Dystopie visionnaire, la pub Balenciaga résonne avec le confinement

Marque de luxe engagée pour l’environnement, Balanciaga signe une publicité alarmiste et visionnaire sous la forme d’une dystopie de 4 minutes. Visionnaire car elle fait écho à notre mode de vie du moment : confinement, succès de l’info en continu sur la propagation du coronavirus et décompte des victimes… Elle a ainsi été postée avant le confinement italien le 19 février sur les réseaux sociaux et tournée bien avant.

La pub Balenciaga donne à voir une dystopie apocalyptique, ambiance pandémie

Cette vidéo publicitaire met en scène les vêtements structurés de la collection été 2020 Balenciaga dans une parodie de chaine d’information en continu, à l’instar de BFM TV Avec des bandeaux d’information qui résonnent avec aujourd’hui. No more traffic jam, pedestrians are back. Plus d’embouteillages, les piétons sont de retour. Vision alarmiste d’un monde apocalyptique en écho à l’urgence climatique. Des images anxiogènes qui font écho à ce que nous traversons : rues désertées, décompte des hospitalisations, des réanimations et des décès dus au coronavirus de par le monde. La musique techno lancinante accentue l’angoisse provoquée par cette fausse chaine d’information en continu aux journalistes au regard fixe et aux lèvres mobiles.

dystopie

Une allure robototique et un traité proche des nouveaux filtres des réseaux sociaux. Ce film dystopique réalisé par Will Benedict présente une dimension à la fois écologique et politique. Avec d’un côté, l’annonce de la rareté de l’eau, voire de sa disparition. De l’autres, des politiciens portant les pièces de la nouvelle collection Printemps été 2020 Balenciaga en lice pour de nouvelles élections. Le traité adopté souligne la langue de bois politique.

Cet ovni publicitaire s’inscrit dans la lignée de l’esprit de la collection Balenciaga été 2020

Elle avait été présentée à la Fashion Week d’octobre 2019 à Paris. Son directeur artistique, le géorgien Demna Gvasalia a su imposé depuis 2015 sa vision sombre du futur et ses messages. Ainsi, lors du défilé d’octobre, l’esprit dramatique était accentué par des mannequins à l’expression fermée, voire courroucée dans un décor de fin du monde. Quelques top models portaient même des prothèses faciales. Quant à ligne des vêtements, elle s’inspire des carrures d’épaule exagérées des années 80 en version féminine et masculine. Dans la logique écologique, ce défilé a été conçu le plus « développement durable » aux dires du dirigeant de la marque Cédric Charbit. Avec pour objectif de réduire l’empreinte carbone en promouvant le recyclage. Recyclage des 6500m2 des rideaux de velours, des 2500 mètres carrés de moquette, de la structure en bois, etc… Ce choix du développement durable est parfaitement en ligne avec la politique de la maison mère, le groupe Kering.
Les choix subversifs de son directeur de création ont permis à la marque de recueillir une forte visibilité sur les réseaux sociaux. La marque Balenciaga est ainsi très bien placée dans le ranking Lyst, dédié aux marques de mode et de luxe. Son engagement résonne auprès des Millennials.
Mais au vu du contexte actuel, pensez-vous que le message de cette dystopie soit aujourd’hui audible ? Qouqu’il en soit, ce film a été visionné plus de 330 000 fois sur Youtube

High tech au service de la mode éco-responsable: le progrès des jeans Levi’s

Les jeans accusés d’être les vêtements les plus polluants sur la voie du progrès ? La marque Levi’s, leader du marché des jeans, s’est lancée dans la bataille éco-responsable et du respect de l’environnement sous l’angle high tech. Voici la dernière innovation du Lab Levi’s.

jeans

Des jeans plus respectueux de l’environnement : l’innovation éthique Levi’s

La fabrication de jeans est extrêmement gourmande en eau et en produits chimiques. Des produits chimiques et toxiques qui polluent dramatiquement les eaux en Chine et mettent en danger la santé des ouvriers. Notamment le permanganate de potassium ou la technique du sablage (interdite en Europe) qui donnent aux jeans leur aspect délavé. Selon SloWeAre, l’industrie textile serait responsable de la pollution de 70% des eaux chinoises.

pollution jeans

Le Lab high tech de Levi’s a pour objectif de concevoir et de produire des prototypes qui répondent aux nouvelles exigences écologiques de la griffe tout en réduisant la pénibilité du travail. Après plusieurs années de recherche, ce laboratoire d’innovation textile a mis au point une technologie laser à la lumière infrarouge qui permet de donner en 90 secondes au denim un aspect usé et délavé. Épargnant à la fois du temps homme et nombre de produits chimiques. Le changement du process de fabrication continue à évoluer également sur l’étape du prototypage. Le logiciel de design créé par le Lab à San Francisco, divise le nombre d’étapes par quatre. Ces innovations technologiques permettent au leader mondial (4,5 milliards de chiffre d’affaires) de repenser ses chaines de fabrication et logistique. À l’horizon de fin 2019, 75 millions de jeans de par le monde devraient produits de cette manière. Comme l’a annoncé la directrice de la Supply chain, Liz O’Neill.

jean éco-responsable

Face aux enjeux environnementaux, il est intéressant de noter les différences de stratégies de communication adoptées de part et d’autre de l’Atlantique. Ainsi, les entreprises américaines comme Levi’s n’hésitent pas à communiquer en amont les progrès qu’elles vont réaliser. Alors qu’en Europe, et surtout en France, les sociétés préfèrent atteindre leurs objectifs green et éco-responsables avant d’en informer les medias. Une posture beaucoup plus empreinte d’humilité et de réalisme. Qui met à mal le green washing.
Côté cosmétiques, vous pourriez aimer lire l’article dédié au virage green adopté par L’Oréal et Unilever