Pharmacopée moderne: les cosmétiques Saeve la revisite version clean

Originaire d’Auvergne, cette jeune marque cosmétique Saeve propose des soins pour la peau en pharmacie en revisitant la pharmacopée avec les exigences d’aujourd’hui. À savoir la naturalité avec un taux d’ingrédients naturels élevé de 92% et une beauté clean éliminant tous les ingrédients issus de la pétrochimie controversés. Sans silicones, sans parabens, sans sodium laureth sulfate, ni phenoyethanol (aujourd’hui mis en cause par les autorités de l »ANSM cf cet article du blog), sans PEG ni huiles minérales. Bref, une formulation qui satisfera beaucoup d’entre nous. mais pas les plus militantes du bio ou du vegan cautionné par un logo. Au-delà des ingrédients, cette jolie start-up m’a séduite par ses textures et son storytelling autour de la sève de bouleau.

pharmacopée

La pharmacopée offre une incroyable richesse en termes de plantes et peut être modernisée

Revisiter la pharmacopée à l’aune des tendances cosmétiques, voilà ce à quoi s’est attelée la fondatrice de Saeve, Pauline Bony. Au coeur de sa marque, on trouve la sève de bouleau, un arbre présent sur les terres de son enfance. Dans les pays qui comptent beaucoup de bouleaux comme la Scandinavie, la Chine ou le Japon, la pharmacopée traditionnelle recourt à cet actif aux propriétés multiples. Anti-oxydant, anti-infectieux, drainant, détoxifiant, anti-inflammatoire… L’étude de la composition de la sève fraîche de bouleau révèle de précieux nutriments tels que des minéraux, des sucres, des acides aminés et de l’acide malique. C’est cette richesse qui lui confère des propriétés protectrices et régénérantes intéressantes pour la peau. La sève est associée dans l’ensemble des crèmes, sérums et soins de la gamme à un champignon bio, le chaga, issu également de la pharmacopée traditionnelle. Notamment à l’Est de l’Europe, c’est-à-dire en Russie, Chine, Corée et Japon qui vouent un culte aux champignons dans le domaine cosmétique. Ce champignon médicinal est lui aussi d’une grande richesse en nutriments, vitamines, flavonoïdes et enzymes. L’association de la sève et de ce champignon a fait l’objet d’un brevet dans l’axe anti-âge et l’axe anti-inflammatoire.

 creme clean
Le sérum et la crème Saeve à la composition clean

La modernisation passe également par le plaisir des textures pour ma routine Saeve

Je suis particulièrement sensible au parfum (agréable, ni trop fort, ni absent) et à la sensorialité des textures. Celles-ci glissent facilement sous les doigts pour une application aisée, non collante. Pour ma routine quotidienne, j’ai mixé deux lignes. Detox officinale pour le nettoyage ou démaquillage et la crème de protection quotidienne. Perfect Pisum pour un sérum éclat anti-taches. L’eau micellaire élimine facilement le maquillage léger que j’applique, y compris le liner ou le mascara.

L’eau micellaire Saeve presque naturelle… à 92%

Mon avis : La crème détox SPF30 ne blanchit pas la peau et ça, c’est un vrai point fort. Quant au sérum, sa texture fine pénètre rapidement dans la peau pour pouvoir appliquer facilement la crème après. Cerise sur le gâteau, de jolies illustrations ornent les packagings.
Et les prix proposés restent accessibles en pharmacie.
Eau micellaire détox en flacon 500 ml autour de 16€, la crème détox multi-défense autour de 25€ pour un tube de 40ml. Et enfin, le produit noble qu’est le sérum est vendu en stilligoutte version 30ml autour de 32€.
Plus de détail sur Saeve ici.

Perturbateurs endocriniens : démêler le vrai du faux en cosmétique

Voici un état des lieux des connaissances sur les perturbateurs endocriniens, nouveau fléau que l’homme a créé.  Cela touche notre alimentation, notre façon de jardiner, mais aussi les plastiques et les cosmétiques. Je vous propose de démêler le vrai du faux suite au colloque organisé par la Fondation Léa Nature dans les locaux de l’Assemblée Nationale. Un colloque réunissant politiques en la personne du député Olivier Falorni, de Delphine Batho, présidente de Génération Écologie, mais aussi scientifiques, médecins et juristes. Des témoignages d’agriculteurs et d’associations ont aussi donné un éclairage humain émouvant.

perturbateurs endocriniens

Connaissances scientifiques, réglementation et risques sur les perturbateurs endocriniens

Le plus médiatique des perturbateurs endocriniens est le Bisphénol A. Il a été interdit en 2015 en France. Et l’Europe s’est mobilisée  pour créer une définition des perturbateurs endocriniens en Juillet 2018. Késako ?  Ces substances peuvent perturber le système endocrinien ou hormonal. Un système de communication qui gère le métabolisme de notre corps et le développement. Il est donc très important pour la fécondation et le développement du foetus. Ce système est mille à 10 mille fois plus sensible que le système nerveux. En termes de toxicité, le système de communication endocrinien est dose-dépendant et temps-dépendant. Ainsi, lors du moment du développement du fœtus ou de l’adolescence, l’impact est beaucoup plus fort qu’à l’âge adulte . On estime qu’il existe plusieurs centaines de perturbateurs endocriniens dans les familles du bisphénol, des pesticides, des  phtalates, mais aussi de composants qu’on retrouve dans les cosmétiques américains comme le triclosan, le toluène, les parabens, les formaldéhydes…Les pesticides sont aujourd’hui en première ligne dans la visée des scientifiques et des médecins. Le Professeur Christophe Minier, écotoxicologue, et le Docteur Pierre-Michel Perinaud ont listé leurs effets suspectés sur la santé :

    • Troubles de la fertilité masculine et féminine,
    • puberté précoce,
    • cancers hormono-dépendants. Pathologie pluri factorielle. 
    • Perturbateurs de la thyroïde 
    • Effet sur le microbiote. 

Un tiers ou la moitié des pesticides ont une interférence sur ces pathologies. Et l’on suspecte un effet cocktail des pesticides…Nous sommes potentiellement en contact avec les perturbateurs par l’alimentation, par l’eau que nous buvons. Nous pouvons aussi être contaminé par les contenants, les vêtements.  Notamment les contenants plastiques avec perfluorés utilisés pour le chauffage des aliments. D’où la première interdiction du Bisphénol A pour les biberons.

Quid des pertubateurs endocriniens dans les cosmétiques ?

Selon la juriste qui intervenait à ce colloque, Natacha Cingotti, il n’y a pas aujourd’hui de critères scientifiques d’identification des perturbateurs endocriniens dans la réglementation européenne des cosmétiques avec des catégories. De plus, il est très difficile de mettre en œuvre des tests sur les cosmétiques. Donc aujourd’hui, ce que font de nombreuses marques bio ou engagées dans la clean beauty ou beauté green, c’est de retirer les ingrédients suspectés d’être des perturbateurs endocriniens. Ce qui est complexe, c’est que certains sont d’excellents conservateurs qui sont alors remplacés par d’autres souvent plus allergènes…
Vrai : Quoi qu’il en soit, la position de la FEBEA est claire : les produits cosmétiques européens ne contiennent pas de perturbateurs endocriniens avérés. L’objectif poursuivi par de nombreuses associations citoyennes est de diminuer l’exposition des populations aux perturbateurs endocriniens. Notamment face à la dangerosité des pesticides et des biocides.  C’est pourquoi les nouvelles applications mobiles telles que Yuka (cf article du blog) ou Clean Beauty qui décode les ingrédients jouent un rôle préventif intéressant. Elles poussent les industriels de la cosmétique à faire évoluer les formulations avant même que la réglementation ne change.
Sinon, parmi les perspectives à court terme, le dioxyde de titane va être interdit dans l’alimentation. Cet ingrédient est souvent utilisé en cosmétique dans les produits solaires pour son effet opacifiant faisant barrière aux UV. Mais pour autant, il n’existe pas de test sur cosmétique validant ou invalidant sa toxicité. Le phénoxyéthanol est aussi un conservateur dans le viseur des autorités, de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des associations. Avec un conseil de non-utilisation sur les fesses des bébés. Mon avis : les femmes enceintes ou les jeunes mères de bébé doivent rester très vigilantes sur ce sujet en privilégiant les cosmétiques bio certifiés par un label ou revendiquant le sans sans sans.  Pour limiter les risques d’exposition aux substances chimiques suspectés d’être des perturbateurs endocriniens..

Merci à Olivier Falorni, député invitant, et à la Fondation Léa Nature d’avoir organisé ce colloque très instructif. 

Après Rihanna, Victoria Beckham lance ses cosmétiques digitalement

Après le succès de Rihanna, Victoria Beckham se lance dans l’aventure cosmétique. Elle annonce le lancement de sa marque éponyme dans l’univers des soins visage et du parfum. Lancée en en partenariat avec Kendo – LVMH et Sephora, la gamme de maquillage Fenty de Rihanna a connu un très vif succès. Surfant sur les valeurs porteuses de diversité, elle s’est démarquée par son offre fond de teint extrêmement large. Fenty propose ainsi une quarantaine de nuances pour coller à toutes les carnations. De plus, pilotée depuis les États-unis, cette Beauty for All s’est développée à l’aide des réseaux sociaux sur lesquels Rihanna dispose d’une puissance de frappe sans égal, et sur le réseau mondial de Sephora. 

victoria beckham cosmetiques

Victoria Beckham capitalise sur son expérience commune avec Estée Lauder  

Forte de sa notoriété, elle avait déjà fait un premier pas dans le maquillage sous la houlette de la marque Estée Lauder. Cette collaboration avait pris la forme de deux collections maquillage successives en septembre 2016 et septembre 2017. Pour créer ces capsules, Victoria Beckham avait puisé son inspiration dans ses propres gestes, ses routines et ses voyages.

Séduite par la dimension scientifique des soins, elle s’entoure de Sarah Creal qu’elle a débauchée de chez Estée Lauder. Elle avait déjà travaillé directement avec elle sur les deux collections capsules de make-up. Cette fois-ci elle lui confie la présidence de la marque. Comme pour son business mode, elle est soutenue par le fonds Neo Investment Partners qui détient par ailleurs la marque de parfums londoniens Miller Harris. L’originalité de ce lancement réside dans son business model : une Digital Native Vertical Brand (DNVB). Les produits seront en effet en vente sur le site victoriabeckham.com à partir de cet automne.

Victoria Beckham capitalise aussi sur sa propre puissance sur les réseaux sociaux

Bien entendu, le lancement de ce projet a été annoncé sur les réseaux sociaux par Victoria Beckham elle-même. Sur Twitter comme toute information liée à l’actualité le 13 février dernier. « Je suis si contente (excited) d’annoncer le lancement de Victoria Beckham Beauty cette année » avec le hashtag #VBBeauty.

victorai beckham twitter

Sur Facebook, elle utilise le format vidéo live pour se confier. « À vrai dire, je suis en train de créer ma propre couleur, mais aussi ma propre ligne de crèmes de soin et un parfum ». D’ores et déjà, il est possible de s’inscrire à la Newsletter pour suivre les actualités de ce prochain lancement. La jeune marque pourra capitaliser sur les communautés de fans ou de followers de Victoria Beckham sur les réseaux sociaux : 24,5 millions sur Instagram, 3,1 millions sur Facebook. Une chaine sur YouTube a même été créée en amont pour délivrer conseils et tutoriels et constituer une communauté de beauty addicts. Quant à l’approche consommateurs, elle privilégiera l’approche globale de la beauté inside and out, une démarche très tendance.

victoria beckham youtube

Un même business model que pour les cosmétiques de son mari, David Beckham

Avec cette nouvelle initiative, la chanteuse et modeuse britannique rejoint son mari qui a créé une ligne de skincare et soins pour la barbe et les cheveux avec le groupe L’Oréal sous la marque House 99. Une aventure tout aussi digitale décrite dans ce post du blog. Et comparée au business model de Fenty beauty. 

Octobre rose: les cosmetiques Même dédiés aux femmes atteintes de cancer communiquent

Comme chaque année, octobre rose s’annonce et de nombreuses marques de cosmétiques s’y associent pour sensibiliser les femmes au cancer du sein : Estée Lauder, By Terry… Au-delà de la sensibilisation, la jeune startup cosmétique Même se consacre à la conception et à la vente de produits cosmétiques dédiés aux femmes atteintes de cancer.

octobre rose cancer

Octobre rose et Même : sensibilisation sur le cancer des femmes et les effets des traitements sur la peau

Une démarche originale et répondant à un besoin aigu car les femmes touchées par le cancer et ses traitements, subissent de nombreux effets secondaires cutanés : dessèchement, cuir chevelu irrité, ongles fragiles et cassants ou encore le syndrome main-pied. Depuis janvier, le groupe Pierre Fabre s’est engagé auprès de Même en signant un partenariat et en entrant dans le capital de la start-up. Disposant de davantage de moyens financiers, les deux jeunes fondatrices des soins et maquillage Même, Judith Levy et Juliette Couturier, lancent leur première campagne de communication sur les réseaux sociaux : Youtube, Facebook et Instagram. Une campagne qui sensibilise les femmes touchées par le cancer (sous traitement ou post-traitement) à leurs effets secondaires. Tout en adoptant un ton positif et bienveillant, elle leur enjoint de cultiver leur féminité, car il a été prouvé que les soins cosmétiques et le maquillage participent de la thérapie anti-cancer et accélèrent le rétablissement. Ainsi, parce qu’ils boostent la confiance et l’estime de soi, ils rendent les femmes fragilisées par le cancer plus fortes (notamment le cancer du sein, premier cancer des femmes). Découvrir ci-dessous le film témoignage posté sur les réseaux sociaux.

Ainsi que le manifesto de la marque conçu par l’agence Magnetism avec un claim de solidarité « Même peine, Même envie, Même combat » et une signature empreinte d’amour « Même malade, je m’aime, on m’aime ! ».

Au-delà des aspects financiers, les équipes commerciales et les visiteurs médicaux de la marque Avène sont également chargés de faire connaître la jeune marque Même et ses 13 produits auprès des professionnels de la santé et de la pharmacie. Tout en soulignant les effets néfastes des traitement comme la chimio ou la radiothérapie sur la peau.

cosmetique meme avene

Vous pourriez aimer lire l’avis sur ces produits de soin et maquillage Même dans l’article que je lui ai consacré sur le blog. Des soins naturels et dotés d’ingrédients à l’efficacité et à l’innocuité reconnues. Des formules testées cliniquement auprès de femmes concernées par le cancer à l’hôpital. Pour ma part, je recommande les vernis Meme, boosters de moral et de féminité. 

K beauty : L’Oréal, LVMH, Unilever rachètent les jeunes marques cosmétiques coréennes

Après avoir séduit les clientes en Asie, la K beauty ou beauté coréenne attise les convoitises des grands groupes comme L’Oréal, LVMH ou Unilever. Parce que ces jeunes marques surfent sur les tendances beauté du moment auprès des millennials: fun, business model basé sur les réseaux sociaux et les blogs, produits aux multiples promesses. Voici les récentes acquisitions ou prises de participations en Corée.

La fondatrice de Sytlenanda, Kim So-Hee

Icone de la K beauty, la marque accessible de maquillage 3CE de la blogueuse Style Nanda est rachetée par L’Oréal.

C’est le Glossier coréen, avec le rose en couleur dominante, mais également un même business model. Fondée en  2004, cette marque branchée de mode et de cosmétiques est l’oeuvre de la blogueuse Kim So-Hee.

k beauty

Basée à Séoul, elle a débuté par la mode lifestyle. Son site est désigné comme le site de mode le plus popualire de Corée en 2006. En 2008, elle crée avec succès la marque de maquillage et de soin 3CE qui connait un succès fulgurant. Le maquillage cool et accessible représente désormais 70% de l’activité et c’est ce qui a intéressé L’Oréal. Acquise à 100%, Nanda Co réalise un chiffre d’affaires de 127 millions d’euros en 2017 et emploie plus de 400 personnes en Asie.

Ses marchés clés sont la Corée et le Japon depuis 2010, mais elle progresse très fortement en Chine et en Asie du Sud-Est. Pays où l’influence de la K beauty est maximale auprès des millennials. La marque cosmétique 3CE et Style Nanda sont vendues en ligne bien sûr, mais aussi en grands magasins, magasins spécialisés et duty frees. Pour avoir un contact direct avec ses clientes, la société possède également des flagships comme Stylenanda Hong-dae en Corée ou sur l’artère commerciale phare de Tokyo, Harajuku, et autres lieux d’expérience tel l’hôtel Myeong Dong Pink ou le cinéma Garosi-gil 3CE qui permettent à la marque de se théatraliser.

Stylenanda flagship Seoul

Pour donner plus de visibilité à ces flagships sur internet, la marque invite les groupes connus de la K-pop – iKon, Teen Top  – à y tourner leurs clips video. C’est donc tout un concept lifestyle qui fait le succès de Stylenanda aux côté des produits de maquillage et de soin 3CE. Une approche originale qui dessine les tendances du retail de demain. Avec notamment un e-shop où la mise en scène des produits correspond à celle d’un blog coréen.

Les acquisitions ou participations récentes dans la K beauty d’Unilever et LVMH

En septembre dernier, Unilever a acheté le fabricant de cosmétiques coréen Carver (AHC) pour 2,2 milliards d’euros. De son côté, le groupe LVMH a investi dans Clio Cosmetics en 2016 et Sephora assure la distribution exclusive en Europe de plusieurs marques coréennes (Tony Moly, Belif, Too cool for school…). Quant au groupe américain Estée Lauder, il a joué la carte de la participations minoritaires dans des marques coréennes comme Dr. Jart+ (en vente chez Sephora et ouverture d’un pop-up store rue Bachaumont à Paris) ou DTRT.

Enfin, la marque franco-coréenne Erborian (à l’honneur dans ce post du blog) puise son inspiration dans les plantes issues des médecines traditionnelles coréennes comme dans les bestsellers locaux (BB cream, sleeping mask…). Depuis 2012, elle a été rachetée par le groupe L’Occitane.

Start-up beauté chez LVMH avec Cha Ling, la cosmétique du thé franco-chinoise

Quand le groupe LVMH adopte le langage 2.0 pour présenter sa nouvelle marque beauté, Cha Ling, à la presse : start-up, incubateur, tous ces mots issus de l’éco-système digital. En l’occurrence, il s’agit d’une nouvelle marque positionnée très luxe et dédiée au skin care sur un concept axé développement durable et doté d’une empreinte chinoise. Au final, une belle réussite que je décode avec vous.

lvmh

Storytelling : Cha Lin, l’esprit du thé, un ancrage autour du thé rare du Yunnan doté de précieuses vertus pour la peau

Cette nouvelle marque de cosmétique franc-chinoise du grippe LVMH n’est pas sans rappeler l’aventure d’Hermès et de la marque chinoise Shang Xia. Un beau storytelling puisque le fruit de la rencontre entre le PDG de Guerlain (groupe LVMH), Laurent Boillot, et le couple germano-chinois composé du biologiste Josef Margraf et de son épouse, qui habite les hauts plateaux du Yunnan et cherche à protéger et à relancer les théiers de pu’er, berceau des thés de l’humanité.

the-puer-yunnan

En effet, sur ces hauts plateaux du Yunnan, à 1200 mètres d’altitude, pousse une forêt de théiers investie de pouvoir sacré, vénérée et protégée par une minorité locale, les Bulang. Ce thé Pu’er ou Pu Erh est un thé rare au final très boisé en bouche. Il est doté de propriétés  médicinales prouvées : anti-oxydantes notamment et digestives dans la pharmacopée chinoise. Il fait l’objet d’une culture et d’une transformation manuelles. Sa présentation est étonnante : il est compressé en galette qu’on laisse fermenter. Son prix est très élevé, eu égard aux conditions de production, tel un grand cru.

galette-the-puer-chine
Galette de thé Pu’er

Si les actifs stars  intégrés dans les soins de la marque Cha Lin proviennent des arbres à thé du Yunnan, notamment des feuilles de thé, les formules et la production sont, elles, confiées à la Recherche et à une usine en France du groupe LVMH. L’esprit dans lequel la gamme de soins a été développé, fait la part belle au développement durable avec des formules courtes (peu d’ingrédients différents), des produits rechargeables et des céramiques fabriquées en France et en Chine.

serum-masque-cha-ling-lvmh

Cha Ling, une ligne de soins luxe à l’esthétique inspirée par la Chine et le thé. Une esthétique apaisante, aux ligne douces et au toucher céramique. soulignée par des marqueurs chinois : logo, sceau et idéogramme, le vert jade ou la référence au cuivre des boites à thé. Un luxe empreint de sérénité, de minimalisme et de culture chinoise. La dimension luxe est installée dès le lancement de cette nouvelle marque franco-chinoise par la largeur de la gamme.

cha-ling-esprit-du the

Pas moins de 26 références : une gamme de soin visage complète construite autour de 3 axes : purifier, détoxifier et hydrater. Avec des prix qui varient entre 20€ (pastilles vapeur) et 250€ (masque de printemps). Mais aussi du parfum, une bougie et des arts de la table : service à thé et objets de décoration en céramique, fabriqués à Jingdezen, la capitale chinoise historique de la céramique.
Pour ma part, j’ai testé la pastille vapeur et la poudre nettoyante avec son pinceau blaireau aux poils super doux. Cette poudre offre un double usage : mélangée avec de l’eau et montée en mousse avec le pinceau pour un nettoyage quotidien. Mais aussi mélangée à une huile démaquillage, produit prisé des Japonaises, elle propose un gommage doux. Le rituel de nettoyage a été pensé dans sa globalité et le petit bol de céramique utile à la préparation est également proposé à la vente.

pastille vapeur et poudre nettoyante Cha Ling
pastille vapeur et poudre nettoyante Cha Ling

Infos et développement de cette start-up LVMH

Incubée au sein de Guerlain, la marque a été développée en 3 trois ans avec une ambition et une attention portée au développement durable. Quand luxe rime avec green. Après son lancement initial au Bon Marché, la marque s’implantera dans les jours qui viennent à Hong Kong, premier pas du développement chinois et asiatique Le nom chinois est un atout auprès de la population aisée chinoise car les jeunes VW (very wealthy) sont sensibles aux marques et aux racines locales, ainsi qu’à la sobriété. Ils sont à la recherche d’un luxe beaucoup moins ostentatoire que leurs ainés. Cette ligne a été développée pour matcher les attentes de la clientèle luxe française ou européenne (coeur de cible de Guerlain) et celle de la Chine.
Pour en savoir plus sur Cha Ling, voici le site et sa boutique en ligne.

boite-a-the-cha-lingA la recherche d’une marque de cosmétique chinoise, lire l’article sur le match Chine Corée Herborist et Erborian dans cet article du blog.

Sinon, vous pouvez également découvrir au Bon Marché les oeuvres de l’artiste chinois Ai Weiwei qui sont exposées à maints endroits dans le magasin. Notamment en son coeur, dans l’atrium.

Ai-Weiwei-Bon-Marché

L’Oréal sabre dans ses marques, Inneov, Créateurs de Beauté…

Après avoir arrêté mi 2014 les marques du Club des Créateurs de Beauté, le groupe L’Oréal annonce conjointement avec Nestlé le projet de mettre fin à leur joint-venture Innéov à l’horizon du 1er trimestre 2015. Une coupe sombre qui peut toucher tant un circuit de distribution – la VPC ou vente par correspondance pour le Club des Créateurs de beauté qui commercialisait notamment les cosmétiques Agnès B, Maniatis -, une marque de cosmétique orale avec Innéov ou encore un pays comme l’arrêt en Chine de la marque Garnier. Une démarche stratégique également mise en oeuvre par Procter & Gamble.

Inneov-fermete-pub

marques-Club-createurs-de-beaute

Innéov, la joint venture entre L’Oréal et Nestlé créé en 2002 sur le marché des compléments nutritionnels a déçu.

Vendus en pharmacie, ces produits de cosmétique orale sont gérés par la Division Cosmétique Active de L’Oréal.  Une initiative profitant des efforts de recherche communs entre L’Oréal et Nestlé. Un développement de marque à la fin des années 90 en plein boom de la cosmétique orale. Fait marquant, en 2009, le leader français des compléments alimentaires pour la beauté et la santé, Oenobiol, créé par le docteur Marie Béjot, médecin nutritionniste, 20 ans auparavant, passait dans le giron de Sanofi. Avec un chiffre d’affaires de 57 millions d’euros à l’époque à rapprocher des 55 millions d’euros de CA réalisés par Innéov en 2013. Depuis sa création en 2002, Innéov s’est focalisé sur les compléments alimentaires dédiés aux capillaires (cf l’article que j’ai rédigé sur Innéov Densilogy ,cliquez ici), aux solaires et à l’anti-âge. Avec des performances contrastées selon les pays, le France étant considérée comme un pays difficile avec des acteurs historiques dominants.

complement-alimentaire-inneov-densilogy

 

Le Club des Créateurs de Beauté, une aventure multi marques de 27 ans avec L’Oréal, s’est éteint en juin 2014.

Le Club des Créateurs de Beauté, un nom long pour le web et un concept complexe et vieillissant. Le catalogue regroupait des marques assez hétéroclites, le maquillage Agnès B et notamment son produit culte, l’embellisseur abricot, la ligne capillaire et coiffante Jean-Marc Maniatis créée dans les années 90 en plein boom des marques de coiffeurs professionnelles comme Jacques Dessange ou Jean-Louis David lancées toutes les trois par le groupe L’Oréal et la Division des Produits Grand Public, les soins cosmétiques Cosmence, des parfums…

Procter rationalise depuis quelques années son portefeuilles de marques

Procter & Gamble, le géant américain a annoncé vouloir se concentrer sur 80 marques les plus performantes, il vient de céder d’ailleurs la marque Duracell et élague dans son portefeuille alors que son chiffre d’affaires stagne. Il annonce aujourd’hui réfléchir à la cession de la marque capillaire Wella, vendue chez les coiffeurs et en grande distribution.

Cette politique de gestion de portefeuille de marque, nouvelle pour L’Oréal, s’explique par un contexte économique qui se durcit, les taux de croissance ne sont plus à deux chiffres et les exigences de rentabilité se font donc plus incisives. Mais également une politique de croissance externe avec l’acquisition de marques pointues, américaines ou chinoise, bénéficiant d’un savoir-faire et de position intéressant le groupe, comme NYX et son business model s’appuyant sur un puissant levier digital que je vous ai décrit dans cet article, 

Tendances et découvertes au salon pro des cosmétiques, Beyond Beauty

La semaine dernière se tenaient de nombreux salons qui m’intéressaient, Maison & Objet et Beyond Beauty / Cosmeeting. Ce dernier, le salon professionnel de la beauté est un bon indicateur des tendances cosmétiques car il réunit à la fois des marques de beauté françaises et étrangères, des fournisseurs de nouveaux actifs et de packaging ainsi que des sociétés de conseils, études…Un salon auquel je participais comme membre du jury des blogueuses pour le prix Beyond Beauty Cosmeeting.

tendances-salon-Beyond-beauty
Le salon Beyond Beauty et les tendances cosmétiques

Les huiles, d’Argan notamment, le bio et la cosmétique sur support ou device ressortent en majeur

Depuis 12 ans, le salon Cosmeeting se tient Porte de Versailles et réunit de jeunes marques cosmétiques, notamment Pure Altitude et Les Anges ont la peau douce dans le domaine du soin de la peau, pas mal de marques bio et de soins à l’huile d’argan.
Côté personnalité, Marisa Berenson était présente, ambassadrice de sa ligne éponyme et son programme de bien-être développé avec le spa Sofitel de Marrakech, une approche holistique combinant diététique, détox mentale, massages et traitements. Côté cosmétique sur support, quelques marques (française, chinoises ou japonaises) et fabricants proposaient des masques hydrogel (Collagena venue en pharmacie, segmentation par attente : hydratation, anti-rides, anti-taches, détox, coup de soleil) ou sur cellulose. Pour ma part, j’ai une nette préférence pour les masques hydrogel, plus frais, plus occlusif même si avec ça sur la face, on ressemble à l’actrice de La Piel que habito, le film d’Almodovar.
Parmi les actifs innovants présentés, les plus intéressants sont les anti-chutes : anagain et le re-densyl, l’action sur la papille dermique ou sur 
les cellules souches pour réactiver la croissance du cheveu.
Coté device, une des tendances fortes du marché US, c’est l’accessoire rose de Foreo d’origine suédoise en silicone velvet touch permettant d’optimiser le nettoyage pour lequel j’ai voté. Mieux qu’une brosse nettoyante électrique, cet objet tout doux offre 8000 pulsations soniques par minute et une double utilisation : du côté petits picots, elle délire les impuretés pour un nettoyage parfait, côté lisse, elle stimule la peau en profondeur pour prévenir le vieillissement et les rides. A faire après avoir appliqué sa crème pour une meilleure pénétration et efficacité de la crème.
Edit du 6 février 2015 : Cette brosse est désormais disponible à la vente chez Sephora et Douglas au prix de 169€ en France. Les magazines Elle et L’Obs en parlent cette semaine.
Le grand prix a été décerné à un produit de retouche capillaire, un spray colorant permettant de couvrir les cheveux blancs entre 2 colorations, Bye Bye Racines, auquel le coiffeur Rodolphe a participé. Une attente forte aujourd’hui couverte par des produits anglais et américains comme je l’avais souligné dans mon post sur les retouches beauté en été.

Pas de révolution, mais une évolution des tendances beauté 

Parmi les tendances beauté mises en avant lors des différentes conférences de cabinets de conseil ou de prospective & innovation, j’ai été frappée par des mises en scène de soi assez théâtrales et singulières au sein de notre société toujours plus narcissique, le contraste entre la peau nude parfaitement lisse et des couleur fortes sur les yeux ou la bouche comme on l’a vu sur les défilés et les campagnes de pub automne hiver 2014-2015. Pour les fonds de teint comme pour les produits anti-âge, ce sera la clé de succès des produits dotés d’une efficacité blur ou floutante, l’effet Photoshop. Avec des soucils très marqués à la Cara Delevingne ou à l’inverse des sourcils effacés. Une beauté sophistiquée en phase avec la tendance sacrée décelée par le bureau de style Peclers.
De façon prospective, tout un chacun souligne la montée des objets connectés au service de la santé et de la beauté ou du maquillage virtuel, métamorphose inspirée par la haute technologie. Sinon, de façon permanente, on retrouve l’empreinte universelle du tatouage, le maquillage zapping ou caméléon, la confusion des genres et l’effacement des frontières, la quête de pureté et de bien-être holistique.

Les membres du jury Cosmoprof : Carole et Liz
Les membres du jury Cosmeeting : Carole et Liisa

Ce salon est avant tout le lieu de rencontres. Ainsi parmi les membres du jury Acheteurs, j’ai fait la connaissance de Carole, distributrice en France de la jolie marque danoise bio Unique. Une gamme capillaire au packaging doux, graphique et tendance. Des formules bio qui réussissent à mousser dotées de parfums très agréables, notamment le Volumisant à la menthe poivrée et le Détox aux céréales. Une démarche éthique et équitable qui a permis à cette ligne de shampoings et soins capillaires de gagner le prix du salon Cosmoprof en 2011.

shampoing bio Unique

Et pour vous, quelles sont les tendances auxquelles vous êtes sensibles ?