Clinique esthétique: L’Oréal investit dans le leader des cliniques au Canada

L’Oréal franchit un nouveau pas dans sa stratégie d’acquisition : le réseau de clinique esthétique Functionalab. Cela se passe au Canada où Functionalab est présenté comme le leader local des cliniques de médecine esthétique et spécialisé dans les soins professionnels de la peau. C’est d’ailleurs, sa marque de cosmétiques professionnels Dermapure – Functionalab qui l’a attiré. Sur ce segment, le groupe L’Oréal possède déjà la marque américaine SkinCeuticals depuis 2005.

clinique esthetique

L’Oréal acquiert une part minoritaire dans un réseau de clinique esthétique

Ces 15 cliniques de medecine esthetique sont réputées au Canada pour leurs traitements de rajeunissement de la peau : peeling, laser, injections, mais aussi rejuvenation anti-relâchement et anti-rides à l’aide des ultrasons ou de la radiofréquence. Ces cliniques distribueront outre leurs propres marques de soins professionnels Dermapure et Project Skin MD, la marque SkinCeuticals. Avec cette prise de participation minoritaire, l’équipe de direction actuelle de Functionalab reste aux manettes.

L’Oréal étoffe ainsi son portefeuille de marque de soins médico-esthétiques avec SkinCeuticals

Cette dernière est une marque au positionnement premium vendue par l’intermédiaire des médecins esthétiques, chirurgiens esthétiques et dermatologues aux Etats-Unis. Et dans le réseau des pharmacies en Europe.

En Amérique du Nord, il est très intéressant pour le groupe L’Oréal et pour sa division Cosmétique Active de ce positionner sur le circuit professionnel de la médecine esthétique au vu du développement exponentiel. En phase avec une demande en forte croissance sur les actes de médecine esthétique non invasifs comme les injections, le laser, le peeling…Mais aussi pour le corps avec la cryolipolyse. Une croissance estimée à +9% en 2018. Et ce partout dans le monde, en Asie comme en Europe. C’est également l’occasion d’acquérir une forte caution professionnelle, gage d’efficacité. La directrice de la division Cosmétique Active, Brigitte Liberman, commente cette acquisition.

« Les procédures esthétiques sont de plus en plus intégrées aux routines de beauté des consommateurs. Avec cet investissement, nous allons pouvoir mieux comprendre leurs attentes en termes de procédures, de gestes esthétiques et leur proposer des routines de soin plus adaptées. »  

Il n’est pas à exclure que cette action préfigure l’acquisition de clinique esthétique dans d’autres parties du monde (Corée du Sud ?) ou d’autres marques de soins professionnels. Comme ce fut le cas avec les marques d’institut comme Carita et Decléor.

Colgate s’inscrit dans la même tendance avec l’acquisition onéreuse de Filorga

Notons qu’en parallèle, le groupe Colgate-Palmolive a racheté au prix fort en Europe la marque de cosmétiques Filorga, des soins professionnels et grand public Filorga. Pour un montant supérieur à 1,5 milliard d’euros. Filorga offre la particularité d’être distribuée sur différents circuits : les médecins et chirurgiens esthétiques dès son origine avec des produits spécifiques (solutions injectables d’acide hyaluronique, de mésothérapie…), la pharmacie et la parfumerie avec des crèmes cosmétiques au positionnement haut de gamme. C’est un ancien de Chanel, Didier Tabary, qui a réussi à transformer cette marque en une pépite. Découvrir ici l’article du blog dédié à l’histoire et aux produits Filorga.

Licence & Acquisition pour L’Oréal: parfums Valentino, coloration Pulp Riot

Les leaders de la cosmétique intensifient leur stratégie de licence et d’acquisition, L’Oréal en tête. C’est l’un des enseignements de l’étude Deloitte sur le Luxe*. Et la récente actualité ne le dément pas avec la signature de la licence des parfums Valentino pour L’Oréal Luxe et le rachat de la coloration professionnelle américaine Pulp Riot pour L’Oréal Professionnel.

Avec la licence parfum Valentino, L’Oréal ambitionne la place de Numéro 1 sur les parfums

L’an dernier, le groupe Coty a rebattu les cartes de la catégorie parfum en rachetant pour 12,5 milliards de dollars le business beauté de Procter & Gamble, avec de nombreuses licences à la clé (Hugo Boss, Gucci, Lacoste…). Il a ainsi ravi la place de leader mondial de la catégorie.

licence parfum Valentino

En remportant la licence mondiale des parfums Valentino, L’Oréal accroit bien sûr sa position sur le marché des parfums, mais surtout il signe avec l’une des marques de luxe qui a fait l’une des plus fortes croissances sur ces deux dernières années à +27%. La griffe italienne a ainsi franchi la barre du milliard d’euros en chiffre d’affaires grâce au succès rencontré par le directeur artistique Pierpaolo Piccioli, et à une expansion internationale omnicanale. Un succès rencontré notamment auprès de la cible Millennials sensible à l’univers prestigieux, baroque et identitaire de Valentino et à sa couleur iconique, le rouge.

Valentino automne hiver 2018

La marque romaine cultive sa désirabilité et son prestige sur le web et les réseaux sociaux comme en boutique. Elle compte ainsi plus de 10 millions de followers sur Instagram sensibles à l’artisanat et à la préciosité de la Maison Valentino.

Les fragrances bestsellers sont Valentino Donna, Valentino Uomo et Valentino. Le chiffre d’affaires parfum est estimé à 63 millions d’euros et actuellement géré par le groupe catalan Puig.

Acquisition US, la marque de coloration trendy Pulp Riot connait un grand succès auprès des générations Y et Z

Cette jeune marque américaine de coloration  s’est  rapidement développée auprès des salons de coiffure SalonCentric en s’appuyant sur le levier des communautés digitales de professionnels.

rachat pulp riot loreal

Elle a réussi à tisser un lien fort avec les professionnels de la coiffure en misant sur le digital et la créativité.  En 2 ans, elle a monté un business de 11 millions de dollars et séduit une communauté de 681 000 followers sur Instagram. PulpRiot partage sur son compte les créations originales des coiffeurs coloristes et cultive ainsi la proximité.

C’est une marque humaine et incarnée, des valeurs qui séduisent les Millennials. Par son décalage, sa créativité. L’Oréal accélèrera son déploiement international et aura en main une nouvelle carte dans sa relation de proximité avec le coiffeurs dans le monde.

Global Powers of Luxury Goods – Etude Deloitte

L’Oréal, Unilever externalisent leur croissance avec des incubateurs de startups

Au sein des grands acteurs de la beauté, on assiste à un nouvelle stratégie de croissance via les incubateurs de startups. Face à un marché mondial de la beauté dont la progression se ralentit, les grands groupes étoffent leur politique de croissance externe et se tournent vers le high tech.

lvmh

Si pendant de longues années, L’Oréal, Estée Lauder, LVMH, Puig, Coty, Unilever ont privilégié la croissance interne avec la création de nouvelles marques, les exemples se font plus rares aujourd’hui avec la marque Cha-ling chez Guerlain/LVMH. Depuis une dizaine d’années, ils optent pour l’acquisition de marques locales, notamment dans le mass market. Plus récemment, pour la partie sélective, les acquisitions de pépites, marque niche ou professionnelle sur le secteur des parfums et du maquillage : Le Labo, les éditions de parfums Frédéric Malle, by Killian pour Lauder, Atelier Cologne pour L’Oréal. Et enfin, Penhaligon’s et L’Artisan Parfumeur pour Puig. Sans compter le rachat de grosses startups arrivées à maturité et qui proposent un business model avant tout fondé sur les réseaux sociaux : Becca et Glamglow pour Lauder, Nyx pour l’Oréal.

Shopping-le-labo-parfums

Désormais à l’ère digitale, L’Oréal, Procter et Unilever ont récemment annoncé leur participation ou collaboration avec un incubateur ou accélérateur de startup : Founders Factory, Unilever Foundry, P&G’s Connect + Develop program. De même, les distributeurs comme Sephora et Target ont communiqué sur leur accélérateur Accelerate axé sur les femmes et Beach House Group. Précision : un accélérateur se focalise sur un soutien à court terme pour faire décoller une marque. Un incubateur de startup accompagne beaucoup plus tôt dans le développement.

Unilever-foundry

croissance

Parmi les grand succès d’incubateurs indépendants, citons Seed Beauty  (un joli nom prometteur) qui a accompagné le développement de Kylie Cosmetics – la marque maquillage de Kylie Jenner– et Colour Pop. Portée par les réseaux sociaux, Kylie Cosmetics a en un an seulement créé un produit culte, Kylie Lip kit. Gageons que Kylie Cosmetics au succès avéré intéressera à terme Coty, groupe qui compte de nombreuses marques beauté de célébrités.

Cette politique de croissance externe via un incubateur ou un accélérateur est révélatrice de la difficulté des grands groupes à offrir l’agilité indispensable pour innover et coller aux besoins et succès sur les réseaux sociaux, pour intégrer les nouveaux besoins et services aux internautes permis par le digital. Mais aussi à attirer les nouveaux talents, des digital natives qui privilégient l’atmosphère, la foi en la rupture technologique et l’esprit start-up de la Californie. Elle est également le reflet d’une réflexion financière car les marques à croissance forte dans la durée présentent des ratios très chers à l’acquisition. Mieux vaut les approcher à leurs débuts.

Pour connaitre les projets high tech développés par Founders Factory et L’Oréal, lire cet article du blog.

Rachat : Estée Lauder s’offre à prix d’or la marque Too Faced, star du net

C’est la plus chère acquisition du groupe Estée Lauder. Une star du net et des réseaux sociaux, la marque de maquillage luxe très populaire  : Too Faced. Ultime exemple de la guerre d’acquisitions entre Lauder et L’Oréal sur le terrain des jeunes marques.  Leur business model s’appuie avant tout sur leur popularité sur les réseaux sociaux. Avec un terrain de jeu : le secteur du maquillage, segment qui résiste mieux en Europe et aux USA que le soin de la peau.
Reminder : Estée Lauder a ainsi annoncé le rachat de Becca Cosmetics le mois dernier tandis que le groupe L’Oréal rachetait IT Cosmetics. Des marques essentiellement américaines tant en termes d’origine que de déploiement commercial. Charge aux deux groupes d’assurer désormais leur développement international.

rachat-too-faced

Too Faced Cosmetics, le rachat d’une pépite aux yeux d’Estée Lauder

Une pépite dont le prix s’élève à 1,45 milliard de dollars (1,35 milliard d’euros). Cette transaction la plus chère pour le Groupe se justifie par sa popularité auprès de la jeune génération, les Millenials et la génération Z. Sa principale clé de succès réside dans sa puissance digitale et dans sa forte capacité à produire des vidéos tutoriels de qualité sur Youtube. La marque affiche ainsi près de 250 000 abonnés à sa chaine Youtube et une moyenne de 18 000 vues par vidéo. Voici quelques exemples de tuto maquillage ou de vidéo témoignage du fondateur et directeur artistique, Jerrod Blandino, de Too Faced.


De plus, la marque de maquillage américaine réunit plus de 7,3 millions de followers sur Instagram. C’est aussi l’une des croissances les plus fortes avec un chiffre d’affaires de 270 millions de dollars cette année, en progression de +70%.

too faced

En termes de produits, la marque créée en 1998 s’appuie sur des noms farfelus, un brin espiègle, en rupture avec les codes du marché du sélectif, et des formules de haute qualité. Ainsi, le bestseller est le mascara Better than Sex. Suivent derrière  les différentes palettes de maquillage Chocolate.

better-than-sex-mascara

palette makeup

Les fondateurs expriment une vision originale de la beauté :  » nos produits donnent confiance aux femmes pour qu’elle s’amusent, jouent et voient grand ».
Découvrir l’offre Too Faced sur leur site, chez Sephora ou sur le site marchand thebeautyst. Les prix démarrent à partir de 15 euros.

Si vous êtes intéressé(e) par les politiques de rachat des grands groupes de la beauté, je vous incite à lire l’article dédié aux acquisitions dans les parfums rares ou de niche. Paru cet été sur le blog Beauty Decoder.

L’Oréal poursuit l’acquisition de marque de luxe : Atelier Cologne, IT

Le groupe L’Oréal vient d’annoncer plusieurs acquisitions dans le luxe. Ainsi vont rentrer dans son giron la marque de luxe française Atelier Cologne, dédiée comme son nom l’indique à la sublimation des colognes, la Cologne Absolue,  et la start-up américaine IT Cosmetics. Le point commun entre ces deux marques est leur business model sans publicité sur les media classiques et leur positionnement sur des segments en forte croissance : les parfums de niche ou alternatifs, et le maquillage.

marque de luxe

Avec Atelier Cologne, une jeune maison de parfum dont j’ai interviewé l’un des fondateurs dans cet article du blog, L’Oréal Luxe montre le même intérêt que le groupe Estée Lauder qui a coup sur coup procédé au rachat de plusieurs marques de parfums rares comme Le Labo, by Killian et les Editions de Parfums Frédéric Malle. Des marques bien implantées aux Etats-Unis et en Europe au travers de boutiques en propre essentiellement. Il en est de même pour le groupe espagnol Puig qui a racheté des marques de luxe plus anciennes, L’Artisan Parfumeur et Penhaligon’s.

parfumerie-alternative

La parfumerie alternative attise la convoitise des groupes de beauté car elle a su faire montre de développement sain sur la base de boutiques en propre tout en attirant de nombreux consommateurs. C’est aujourd’hui le segment le plus dynamique des parfums, il répond à la demande de toujours plus de personnalisation par les  clients. Le parfum jouant le rôle de signature olfactive personnelle et faisant partie intégrante de l’identité. De nombreux clients du sélectif se sont lassés des parfums dits commerciaux soutenus, voire maintenus à flot par de puissantes campagnes publicitaires. Ils se tournent dorénavant vers les boutiques des marques de niche (Joe Malone du groupe Estée Lauder, Diptyque, Annick Goutal…) pour le conseil et l’écoute qu’ils y trouvent – le diagnostic parfum en tête à tête pouvant durer jusqu’à 30 minutes – et pour la possibilité de porter un parfum rare. Les grands magasins parisiens, Printemps en tête, ont vite compris l’intérêt de la marque de luxe dans le domaine de la parfumerie et leur ont attribué un espace réservé.

belle-parfumerie-printemps

Quant à la start-up IT Cosmetics, cette jeune pousse qui connu une croissance de +56% l’an dernier sur le continent américain, elle s’est faite achetée à prix d’or par le groupe L’Oréal. Fondée en 2008, cette marque de maquillage présente de grandes propriétés de couvrance car sa créatrice, Jamie Kern, une présentatrice télé atteinte de rosacée (joues enflammées) cherchait un fond de teint capable de la masquer.

acquisition-it-cosmetics-loreal

La gamme de maquillage et de soin a été conçue avec l’aide de chirurgiens plasticiens sur une approche problème-solution. Elle est en vente sur des chaines de téléachat comme QVC, sur le site e-commerce de la marque et bientôt chez Sephora. Pas moins de 1 milliard d’euros ont été déboursés pour cette marque de luxe, soit près de 6 ans de chiffre d’affaires, l’acquisition la plus onéreuse depuis huit ans et payée cash. 

marque-it-cosmetics

Shopping de marques intensif pour L’Oréal et Estée Lauder en 2014

L’année 2014 aura été marquée par une frénésie de shopping, un nombre de rachat de marque élevé par les 2 géants de la beauté que sont les groupes L’Oréal et Estée Lauder. Pour l’Oréal, la croissance externe est aujourd’hui pivilégiée avec les rachats de marques consommateurs américaines comme Nyx Cosmetics, chinoise, brésilienne ou des technologies comme la start-up israélienne. De son côté, Le groupe Estée Lauder a racheté successivement les marques de parfum Le labo à New York, les éditions Frédéric Malle à Paris, puis des marques de soin comme maintenant la marque californienne GlamGlow, experte dans les masques beauté à effet immédiat.

Pour L’Oréal, un shopping cosmopolite et éclectique : Carita, Decleor, Magic, Niely Cosmeticos, Coloright .

Durant cette année, le groupe L’Oréal s’est intéressé successivement au marché des soins de spas et d’instituts en rachetant Carita et Decléor au groupe Shiséido (arrêt de la marque luxe Kéraskin), à des acquisitions locales au positionnement accessible comme les cosmétiques pro américains NYX que je décris dans ce post, les soins capillaires et la coloration brésilienne de Niely Cosmeticos, les masques de beauté chinois Magic. Et enfin à des acquisitions de starts-ups ayant développé un savoir-faire et des devices sur le diagnostic et l’analyse de la carnation  au travers de la très jeune société californienne Sayuki Custom Cosmetics ou des cheveux comme l’israélienne Coloright dotés de technologies chromatiques utiles pour proposer une offre personnalisée en matière de fond de teint ou de maquillage, mais aussi de coloration.

shopping-l-oreal

Shopping parfums et soins pour Lauder : Le Labo, Frédéric Malle et Rodin Olio Lusso.

Le Labo est une marque de parfums niche, vendus en France dans leur boutique de Saint Germain des Prés qui mêle l’esprit paillasse de labo au design industriel, chez Colette et dans des grands magasins. La marque vend également des produits pour le corps et des bougies. Créée en 2006 par des experts de l’industrie du parfum, Fabrice Penot et Eddie Rochie, elle a notamment séduit le groupe par son offre de personnalisation et la préparation faite sous vos yeux. Un rachat finalisé en novembre.

Shopping-le-labo-parfums

le-labo-interieur-boutique

Pour les éditions de parfums Frédéric Malle, l’accord de rachat devrait être finalisé en janvier 2015. Cette collection de parfums diligentée par Frédéric Malle, le petit-fils du fondateur des parfums Christian Dior,  s’est construite autour de créations olfactives confiées chacune à un grand nez de la parfumerie, y compris des nez attachés à une maison de parfum comme Jean-Claude Ellena pour Hermès qui signe 3 créations. Ces parfums niche s’appuient sur une distribution très sélective, les 3 boutiques parisiennes Frédéric Malle (1er, 7ème et 16è arrondissement), les boutiques de mode pointues comme L’Eclaireur ou de belles parfumeries en province, ou encore quelques grands magasins comme la belle Parfumerie du Printemps Haussmann ou le Bon Marché. Découvrir la collection sur le joli site web Fréderic Malle ici.

Quant à la marque de soins de luxe Rodin olio lusso, elle a été créé un an plus tard en 2007 par la styliste Linda Rodin à New York en s’inspirant de la beauté italienne. La marque est particulièrement connue pour ses huiles, la grande tendance du moment dans le soin de la peau, et ses soins aux huiles essentielles. Elle est commercialisée dans des boutiques pointues et chez Colette, Liberty et Barney’s à Londres. En un sens, le Decléor américain, en version grand luxe.

Rodin-huile-Lauder

Dernier shopping en date pour le groupe Estée Lauder : GlamGlow.

Cette marque californienne a été créée il y a tout juste 4 ans par le couple Glenn et Shannon Dellimore. Une success story à l’américaine partie d’un masque de boue aux feuilles de thé ou d’eucalyptus à l’efficacité rapide pour séduire les maquilleurs des plateaux de cinéma ou de télévision, une fabrication 100% californienne, un univers de marque ancré dans la mythologie de Hollywood et de ses stars, les spas et l’usage professionnel, un bouche à oreille qui a vite démarré, un prix élevé 69€ et une distribution sélective (Neimann Marcus) et pour couronner le tout, un Elle Award. Ainsi le packaging des produits est toujours signé d’une étoile, rappelant Hollywood Boulevard. Le pari du départ était de réussir à formuler un masque traitant qui puisse offrir la même efficacité qu’un protocole de soin d’une heure effectué par une esthéticienne en quelques minutes seulement. Le rêve, non ?

shopping-glamgmow-masque-star

En tout cas, une équation gagnante qui a séduit l’international (distribution élargie à Séphora, Bloomingdale, les anglais Selfridge et Harvey Nichols), et désormais rachat par le groupe américain, leader du luxe US. Séduit également par un autre atout de cette start-up devenue multi-millionnaire, sa capacité à recruter et à mobiliser ses fans sur les différents réseaux sociaux et plateformes numériques. Une pratique que maitrise parfaitement la marque de maquillage professionnel MAC qui appartient également au portefeuille de marques du groupe Estée Lauder. A contrario, la marque historique Estée Lauder accuse un grand retard par rapport à sa concurrente Lancôme, retard qu’elle cherche à rattraper en mettant en oeuvre une nouvelle politique vis à vis des Instagram, Pinterest et Facebook comme je le décris dans ce post. Pour en savoir davantage sur cette marque star montante, rendez-vous sur son site web ou chez Sephora qui distribue les produits au prix de 49,90 €.