Shampoing John Frieda: j’ai cassé le bouchon en le faisant tomber, grrr…

Coup de gueule : Alors que je venais tout juste de m’acheter le shampoing volume de John Frieda, il est tombé dans la douche car il était mal posé sur la tablette. Son bouchon en plastique a explosé puisqu’il tombait d’assez haut. Impossible dès lors de le refermer correctement…

shampoing casse bouchon

Dans sa conception packaging, ce shampoing en tube s’avère fragile

Contrairement au packaging adopté pour la majorité des flacons de shampoing, le tube impose de le ranger tête en bas. Ce qui nécessite d’être extrêmement solide au niveau de sa fermeture, sinon tout le shampooing se répand sans discontinuer. Pour avoir travaillé dans l’industrie cosmétique, je suis toujours étonnée de voir que les équipes marketing et packaging choisissent des formats de ce type qui sont par essence fragile. Le seul intérêt du tube pour un shampoing est de se démarquer de la concurrence, donc d’être finalement plus visible en linéaire. Mais si c’est pour être particulièrement fragile, que soit sur l’étagère du supermarché ou du Monoprix ou encore dans la salle de bains, cet avantage me parait minime face au risque de casse encouru. Car le shampooing est bien le produit cosmétique qui nous accompagne le plus souvent sous la douche au même titre que le gel douche. Astuce : pour continuer à l’utiliser alors que je ne l’avais pas encore entamé, j’ai entouré le bouchon de film alimentaire. Ainsi emmailloté, j’ai pu le ranger à plat et l’utiliser régulièrement.

shampoing John Frieda avis

Manque de bol, c’était la première fois que j’achetais cette marque américaine John Frieda. Une marque positionnée haut de gamme parmi les marques capillaires vendues en supermarché ou à Monoprix. Avec un prix largement supérieur à la moyenne du marché, autour de 7€ et une contenance de 250ml comme la majorité des shampoings. J’ai craqué pour ce shampoing pour sa promesse de volume 7 jours. Une promesse alléchante pour toutes celles et ceux qui ont plutôt les cheveux fins ou plats, à la recherche de volume. Mon avis : au-delà du problème packaging rencontré, ce shampoing volume remplit moyennement sa promesse. Certes, il décolle un peu les racines et les cheveux fins ont tendance à se redresser un peu. Pour autant, la promesse des 7 jours de John Frieda me parait exagérée ! Son vrai point fort : sa facilité à mousser. 

Partage d’expérience : problème packaging, casse, fuite…

Et vous, avez-vous rencontré des problèmes avec un packaging de produit cosmétique. Qui fuit, qui se casse, qui ne se vide pas complètement. Pour ma part, j’enrage toujours un peu sur les flacons pompes de lait corporel hydratant qui ne se vident qu’à 80%. L’astuce est alors de prendre une paire de ciseaux pour couper le plastique et finir rapidement. Car la formule étant en permanence en contact avec l’air ambiant, elle est plus fragile et peut rapidement se dégrader, s’oxyder. À éviter donc pour les produits solaires par exemple car les filtres solaires perdent alors leur efficacité. Pour éviter ces inconvénient, je recommande les shampooings en flacon. je n’ai pas encore testé les shampoings solides qui sont très tendance actuellement.  N’hésitez pas à partager vos expériences malheureuses , problème packaging et avis sur la question en laissant un commentaire ou une anecdote sous cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.