geste bien loin des considérations purement esthétiques. Plus politique, engagé, voire écolo. Vous pourriez également aimer lire l’article du blog stars mises à nu, sans maquillage.

Polémique L’Oréal – Helen Mirren : quand une égérie gaffe et déblatère…

La gaffe de l’actrice et égérie Helen Mirren vis-à-vis de L’Oréal a vite enflammé la presse et les réseaux sociaux. Une polémique autour de la confidence de l’actrice  britannique célèbre pour son interprétation de la Reine Elizabeth dans The Queen et égérie L’Oréal depuis 3 ans pour la ligne de soin pour peaux matures, Age Perfect. Le monde publicitaire et les fabricants cosmétiques peuvent désormais analyser ce cas d’école. Quand une égérie cherche à être authentique et se confie, elle sort du cadre et peut livrer des propos qui desservent la marque.

gaffe

Quelle fut sa gaffe ?  La comédienne et ambassadrice L’Oréal a confié en anglais dans le texte : « probably moituriser does f… all », soit le soin hydratant vaut que dalle probablement, mais cela me fait du bien. Cette gaffe, l’ambassadrice L’Oréal âgée de 72 ans l’a faite au magazine Campaign devant le leader mondial de la cosmétique lorsqu’elle siégeait à un comité organisé par L’Oréal dans le Sud de la France. Elle confiait également ne pas définir les normes pour autrui et être une adepte inconditionnelle du maquillage.

helen mirren l'oreal

Ces propos contrastent bien évidemment avec ceux qu’elle avait tenus en 2014 quand elle intégrait la Dream team L’Oréal Paris. « J’ai toujours aimé la marque L’Oréal Paris et je suis vraiment ravie de devenir ambassadrice et de rejoindre un groupe aux belles réalisations. J’espère pouvoir inciter les femmes à prendre davantage confiance en elles-mêmes en tirant le meilleur parti d’elles-même et de leur beauté naturelle. Nous toutes le valons bien. » Depuis, Helen Mirren a tourné pour L’Oréal le film publicitaire Age Perfect, à découvrir ci-dessous.

Cette gaffe a été reprise par la presse britannique durant le mois d’août, y compris par BBC News. Son langage fleuri a défrayé la chronique et le monde de la cosmétique. Mais l’actrice oscarisée souligne également le confort apporté par les soins hydratants Age Perfect. Un confort révélateur d’efficacité en un sens puisque synonyme de peau nourrie, apaisée, sans tiraillement.

La polémique récurrente qui enflamme les réseaux sociaux concerne L’Oréal et les tests sur animaux. Un post de la jeune youtubeuse EnjoyPhenix avait rallumé la flamme, décodage dans cet article du blog?

Cosmétique Vegan, Bio : sujets touchy sur les réseaux sociaux. Polémique L’Oréal & influenceurs

Les marques beauté cherchent à soigner leur e-reputation en invitant journalistes et influenceurs pour évoquer la cosmetique vegan, bio, l’alternative aux tests sur animaux… Des sujets chauds, engageants qui peuvent déclencher polémique, bad buzzz et bashing sur les réseaux sociaux face à des fans militant(e)s.

vegan

Ainsi, L’Oréal en a fait les frais en invitant des influenceurs, youtubeuses en tête, à découvrir les tests sur peau reconstruite ou méthode Episkin. De même, la marque de cosmétique bio Dr Hauschka lance sa ligne de maquillage bio. Son audace est saluée par certaines, mais d’autres lui reprochent le faible nombre de produits cosmetique vegan.

enjoyphoenix-test-sur-animaux

Des tests alternatifs aux animaux à la cosmetique vegan : L’Oréal, Dr Hauschka

Les consommateurs sont aujourd’hui de plus en plus vigilants et exigeants quant au mode de fabrications des cosmétiques. A la recherche de plus de naturalité, d’authenticité et de produits sains. Ils n’hésitent pas à commenter et à donner leurs avis sur les réseaux sociaux en réagissant aux articles et vidéos postés par les influenceurs. Ainsi, le mois dernier, L’Oréal organisait un voyage pour les youtubeuses et blogueuses influentes à Lyon pour partager avec elles les méthodes de tests alternatifs aux animaux et notamment les tests sur modèles de peau reconstruite, Episkin. A son retour, la youtubeuse EnjoyPhoenix, habituée des plateaux télé, a voulu partager cette information avec ses fans avec un vlog intitutlé L’Oréal teste-t-il sur les animaux ?. Aussitôt, le web s’est enflammé et les réactions furent virulentes. D’autres youtubeuses beaucoup plus investies dans la cause vegan ou cruelty free (non testé sur animaux) ont voulu répondre et apporter des précision, Coline de Et pourquoi pas Coline et Marie de la Cosméthèque.

loreal-nest-pas-cruelty-free-coline

Engendrant des scores de vues comparables. La polémique et le bashing L’Oréal se sont alors installés sur la toile.
La leçon à retenir est qu’il est compliqué pour une marque ou pour un groupe de déléguer le message à des influenceuses non expertes car le risque est toujours la perte de maîtrise du discours et les dérapages que cela occasionne lorsque le sujet fait polémique. (Dans le détail, la réglementation chinoise impose les tests sur animaux, flou sur les tests des ingrédients achetés à des fournisseurs extérieurs qui travaillent à la fois pour pour l’univers médical et l’univers cosmétique…). N’étant pas du tout spécialiste de la question, je vous engage à vous tourner les blogs et sites engagés.

test-cosmetique-alternatif-animaux-coline

A l’autre bout de l’univers cosmétiques, des marques bio comme Dr Hauschka souhaitent proposer des produits green, voire pour certains vegan. C’est-à-dire ne comportant pas d’ingrédients d’origine animale. Le lancement de leur ligne de maquillage est une initiative audacieuse car les contraintes imposées par le bio, et plus encore par la cosmetique vegan sont très fortes pour la formulation du maquillage. Cela restreint fortement le choix des pigments, des supports… C’est après avoir réalisé plusieurs mini-collections de maquillage en édition limitée que Dr Hauschka a décidé de lancer son makeup bio de façon pérenne au vu du succès recueilli.

vegan

Des produits dans lesquels on retrouve des matières premières nobles issues de culture biologique telles l’huile d’argan, les extraits de plantes médicinales, les cires de canola et de marula. Dans sa charte de qualité, ce make-up offre une cosmétique naturelle et biologique, certifié NATRUE, sans parfums, ni colorants, ni conservateurs de synthèse, sans huiles minérales, ni parabènes, ni silicones, ni PEG. L’autre prouesse de la marque allemande est d’avoir réussi à formuler avec un nombre limité de pigments – 53 précisément-, des pigments tous naturels, plus de 80 produits de maquillage. Cela limite la palette de teinte, notamment dans les rouges. Une gamme de maquillage aux prix accessibles entre 15€ (le crayon kajal) et 35€ (la palette ombres à paupières). Certains produits sont même vegan, n’utilisant ni soie, ni cire d’abeille.

poudre-dr-hauschka

Au-delà de sa position de leadership des cosmétiques naturels et biologiques, la marque allemande Dr. Hauschka peut s’enorgueillir d’être la marque chouchou de nombreuses stars, de Julia Roberts à Jennifer Aniston. Conçue il y a 50 ans, sa crème à la rose est désormais un produit culte, soutenu par les célébrités et populaire sur les réseaux sociaux, notamment aux Etats-Unis. Parmi mes expériences beauté bio, j’ai apprécié la finesse et les qualités d’application et d’uniformisation de la poudre. Mais aussi les teintes subtiles du trio blush qui offrent un joli résultat naturel. Quant au gloss, sa texture riche en huile d’argan glisse facilement sur les lèvres à l’application. Il reste naturel et longtemps confortable. Mais parce qu’il est sans parfum, le goût n’est pas terrible. Plus de détails sur la ligne de maquillage sur le site dr.hauschka.com  

gloss-dr-hauschka

En vente à la Maison du Dr. Hauschka, à la Closeraie Dr. Haushka, dans les pharmacies spécialisées en phytothérapie, une sélection de grands magasins et de magasins de produits naturels et diététiques. Au total, 450 points de vente en France. Découvrez leur publicité parue dans le magazine M du Monde.

pub-dr.hauschka

Intéressée par la beauté bio, vous pourriez également lire l’article du blog consacrée à une étude sur la cosmétique bio ou l’interview de la fondatrice d’Absolution, marque bio premium.
Militante ou curieuse du vegan, l’innovation coloration végétale de L’Oréal et de Garnier pour mai 2018 est pour vous.