Clinique esthétique: L’Oréal investit dans le leader des cliniques au Canada

L’Oréal franchit un nouveau pas dans sa stratégie d’acquisition : le réseau de clinique esthétique Functionalab. Cela se passe au Canada où Functionalab est présenté comme le leader local des cliniques de médecine esthétique et spécialisé dans les soins professionnels de la peau. C’est d’ailleurs, sa marque de cosmétiques professionnels Dermapure – Functionalab qui l’a attiré. Sur ce segment, le groupe L’Oréal possède déjà la marque américaine SkinCeuticals depuis 2005.

clinique esthetique

L’Oréal acquiert une part minoritaire dans un réseau de clinique esthétique

Ces 15 cliniques de medecine esthetique sont réputées au Canada pour leurs traitements de rajeunissement de la peau : peeling, laser, injections, mais aussi rejuvenation anti-relâchement et anti-rides à l’aide des ultrasons ou de la radiofréquence. Ces cliniques distribueront outre leurs propres marques de soins professionnels Dermapure et Project Skin MD, la marque SkinCeuticals. Avec cette prise de participation minoritaire, l’équipe de direction actuelle de Functionalab reste aux manettes.

L’Oréal étoffe ainsi son portefeuille de marque de soins médico-esthétiques avec SkinCeuticals

Cette dernière est une marque au positionnement premium vendue par l’intermédiaire des médecins esthétiques, chirurgiens esthétiques et dermatologues aux Etats-Unis. Et dans le réseau des pharmacies en Europe.

En Amérique du Nord, il est très intéressant pour le groupe L’Oréal et pour sa division Cosmétique Active de ce positionner sur le circuit professionnel de la médecine esthétique au vu du développement exponentiel. En phase avec une demande en forte croissance sur les actes de médecine esthétique non invasifs comme les injections, le laser, le peeling…Mais aussi pour le corps avec la cryolipolyse. Une croissance estimée à +9% en 2018. Et ce partout dans le monde, en Asie comme en Europe. C’est également l’occasion d’acquérir une forte caution professionnelle, gage d’efficacité. La directrice de la division Cosmétique Active, Brigitte Liberman, commente cette acquisition.

« Les procédures esthétiques sont de plus en plus intégrées aux routines de beauté des consommateurs. Avec cet investissement, nous allons pouvoir mieux comprendre leurs attentes en termes de procédures, de gestes esthétiques et leur proposer des routines de soin plus adaptées. »  

Il n’est pas à exclure que cette action préfigure l’acquisition de clinique esthétique dans d’autres parties du monde (Corée du Sud ?) ou d’autres marques de soins professionnels. Comme ce fut le cas avec les marques d’institut comme Carita et Decléor.

Colgate s’inscrit dans la même tendance avec l’acquisition onéreuse de Filorga

Notons qu’en parallèle, le groupe Colgate-Palmolive a racheté au prix fort en Europe la marque de cosmétiques Filorga, des soins professionnels et grand public Filorga. Pour un montant supérieur à 1,5 milliard d’euros. Filorga offre la particularité d’être distribuée sur différents circuits : les médecins et chirurgiens esthétiques dès son origine avec des produits spécifiques (solutions injectables d’acide hyaluronique, de mésothérapie…), la pharmacie et la parfumerie avec des crèmes cosmétiques au positionnement haut de gamme. C’est un ancien de Chanel, Didier Tabary, qui a réussi à transformer cette marque en une pépite. Découvrir ici l’article du blog dédié à l’histoire et aux produits Filorga.

Flop : le dentifrice blancheur de Colgate, mon coup de gueule !

Cet été, par erreur, j’ai changé mon dentifrice Colgate pour le Max White One. Ressemblance forte entre les deux packagings, deux tubes rouge et une même promesse de blancheur. Mais quel flop, quelle erreur ! Le dentifrice Max White One ne mise que sur le phénomène optique, tel un maquillage blanchissant des dents. Efficacité éphémère uniquement ! Ce n’est que du bluff et du mauvais bluff. Il ne contient aucun actif à action blanchissante réelle et durable.

white

C’est mon coup de gueule de l’été, car au-delà de cette promesse blancheur fallacieuse, il est extrêmement chargé en azurants optiques, ces pigments bleus qui neutralisent optiquement  le jaune par effet de couleur complémentaire. Des azurants optiques également utilisés dans les lessives spécial blanc et même les nouveaux adoucissants. Et cela a des conséquences en pratique sur le temps consacré au brossage des dents. En effet, il me faut rincer dix fois plus longuement ma brosse à dent électrique, sous peine de voir virer son manche au bleu. Idem pour la cuvette du lavabo.
Son point positif, le parfum qu’il partage avec mon dentifrice habituel Colgate : un parfum menthe addictif, synonyme de fraîcheur et de propreté.

dentifrice

Mon dentifrice Colgate habituel, c’est le MaxWhite brillance. Il contient des centaines de cristaux blancheur pour faire briller l’émail. Il renforce également les couches de l’émail par son action reminéralisante et protège de la formation de taches. Sa texture gel est plus translucide et plus mauve que le Max White One de Colgate. Et surtout, il ne teinte ni ma brosse à dents, ni mon lavabo.

dentifrice-colgare-maxwhite-brillance

Et moi, je préfère passer 2 vraies minutes à me brosser les dents, plutôt que 3 à récurer ma brosse à dent électrique Oral B / Braun. Car ce que recommandent les dentistes, ce sont 2 minutes consacrées au lavage & brossage des dents, 2 à 3 fois par jour. Or en France, nous sommes très fâchés avec cette pratique, nous y consacrons dans la réalité que 75 secondes et surtout nous usons jusqu’à la dernière minute notre brosse à dent. Bref, vous l’avez compris, soyez vigilant dans l’achat du dentifrice et renouvelez régulièrement votre brosse à dent.

Et vous, avez-vous expérimenté les mêmes tracas avec des dentifrices blancheur ?