Firmenich crée le parfum low cost pour PME et startup grâce à l’IA

Grâce à l’Intelligence Artificielle, Firmenich a mis au point une offre parfum low-cost pour les jeunes marques aux petits budgets qui veulent développer leur parfum signature. Une solution low cost qui capitalise sur l’immense bibliothèque parfum élaborée au fur et à mesure des briefs.

creation parfum intelligence artificielle
L’orgue à parfum numérisé

La création de parfum assistée par l’intelligence artificielle chez Firmenich, une offre low cost

Plusieurs grands parfumeurs se sont équipés d’un outil de screening utilisant l’intelligence artificielle : Firmenich, Givaudan et Symrise. L’Intelligence Artificielle assiste le parfumeur en lui permettant d’analyser, de filtrer leur gigantesque base de données olfactive de matières premières et molécules olfactives en fonction de ses desiderata pour peaufiner sa création. C’est ainsi un outil de formulation augmentée pour les centaines de nez qui officient dans ces maisons de composition.

composition parfum

L’innovation Scentmate de du parfumeur suisse est différente. L’utilisateur est le client final. C’est un outil de création augmentée pour gagner en coût et en délai. L’algorithme est utilisé pour identifier parmi les centaines de milliers de compositions olfactives élaborées par les nez maison au fil des années, celles qui correspondent le mieux aux voeux du client. Des parfums qui pour la majeure partie ont déjà bénéficié de tests consommateurs, ce qui les rend à la fois plus recherchés, désirables et opérationnels puisque le recul donne déjà des indications sur leur qualité de conservation et la durabilité du sillage. La valeur ajoutée réside aussi dans la vulgarisation du brief parfum. Car pour satisfaire la jeune marque, la PME ou la startup encore faut-il s’entendre sur la description olfactive du parfum souhaité. Et dans ce domaine, le vocabulaire est soit pointu et technique, soit émotionnel et subjectif.

Firmenich scentmate IA

Bien sûr, pour réduire le coût de la proposition de nombreuses tâches sont automatisées. Notamment la gestion online de l’ensemble du process jusqu’à la livraison des échantillons et le paiement. À la clé au-delà du prix, une incroyable accélération des délais : 48h pour les échantillons et 5 jours pour honorer les commandes. En outre, les marques indépendantes et les entrepreneurs peuvent être accompagnés pour les problèmes réglementaires, législatifs et les spécificités locales sont déjà intégrés. Scentmate est une innovation accessible pour l’heure en Europe. C’est pour Firmenich, une façon intelligente de donner une seconde vie aux nombreuses propositions parfum qui ont été écartées par les clients à un stade avancé de développement. Car pour un grand parfum et un grand client (L’Oréal, LVMH…), des centaines de constructions olfactives sont élaborées par les nez. Nombre d’entre elles font l’objet de test consommateurs, d’abord par les équipe d’évaluation internes, puis par les clients eux-mêmes dans plusieurs pays pour vérifier l’attractivité internationale du parfum. Avec ScentMate, la difficulté réside cependant dans la capacité à bien comprendre ce que recherche la jeune marque indépendante, la start-up ou la PME. Et ce sans sans l’appui d’un commercial. C’est là l’enjeu du machine learning.
Vous pourriez aimer lire l’article du blog dédié à Nose, le concept-store qui aide le consommateur à identifier le parfum qui lui va via un algorithme.

Lush se retire des réseaux sociaux pour construire sa propre communauté

Le champion du green, la marque de cosmétique britannique Lush a dit au revoir aux réseaux sociaux en Angleterre. C’est une décision audacieuse compte-tenu de la puissance des réseaux sociaux et du formidable levier communication qu’ils représentent pour les marques de beauté. Décodage

lush stop social media

Pionnier dans la cosmétique green, Lush se distingue de ses concurrents en renonçant au social media.

La marque met en avant l’argument du temps passé à lutter contre les algorithmes, à décoder l’algorithme facebook pour obtenir un reach organique satisfaisant. C’est-à-dire atteindre sa communauté de followers ou de fans sans pour autant payer la publicité demandée par les réseaux sociaux que sont Facebook ou Instagram ou Twitter.

lush facebook

En effet, au cours des cinq dernières années, le service offert par les réseaux sociaux a beaucoup évolué. L’équation économique a totalement changé. Je vous explique. Il y a 5 ans, lorsque vous publiiez un post sur Facebook, ce dernier s’affichait dans le feed de 7% de vos fans en fonction d’un algorithme défini par Facebook. Et ce, gratuitement. Aujourd’hui, ce reach organique est tombé aux environs de 1% à 3%. La priorité étant donnée, non pas aux marques, mais au réseau personnel (famille, amis). En cause également, la multiplication des pages facebook ouvertes par les marques et la croissance exponentielle de leurs publications. Pour compenser cette baisse de visibilité et continuer à communiquer auprès de leurs fans, les marques sont invitées à acheter des campagnes de publicité sur Facebook. Avec des tarifs à la hausse du fait du système d’enchères. Lush a donc annoncé qu’elle fermait ses comptes Facebook, Twitter ou Instagram (Lush Kitchen 400k, Lush Times, Lush Life et Soapbox) en Grande Bretagne.

Lush veut créer sa propre communauté indépendante #Lushcommunity

La griffe veut conserver entre ses mains la relation avec sa communauté de fans et ne plus dépendre des réseaux sociaux, de leurs algorithmes et de leurs tarifs publicitaires. Elle en a la force car elle a construit au fil des années une image et une notoriété très forte en anticipant très tôt les nouvelles attentes des consommateurs : le green, le zéro déchet, la cosmétique fraîche et solide, le fait main. De plus elle bénéficie des très nombreux contenus générés par les consommateurs (UGC) et des avis favorables qu’ils partagent sur les réseaux sociaux. Ou même des tests produits, notamment les célèbres bombes de bain colorées de la la marque. Que ce soit sur youtube ou Instagram.

via GIPHY

Très tôt, elle a compris l’intérêt du caractère instagrammable de ses produits aux couleurs pop ou du fait qu’ils se prêtaient facilement à la réalisation d’une vidéo haute en couleur. Ainsi, le hashtag #lush réunit plus de 7 millions de publications sur Instagram avec des vidéos très populaires en provenance du Canada, d’influenceurs mais aussi de M. Tout-le-monde. Avec des scores de vues et d’engagement élevés, et ce à coût zéro.

Après le succès de Glossier, chaque marque cosmétique cherche à créer sa communauté de façon indépendante. Pour entretenir le lien direct avec les consommateurs, obtenir leur avis, mais aussi bien sûr leurs données. Cette précieuse data qui est le Graal de demain.
Dans un prochain article dédié au recyclable, je vous détaillerai les parti-pris innovants de Lush, ses produits solides et frais, sans emballage. Ils ouvrent une voie à la cosmétique à la fois ludique et respectueuse de la planète.
Vous pourriez aimer lire l’article Luxe et beauté s’emparent des codes de communication des réseaux sociaux ou le rose millennial, clé de succès de Glossier.

Robot conversationnel ou chatbot : l’intelligence artificielle investit la beauté, Sephora

Parce que nous sommes toujours plus sur notre mobile et voulons être conseillé, le robot conversationnel ou chatbot séduit les leaders de la beauté comme Sephora ou Lancôme. Depuis l’été dernier, cet assistant virtuel intelligent a envahi de nombreuses applications pour smartphone pour nous conseiller, discuter de nos attentes ou envies du moment, les analyser et nous proposer les services ou produits adaptés. Ainsi la messagerie Messenger de Facebook a accueilli 33 000 chatbots depuis cet été. Pour des marques de luxe également comme Jeager Le Coultre. Pour gagner en réactivité, mais aussi en proximité, les marques recourent à l’intelligence artificielle, aux algorithmes intégrant les centres d’intérêt et les attentes des consommateurs pour suggérer des réponses personnalisées at anytime, anywhere (quand on veut, où l’on veut). Les marques peuvent ainsi ajuster leurs messages et leurs offres en fonction du contexte et du moment, avec un haut degré de précision. Cela permet d’automatiser leur dialogue avec les consommateurs.

chatbot

Le beauty bot de Sephora, un chatbot qui vous délivre des idées cadeaux.

Apparu en novembre 2016 avant les fêtes, ce robot conversationnel est accessible sur facebook Messenger. Après s’être enquis de l’âge, du sexe et du prénom de l’heureux destinataire du cadeau, il nous demande de renseigner le style de la personne (bobo, fashionista, beautysta, BCBG…) et la catégorie de produits de beauté recherché (parfum, soin, maquillage). Le robot délivre alors des premières propositions de cadeau qui peuvent être affinées selon le budget. Dès le cadeau choisi, la géolocalisation informe du magasin Sephora le plus proche où le produit est disponible. Un précieux gain de temps (l’opération prend moins d’une minute au total) et d’efficacité. Utile en cette période de l’année où les anniversaires, fête des mères ou des pères sont nombreux.

lancome mobile

Lancôme propose un diagnostic et l’envoi des échantillons sur mobile grâce à son chatbot.

Pouvoir recevoir des échantillons de soin à tout moment, voici le nouveau service qu’offre la marque Lancôme sur mobile. Pour ce faire, elle s’appuie sur un chatbot qui dialogue avec l’intéressée contactée par pub via le mobile. Cette dernière répond à des questions dynamiques sur son type de peau, ses attentes et problèmes. Elle choisit alors le soin qui lui convient et commande ses échantillons, principal levier d’achat sur le soin visage, en renseignant son nom et son adresse. Bien éduqué, le chatbot enverra une notification à la fin de la conversation, puis des remerciements et la confirmation de l’envoi des échantillons.
Mon avis : Le chatbot (simple dans sa conception) est ici mis au service d’une efficacité publicitaire renforcée et de la récupération de précieuses data.

chatbot jaeger lecoultre

Au final, de plus en plus de marques recourent au chatbot pour prendre en amont le relais du service client. Lorsque les requêtes sont simples, l’intelligence artificielle et les algorithmes suffisent. Dès que les demandes se complexifient, la relève doit être prise par l’être humain. L’objectif est ici à la fois d’accélérer le temps de réponse du service client tout en le soulageant des requêtes basiques. A l’avenir, les algorithmes vont se sophistiquer, les chatbots adopteront un style conversationnel adapté à la marque et seront capables de prendre en charge des demandes variées. Parmi les chatbots les plus avancés, citons celui de Voyages-SNCF qui adopte le ton de la connivence, de la complicité et prévient de ses limites. « Attention, je suis en version beta, je suis tout petit, j’ai beaucoup à apprendre ».