Test sur animaux: la Chine recule enfin pour les cosmétiques français

Le label Cruelty Free va perdre de son sens alors que les autorités chinoises cessent d’exiger un test sur animaux pour les cosmétiques français en préalable de leur mise sur le marché. Une situation qui a longtemps mis en porte-à-faux les marques françaises de beauté qui exportent leurs produits en Chine. Le marché le plus dynamique au monde. Un bémol : à l’exception des produits solaires et colorants capillaires.

test sur animaux
Test sur animaux interdit en Europe pour les ingrédients cosmétiques depuis 2009, et désormais non obligatoire en Chine

La Chine & le test sur animaux: un choix stratégique, non sans conséquence sur le plan de la communication.

Jusqu’à présent, les jeunes pousses et toutes les marques cosmétiques non intéressées par le marché chinois bénéficiaient d’un avantage compétitif. Elles pouvaient clamer haut et fort le respect de la cause animale et revendiquer Cruelty Free puisque leurs produits ne font nulle part au monde l’objet de test sur animaux. D’ailleurs, une obligation en France depuis 2004. À l’inverse, la Chine et quelques autres pays conduisent encore des tests sur les produits finis importés avant d’autoriser leur commercialisation sur leur territoire. En revanche, la Food and Drug Administration chinoise a supprimé, depuis juin 2014, l’obligation de tests sur animaux pour les produits cosmétiques dits ordinaires (shampooings, soins ou parfums) fabriqués localement. La nouvelle réglementation chinoise autorise désormais les fabricants français à présenter un certificat délivré par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) attestant de la conformité aux « bonnes pratiques de fabrication » ainsi que d’une évaluation de la sécurité.  Et ce pour les cosmétiques classiques : shampoings, crèmes, maquillage… En revanche, pour les colorations capillaires ou les produits solaires, les autorités de contrôle sanitaire en Chine continueraient de réaliser des tests sur animaux avant de donner leur autorisation de commercialisation.

Cette avancée dans la lutte contre la maltraitance animale est le fruit des efforts du secteur cosmétique pour faire reconnaitre les tests alternatifs. Pour faire évoluer les réglementations vers une élimination totale et définitive du test sur animaux, dixit la Fédération des entreprises de la beauté (FEBEA). Cette dernière rappelle également qu’à ce jour, 200 méthodes alternatives à la recherche animale ont été développées et validées par l’OCDE. Elle ouvre ainsi les portes du marché chinois à toutes les jeunes marques militantes qui, par conscience, se refusaient d’y mettre les pieds. Or, les cosmétiques français remportent un grand succès en Chine. En 2019, les exportations cosmétiques vers la Chine ont bondi de 48%. Plaçant ainsi la Chine au 4ème rang des destinations pour les produits de beauté français. Une consommation intérieure qui n’a pas été affectée par la pandémie et la crise sanitaire.
Les tests sur animaux sont depuis longtemps une source de polémique, notamment pour les groupes comme L’Oréal qui exportent en Chine (cf ce précédent article du blog).

Luxe durable : Hugo Boss lance ses baskets vegan

Surfant sur les tendances cruelty free et développement durable, la marque de luxe Hugo Boss lance une collection de baskets vegan. Elle rejoint là les aspirations, voire les attentes des générations Y et Z en termes de mode éthique et sans exploitation animale. Une évolution que tentent d’embrasser les groupes de luxe pour répondre à la demande de sens et d’engagement des consommateurs vis à vis des marques.

Hugo Boss innove avec ses chaussures vegan pour homme au design durable

Dans la conception entière de ces baskets, chaque partie de la chaussure a été dessinée pour respecter le développement durable. Un modèle en terme d’écoconception incluant design, sourcing et production. Elles sont fabriquées à partir d’un matériau naturel, du cuir végétal à base de fibres de feuilles d’ananas brevetées Pinatex.

luxe durable chaussures

Les différentes couleurs proposés – bleu, noir, jaune ou orange – ont toutes été élaborées à partir de teintures végétales, et non chimiques. La semelle des baskets est en plastique polyuréthane recyclé (TPU). Des lacets en coton bio équipent ces chaussures.

Pour minimiser l’impact sur la planète, elles sont présentées dans une boite en carton recyclé à 100% et papier biodégradable. Le process intègre également la dimension commerce équitable puisque Pinatex permet aux producteurs d’ananas de vendre ces fibres issues des déchets. Les fibres d’ananas sont traitées pour obtenir une alternative souple au cuir. une alternative hautement durable comparée au cuir qui a un impact lourd sur l’environnement. Plus d’info sur le site hugo boss

hugo-boss-vegan

Voir la vidéo ci-dessous. 

De son côté, Adidas annonce le lancement de sa paire de running 100% recyclable, FUTURECRAFT-LOOP, pour 2021. Elle vient de présenter le prototype de cette paire de basket qui va être testée par 200 personnes pour l’améliorer.

La démarche de développement durable et d’éco-conception est aujourd’hui en tête des préoccupations de la filière Mode et Luxe. Ainsi, le ministère de l’économie et le ministère de la culture avec la présence de Frank Riester ont signé avec le Conseil Stratégique de la Filière Mode et Luxe un document fixant les objectifs et les axes de développement de la filière. L’un des axes de travail porte sur l’économie circulaire, du recyclage du textile et du coton usagé à la production du premier fil français de polyester recyclé. Avec l’implication des grands groupes et des fédérations concernées.
Pionnier dans le recyclage luxe, la Maison Hermès a créé petit H utilisant ses chutes de cuir décrit dans ce post. Par ailleurs, vous pourriez être également intéressé(e) par cet article du blog expliquant les différences entre cosmétique vegan et cruelty free.