Le blues du rouge à lèvres

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler maquillage…Ce qui finalement est plutôt normal dans un blog sur la beauté.

rouge a levres

Voici janvier et nous en sommes toujours aux règles de la distanciation sociale et des gestes barrières et surtout le port du masque quasiment huit heures par jour… Pour rester belle, pour se sentir encore civilisée, nous déployons tous nos efforts. Eye-liner pour les yeux, vernis pour nos doigts, brushing stylé et….Et puis c’est tout ! Car on nous a privé de notre atout de charme : notre sourire ! 

Fini les jolis rouge à lèvres. Les bruns, les chauds, les gourmands, les brillants pulpeux, les nudes romantiques et le fameux rouge baiser !

Et oui ! À quoi bon maquiller nos lèvres ? D’abord cela tacherait notre masque et de toute façon personne n’en profiterait… La chute des ventes de bâtons doit être vertigineuse et la courbe des crayons à yeux et ombres à paupières, proportionnellement ascensionnelle ! Pour compenser, on en viendrait presque à mettre des faux-cils à la Betty Boop

Car vous l’avez constaté, tout passe désormais par le regard

C’est notre seul moyen d’expression, notre atout charme, l’ambassadeur de nos pensées. Alors on met le paquet et on sort nos meilleures armes : À nous les ombres à paupières bleu céleste, vert délicat ou noir charbonneux. Pour dire ce que nous pensons, voulons ou désirons, nous n’avons plus que nos yeux . 

Écarquillés ou au contraires à demi fermés, nous inventons une nouvelle manière de nous parler. Cocteau disait que les yeux sont le miroir de l’âme, c’est encore plus vrai aujourd’hui. Notre regard dit beaucoup ce que nous pensons. Nos paroles ne peuvent plus masquer nos pensées, elles ne peuvent plus transformer nos sentiments qui s’expriment plus directement par le regard. 

Chacun d’entre nous doit plonger dans celui de l’autre pour le comprendre et deviner ce qu’il veut dire. Depuis qu’on nous a coupé pour ainsi dire la parole, nous inventons au fil des mois, une façon plus expressive de communiquer entre nous. Car, vous l’aurez remarqué, il n’est pas aisé de faire de longues phrases avec un masque. Concepts complexes, explications laborieuses et descriptions minutieuses ne sont plus à l’ordre du jour. Nos lunettes se couvrent de buée et au bout de 3 minutes de conversation … on manque de souffle.

Place aux non dits, aux regards complices ou réprobateurs (non votre masque ne se porte pas sous le nez !) Et ce qui est amusant c’est qu’on se comprend très bien !

Je propose donc que pour inaugurer 2021, nous fassions le compte des aspects positifs consécutifs à notre mésaventure collective. Et bien en voilà un : nous avons élargi notre mode d’expression pour un langage universel, celui des yeux qui n’a nul besoin de traduction. 

Amis terriens, pour nous souhaiter le meilleur à venir quand nous nous croiserons, je vous propose de cligner tout simplement deux fois des yeux et tout sera dit, tout sera sous-entendu, pas besoin de longues phrases : on reste soudé et on s’en sortira !

Bonne année

Babette Koenig

La Covid 19 et ses nouveaux variants viennent bouleverser nos façons de communiquer, de séduire avec ou sans rouge à lèvres et surtout de nous projeter. C’est en ce sens que mon amie Babette Koenig, styliste-illustratrice, nous concocte ces chroniques pleines d’humour et d’optimism. Comme le monde d’après
Quant
à la référence Rouge Baiser, l’ironie du sort est dans l’illustration masquée de Gruau, le contre-pied d’aujourd’hui. Ce rouge à lèvres a traversé les années et son design drapé évoque les tenues des stars d’Hollywood, qui l’avaient adopté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.