Premiers pas Vegan pour Garnier et le masque à l’aloe vera : Scoop

Garnier franchira un nouveau pas dès janvier, celui du vegan, après avoir fortement communiqué sur la haute naturalité cette année au travers du lancement nettoyage et soins hydratants au miel de fleurs par exemple. Une ligne à prix très accessible destinée à séduire les jeunes avec des formules aux actifs à 96% d’origine naturelle. En janvier, la marque du groupe L’Oréal sortira une gelée vegan à l’aloe vera sourcé au Mexique. L’annonce a été faite en Angleterre.

vegan

Ce produit généreux à vocation multiple : jour – nuit et masque sera vendu plus cher (13 livres sterling, soit une dizaine d’euros). Il promet un boost d’hydratation de 48h. Sa formulation avec 96% d’actifs d’origine naturelle ne contient ni silicones, ni parabens, ni colorants synthétiques. Pour la marque, vegan signifie l’absence d’ingrédients d’origine animale ou produits par les animaux (comme la cire d’abeille, par exemple). Au-delà de la provenance du Mexique, Garnier précise que les fermiers auprès desquels elle s’approvisionne, ont des revenus justes et respectent le développement durable. Un engagement RSE.
Produit trendy par essence, cette gelée multi-usage contient également de l’acide hyaluronique d’origine naturelle. Pas prise de tête, lorsqu’elle est appliquée en couche épaisse une fois par semaine pour réaliser un masque visage, il ne faut la laisser poser que 3 minutes. Very convenient ! Mon avis : ce qui est malin est la dénomination produit, la gelée qui fait bien écho à l’univers projectif de l’aloe vera. Ce dernier rencontre un fort succès lorsqu’il est consommé par voie orale sous forme de gel. En témoigne le taux élevé de recherches sur Google.
Gelée végétale rafraichissante 3 en 1 de Garnier SkinActive, autour de 10€

L'Oréal revitalift

Si la marque Garnier a toujours prôné la naturalité de ses actifs phares, il n’en est pas de même pour L’Oréal Paris qui notamment sur l’anti-âge revendique des actifs inspirés de la dermatologie ou de la médecine esthétique. Rétinol, acide hyaluronique, acide salicylique ou LHA… Pour autant, la 1ère marque du groupe L’Oréal opère un virage stratégique sur son innovation Revitalift Cicacrème puisqu’elle se met à flirter avec la naturalité. Ainsi, elle met en avant un actif classique de la cosmétique, la centella asiatica plus connu sous le nom herbe du tigre, aux vertus réparatrices.

Elle évoque sa naturalité sur le packaging comme en pub par ses feuilles rouges à l’élégance graphique. Un traité qui rappelle le coquelicot du parfum Flower by Kenzo, décodé dans ce post du blog, ou même l’hibiscus du sérum Dior One.

Et pour plaire aux accros du vegan, L’Oréal Paris spécifie que depuis 1989, L’Oréal est engagé pour un monde sans tests sur animaux. Mais c’est justement sur ce point que la polémique a enflé sur les réseaux sociaux.

Boom des cosmétiques naturels ou green : le flou autour de la communication

Face aux préoccupations sociétales et de santé, les cosmétiques naturels connaissent un véritable boom ces 3-4 dernières années. Aux Etats-Unis comme en Europe. Dans la presse, les sujets de cosmétique naturelle, bio ou green pullulent. Au rythme de créations de nouvelles marques indies (indépendantes) ou de lancement par les marques établies. L’absence de définition précise pour la cosmétique naturelle et la multiplication des différentes certifications (bio, vegan..) rendent les contours flous pour ce marché en pleine croissance.

green

Si la cosmétique certifiée bio se limite en France à 1% du marché, le terrain de jeu des cosmétiques naturels est beaucoup plus vaste. D’autant moins contraignant en termes de formulation qu’il ne requiert que 75% d’ingrédients d’origine naturelle. Charge aux marques et aux produits de communiquer sur des taux pouvant atteindre 95% et plus. 
Flou artistique et aspiration forte des consommateurs pour le naturel et le respect de l’environnement entretiennent les ventes, tout comme le fait que les distributeurs sélectifs élargissent leur rayon dédié ( Sephora, Le Bon Marché, Le Printemps….) ou encore Birchbox.

Les cosmétiques naturels font écho à la demande de transparence et de naturalité des consommateurs

Suite aux enquêtes d’UFC – Que choisir et aux études scientifiques dénonçant certains conservateurs et autres ingrédients chimiques comme perturbateurs endocrininens, allergènes ou iritants, les medias et les consommateurs ont pris conscience de l’intérêt de la Clean Beauty – la beauté Sans. La beauté sans paraben, sans phtalate, sans OGM, sans phénoxyethanol, sans silicone, sans parfum ou colorant de synthèse…Ils sont désormais en demande de transparence et d’ingrédients naturels (sous réserve d’efficacité et de sensorialité bien sûr). Dans l’absolu, les consommatrices françaises comme les américaines se tournent davantage vers les cosmétiques naturels ou green. Une cosmétique davantage soucieuse de l’environnement et de l’engagement sociétal.

Tata Harper

Ce mouvement prend de l’ampleur et fait notamment le succès de marques niches premium comme Tata Harper aux Etats-Unis, Absolution en France. Des marques vendues avec du conseil dans les grands magasins Bon Marché et Printemps. Positionnées à des prix d’accès du sélectif (parfumeries), elles ont les moyens de se battre sur la qualité car certains ingrédients d’origine naturelle et durable sont plus coûteux. De même, les packagings airless (sans reprise d’air) qu’elles adoptent, permettent de supprimer les conservateurs d’origine chimique. Mais avec des dates de péremption plus courtes. Surfant sur cette nouvelle prise de conscience, la start-up Birchbow a ouvert la catégorie « Ingredient Conscious » sur son e-shop Corner Green.

cosmétiques naturels

Le flou de la définition et la confusion des labels entretiennent la cosmétique naturelle, bio ou pas.

De plus en plus de marques ou de lancements produits revendiquent une forte teneur en ingrédients naturels, au-delà de 90%. C’est une faible contrainte de formulation pour les produits de nettoyage, notamment les lotions ou même pour les crèmes hydratantes simples à forte teneur en eau. En revanche, il est plus difficile d’atteindre 25ù ou 50% d’ingrédients issus de l’agriculture bio. En effet, les fleurs sauvages, les vitamines, les minéraux qui sont de précieux actifs, échappent à la définition du bio puisqu’ils ne sont pas cultivables. De même, l’eau ne peut être bio. C’est pourquoi de nombreuses marques à l’instar de Garnier ne communiquent que sur le taux élevé d’ingrédients naturels (lancement SkinActive). Naturel mais pas bio. 

De plus, le foisonnement de labels de certification – Ecocert, Cosmebio, Natrue ou Vegan – rendent flou l’offre produit. Le sujet vegan et les tests sur animaux pour la législation chinoise ont entrainé une lourde polémique sur les réseaux sociaux avec L’Oréal (lire l’article du blog ici

Enfin, le prix des tests et dossiers pour obtenir la certification rebute plus d’une marque. Seules les plus militantes s’engagent dans la voie du Bio. Lire ici l’interview de la fondatrice de la marque Absolution sur le blog.

La fatigue : un boulevard pour Garnier et sa crème de nuit miracle, un film efficace

fatigue-vieillit-GarnierAprès le succès de sa BB cream, Garnier s’ouvre un boulevard avec la problématique de la fatigue qui accentue l’âge perçu en lançant Miracle Sleeping crème et en le soutenant par un film dédié à l’insight : la modification de l’âge perçu sur un visage marqué par la fatigue : Prendre 5 ans en un jour. Un angle qui rencontre une forte adhésion des consommatrices, basé sur un vécu.

L’angle problem solving de la fatigue : original, efficace et porteur pour Garnier Miracle Sleeping creme

A l’inverse de Dove qui oriente l’ensemble de ses campagnes sur l’estime de soi et la valorisation de la beauté naturelle décodées dans cet article du blog, Garnier poursuit la voie du problem solving ou en français, du problème/solution. En adoptant un ton juste et en pointant du doigt une réalité vécue par les femmes, quelque soit leur âge. Basé sur un insight auquel les femmes adhèrent : La fatigue en marquant les trait, fait vieillir la peau et l’âge perçu par autrui augmente significativement. Sous forme de micro-trottoir, ce levier d’adhésion a fait ses preuves. Une expérience étonnante réalisée sous contrôle d’huissier. Qui permet de véhiculer à la fois la fine connaissance des femmes, mais aussi une véritable efficacité anti-âge sans démonstration. Tout est juste induit. Ce film international est signé Publicis Conseil. Une démonstration efficace à découvrir dans ce film posté sur les réseaux sociaux. A découvrir ci-dessous.

Un film dédié aux réseaux sociaux pour soutenir une innovation texture

Au-delà de l’angle original choisi pour cette vidéo, le soin Miracle Sleeping crème bénéficie d’une véritable innovation texture inspirée de l’Asie, une texture à mémoire de forme, et du concept de sleeping mask.  

garnier-miracle-nuit-sleeping-mask

Pour en connaitre le décodage et les détails, je vous engage à lire l’article que je lui ai consacré ici. Une innovation soin anti-âge pour soutenir une promesse forte : éclipser les signes de fatigue durant la nuit.
Mon avis : le vrai plus, c’est la sensorialité de cette texture venue d’Asie. Découvrir les actifs de ce soin de nuit anti-âge et les explications sur sa texture sur le site Garnier.

Copié presque collé en coloration: Schwarzkopf Nectra et Garnier Olia

coloration olia et nectra

Je vous propose de jouer au jeu des 7 différences sur ces deux produits de coloration, fort semblables ma foi. Univers aspirationnel, sémantique, formule, pack, avis, pub et prix, les écarts sont souvent ténus et l’on peut rapidement parler de « me-too » marketing au film pub près.

Remontons en amont pour comprendre. La coloration était un peu moribonde ces dernières années. Pour relancer le marché, il fallait une rupture technologique qui séduise les femmes. L’Oréal, leader sur ce marché, a lancé Inoa dans les salons de coiffure, la première coloration sans ammoniaque à l’huile. Garnier a suivi avec Olia,coloration permanente activée par l‘huile désormais rejointe par Nectra Color de Schwarzkopf.

coloration olia Garnier
Pour les deux marques, l’univers aspirationnel emprunte à la flore et à l’huile leur dimension précieuse par un traité onirique. Garnier joue en majeur la fleur de tournesol fortement évocatrice de rayonnement solaire tout en restant elliptique sur la nature des huiles. Le cheveu est ici présenté comme une matière ultra-noble, fantasmagorique. Quant à Schwarzkopf, la marque choisit d’appuyer la sensorialité autour du nectar de fleurs et des huiles botaniques.

Le registre sémantique utilisé est sensoriel, proche de celui du parfum. Pionnière, Olia est plus précise en reprenant les termes classiques de la coloration : coloration permanente, concentration à 60% en huile, elle est plus pédagogique et dès son nom, met l’accent sur l’huile. Bénéficiant de l’investissement déjà réalisé par Olia, Nectra Color de Scwarzkopf utilise davantage de termes sensoriels autour du résultat : luminosité, nutrition et divin parfum. Un vocabulaire onirique qui fait rêver les femmes pour qui la coloration est un acte contraint « une coloration que vos cheveux vont adorer ».

Côté formule, le point fort d’Olia est sa haute concentration en huile (60%), coeur de la formulation de la crème colorante pour une meilleure imprégnation  et un plus grand respect du cheveu. Cette innovation formule est protégée par 22 brevets. Le bémol, c’est qu’il s’agit avant tout de l’huile de paraffine, pas très naturelle ma foi ! Pour Schwarzkopf, les huiles ne sont pas au coeur du système de coloration, mais juste un ingrédient parmi tant d’autres. Par ailleurs, les différences entre les deux marques se font également dans le choix des huiles, huiles de fleurs (camélia, tournesol, passiflore) pour Garnier et huiles extraites de fruits (pépins de raisin et noyaux d’abricot) pour Schwarzkopf et l’ajout pour ce dernier du nectar de fleur, extrait de pétales Combretum Farinosum aux vertus nutritives. Cet actif est également l’ingrédient star de l’huile Nutrition Gliss. Schwarzkopf propose deux soins masques dans son pack.

Packaging Olia © koidin Dion
Les boites très stylisées d’Olga ©Koidin Dion

En termes de packaging, pour moi, il n’y a pas photo entre Olia et Nectra Color. Garnier a mis au point outre des boites en rupture avec les codes du marché, sans mannequin mais sublimant la matière cheveux, de jolis flacons noir&blanc, aux formes organiques, notamment l’applicateur qui est stylisé. Il n’est pas sans rappeler la forme de la goutte d’huile, élément fort de l’étui, mais aussi celle du flacon de parfum Dior  J’Adore. 

Olia Garnier packaging coloration

Mon expérience perso : Les 2 parfums sont agréables, ça change de l’odeur repoussoir de l’ammoniaque qui nous a longtemps fait fuir la coloration ! Les textures faciles à mixer ne coulent pas trop et les cheveux sont brillants. Même temps de pause 30 mn, le cuir chevelu ne gratte pas et ça c’est un plus. Mais les cheveux sont plus rêches, les reflets moins intenses avec Schwarzkopf avec l’utilisation d’un seul sachet de masque gloss, j’ai d’ailleurs renouvellé l’application au shampooing suivant. Quant à la couverture des cheveux blancs, je n’ai pu la tester, n’étant pas dans la cible.
Mon conseil : bien choisir sa nuance, c’est à mon avis la clé de la satisfaction. Sachez que nous avons toutes tendances à percevoir notre couleur naturelle plus foncée qu’elle n’est aux yeux des industriels. Ainsi, si vous pensez être châtain clair, pour ces derniers, vous êtes blond foncé. Le premier chiffre indique la couleur de base, les suivants les reflets chauds ou froids (cendrés, bleutés).

olia pub print garnier

Match également côté pub en presse comme en film. Les ressemblances sont frappantes entre les 2 annonces presse : survalorisation de la goutte d’huile et de la fleur. Toutefois, Olia a choisi un parti prix fort, plus rupturiste avec une fleur de tournesol stylisée très présente, un cadrage du mannequin atypique et rayonnante et une représentation des cheveux fantasmagorique autour d’une nuance forte et intensément rouge.

nectar color pub print Schwarzkopf

A l’inverse, Swarzkopf privilégie une représentation du mannequin et de ses cheveux plus classique et mise davantage sur celle de la fleur très magique avec un effet poudre d’or science fiction autour de l’étui. Dans les deux cas, le fond noir sert d’écrin à ces visuels, en cohérence avec celui de l’étui packaging. Concernant les films pub pour la télévision, voici celui d’Olia proposée au lancement à l’automne 2012.

Contre-pied des pubs de coloration qui ont tous tendance à se ressembler, Schwarzkopf a décidé de jouer sur le timing de son lancement, février, pour faire un film hommage à l’amour, présent sur les écrans au moment de la saint Valentin. Un film au format râre, près de 2mn, relayé sur les réseaux sociaux et empreint des codes de l’univers parfum. Ce film s’émancipe de tous les messages et réassurances propres à la coloration. Une vidéo aux 12 millions de vues sur Youtube, un succès médiatique et digital en soi.

Dernier critère le prix. Olia est disponible chez Monoprix aux environs de 12,5€, Schwarzkopf Nectra Color est à un prix d’environ 11 euros.

Verdict : Olia de Garnier gagne 5 contre 4 (formule, pack, expérience perso versus pour Schwarzkopf : sémantique, prix, l’univers sémantique et les pubs ne les départageant pas). Quoi qu’il en soit prime au premier, celui qui a ouvert la voie. La voie de la coloration soin, le graal des clientes. 18 mois après le lancement de Garnier, Schwarzkopf surfe sur cette même tendance des colorations à base d’huile ou enrichies en huile pour un plus grand respect des cheveux. L’Oréal emboite le pas avec Prodigy et la technologie micro-huile.

Et vous, êtes vous adepte de la coloration à domicile ou préférez-vous mettre cela entre les mains du coiffeur ? Avez-vous testé l’une des deux colorations ? Partagez avec nous votre expérience et n’hésitez pas à décrire ce qui vous a plu ou déçu.
Quant à cette similitude des produits et des publicités, cela vous choque-t-il ?

Intéressée par d’autres innovations capillaires, vous pouvez également lire l’article de ce blog consacré aux shampooings sans sulfate.
Adepte de la marque Schwarzkopf, découvrir l’article sur sa nouvelle égérie et muse, Claudia Schiffer.

Soin Miracle de Garnier, inspiration chinoise pub et formule

Nouveauté 2014, la pub du soin Miracle de Garnier s’affiche sur nos abribus et dans les magazines. Visuel, sémantique, formule, tout concourt à asseoir l’effet Miracle de ce soin anti-âge, mais… Edit 2015: le soin nuit se lance avec une texture asiatique à mémoire de forme et inspiré du concept du masque « sleeping-pack ». Quand le vent de nouveautés souffle de l’Asie !
Garnier Miracle

Pour le visuel, le geste du mannequin qui « tapote » sa peau, le key visual de la bulle s’inspirent des publicités chinoises pour véhiculer l’idée de transformation immédiate, « miraculeuse ». L’objectif est de mettre en avant l’action immédiate de ce soin visage. Innovation dans le soin anti-âge, l’effet flouteur immédiat ou blur aux US s’inspire des produits asiatiques à cheval entre le soin et le maquillage, ils gomment le grain de peau, un effet Photoshop. Les femmes japonaises ou chinoises portent une très grande attention à la qualité de peau, elles recherchent un grain uniforme, régulier et des pores resserrés, affinés. C’est leur préoccupation majeure alors qu’en Occident, les femmes se concentrent sur la lutte contre les signes de l’âge : marques de fatigue, ridules et rides, perte d’éclat ou de fermeté.
Pubs Chine

Côté sémantique, ce soin Miracle s’inscrit dans le même registre que Dream Skin de Dior, Dream Tone de Lancôme ou Revitalift Magic Blur de L’Oréal, dont il partage les bénéfices. Un registre jusqu’à présent utilisé pour les produits de maquillage : Dream Matte Mousse, bestseller de Maybelline, Teint Miracle de Lancôme, la BB cream Nude magique de L’Oréal…quoique ce terme Miracle figurait déjà dans la définition du produit qui a fait récemment le succès de Garnier, la BB crème.

Quant à la formule, l’accent a été mis sur l’effet transformateur immédiat via des pigments optiques et des silicones pour lisser optiquement la peau et lui donner de l’éclat. C’est une action de surface qui est complétée par celle de la base de la formule anti-âge. Pour donner davantage de crédit à cette action anti-âge, la marque revendique 12 brevets, un complexe anti-age associant 7 actifs. Ces actifs sont le LHA exfoliant, la vitamines C  (plus précisément un dérivé et non la vitamine C pure beaucoup plus efficace) aux propriétés anti-taches et éclat, qui stimule la production des fibres de collagène, des peptides tenseurs et à titre préventif, du gingembre anti-oxydant, une filtration élevée SPF20 et des vitamines B3, B5. Ils sont très faiblement dosés dans la formule. La composition s’appuie avant tout sur de la glycérine, des filtres UV, des silicones et de l’alcool pour éliminer le côté collant des filtres UV. Attention au cumul des couches de silicones avec les produits de maquillage (fonds de teint …) qui est l’origine des « peluches ». Cerise sur le gâteau, elle met en avant le nombre élevé de femmes ayant testé le produit, 1750 de par le monde, mais sans mentionner les résultats.

Mon bémol : sa composition montre clairement qu’il s’agit d’une formule qui prévient le vieillissement avec sa forte teneur en filtres UV (3 filtres sur les 8 composants les plus présents), qui masque en surface (silicones, dioxyde de titane blanchissant et unifiant) plus qu’elle ne corrige les signes de l’âge. A mon avis, c’est un produit qui s’adresse davantage à des trentenaires qu’à des quadras. Chose étonnante, la pub met l’accent sur l’aspect correctif  (le SPF20 n’est même pas mentionné) !

Edit : Ce soin vient de remporter le Prix d’Excellence Marie-Claire de la Beauté 2015, une reconnaissance internationale de sa qualité.

Prix-excellence-beaute-marie-claire-2015

Au-delà de l’affichage classique, la marque Garnier a décidé de marquer le coup en mettant en place avec Decaux 4 abribus parisiens distributeurs de produits dans Paris jusqu’au 18 février. Les photos ci-dessous illustrent le dispositif Miracle.

abribus

Quant au soin nuit, Garnier Miracle Sleeping Crème, sa texture à mémoire de forme est particulièrement étonnante, à la fois ferme et élastique. Elle est gorgée d’actifs anti fatigue à l’instar de l’acide hyaluraunique pour son effet hydratant, le LHA ou lipo-hydroxy acide, un exfoliant doux et le ruscus, un ingrédient vitalisant. Comme un patch, cette technologie à mémoire de forme permet de diffuser progressivement les actifs. Pour offrir à votre réveil des traits défatigués, lissés. Pas vraiment un miracle, mais un vrai coup de pouce à adopter dès les premiers signes d’âge ou de fatigue. En vente en grandes surfaces au prix de 11,90€, plus de détails sur le site web de Garnier

garnier-miracle-nuit-sleeping-mask

Sur ces mêmes produits anti-âge à effet flouteur ou blur, lire mes articles DIOR Dream Skin effet Photoshop et Dreamtone de Lancome.
Enfin, si vous souhaitez un soin à la vitamine C Pure pour l’éclat et l’effet anti-taches et pour une action anti-âge profonde, je vous recommande le Correcteur Anti-Taches de Garnier. Sa formule est fortement dosée en vitamine C (3ème ingrédient, juste derrière l’eau et la glycérine) et pour protéger le vitamine C pure (ascorbic acid) qui est instable, elle est proposée dans un tube en métal. C’est un soin très efficace, au parfum et à l’hydratation très confortables.

Stop à Photoshop en pub

Garnier joue la carte de la transparence
Garnier joue la carte de la transparence : pub lisseur optique

Enfin, une pub qui met en avant un vrai résultat peau sans retouche ! C’est pour le produit de soin Lisseur optique de Garnier qui se situe à la frontière entre le soin et le maquillage comme le sont les bases de teint correctrices qui font un tabac en Asie pour vous garantir une belle peau. Dans la saga des produits à succès de Garnier, le stylo a toujours eu une place importante : le stylo roll-on anti-imperfections, le stylo anti-cernes et le stylo anti-taches commercialisé en Asie. La recherche d’une belle peau est notre Graal à toutes, c’est particulièrement vrai en Asie où se créent tous les produits nouvelle tendance qui ensuite sortent en Europe ou aux Etats-Unis comme les BB creams, les CC creams, les correcteurs de teint, les stylos Touche Eclat (Yves Saint Laurent)… 

Pour asseoir son efficacité, la marque Garnier a choisi de mettre en avant une photo avant-après. Malins, les publicitaires ont repris les codes utilisés par les médecins ou chirurgiens esthétiques avec les marques d’intervention manuscrites. De fait, c’est aussitôt compris comme le regard d’un expert qui affine son diagnostic. C’est avant tout l’absence de retouche sur la peau qui en fait un acte de sincérité qui honore la marque. Dans la nouvelle réglementation sur les cosmétiques, il est ainsi précisé dans la charte Cosmétique Europe que l’annonceur doit veiller à ce que l’illustration de la performance annoncée d’un produit ne soit pas trompeuse. La sincérité des images implique que la retouche d’images ne soit pas utilisée comme preuve d’efficacité d’un produit alors que ce dernier n’aurait pas l’efficacité annoncée ou induite.

Cette sincérité fait également écho à un ancien article de Elle sur les stars sans artifice, photographiées par Peter Lindberg et que le magazine avait choisi de mettre en couverture en 2010. Un acte courageux de la part de ces stars qui montrait leur confiance dans les talents du photographe tout en soulignant leur recherche d’authenticité. Des photos qui mettent en avant une belle peau même sans maquillage ou artifice. 

Stars sans fards. Couverture Elle 2009
Stars sans fards. Couverture Elle 2009 – photos Peter Lindberg

Quoi qu’il en soit, les contraintes réglementaires sur la publicité des cosmétiques sont de plus en plus contraignantes pour les marques et les photos trop retouchées sont retoquées en France ou plus encore en Angleterre. Ainsi le régulateur anglais, l’ASA, l’équivalent du Bureau de vérification de la Publicité avait interdit des campagnes trop retouchées pour les marques L’Oréal Paris, Maybelline, Lancôme et Nivéa en 2011.
cette-publicite-avait-ete-epinglee-par-l
2236534-cosmetiques-retoucher-une-photo-de-star-est-il-de-la-publicite-mensongere