Luxe et Architecture : les défilés croisière prennent place dans ces lieux atypiques

rio defile croisiere vuitton

rio-defile-croisiere-vuitton

Et si les oeuvres contemporaines de l’architecture donnaient un supplément d’âme, de statut et de culture aux marques de luxe tout en les inscrivant dans la longévité ? Collection croisière après collection, Louis Vuitton, Dior ou Fendi choisissent d’investir des lieux à l’architecture singulière et forte pour leurs défilés de mode. Des oeuvres architecturales emblématiques, novatrices, futuristes. Elles fournissent un écrin magistral à ces présentations hors des capitales de mode.

louis-vuitton-defile-croisiere-palm-springs

Ainsi, Louis Vuitton présentait sa collection croisière dans la maison de Bob et Dolores Hope conçue par John Lautner à Palm Springs en 2015. Cette année, c’est au Musée d’art contemporain de Niteroi à Rio qu’elle fit l’évènement signé Nicolas Ghesquière. Ce musée signé de l’architecte brésilien Oscar Niemeyer dans les années 90 bénéficie de courbes spatiales et d’une vue extraordinaire sur la baie de Rio. Découvrir le film du défilé ici.

architecture-musee-dart-contemporain-niteroi

De même, l’an passé, Raf Simons avait choisi pour décor l’incroyable Palais Bulles pour le défilé de sa collection Dior à Théoule sur mer. Un palais extravagant datant des années 60 et propriété du couturier Pierre Cardin. D’ailleurs, ces lignes organiques reviennent à la mode par leur dimension cocooning rassurante.

defile-dior-palais-bulle

Quant au parfum Kenzo Flower, propriété de LVMH, il plante le décor de sa communication publicitaire à Brasilia dont les principaux bâtiments ont également été réalisés par Oscar Niemeyer. Pour cette oeuvre, il reçut d’ailleurs le prestigieux prix Pritzker en 1988. Ce théâtre d’architecture aux lignes courbes et graphiques épurées contraste avec la légèreté et la poésie du coquelicot, emblème de la ligne de parfum. Découvrir les images et le décodage de cette pub dans ce post du blog.

brasila-kenzo-flower

Le point commun de tous ces décors : une architecture futuriste.  

Sans compter le défilé sur la muraille de Chine orchestré par Fendi qui avait marqué les esprits en 2007. Il soulignait la percée fulgurante des clients chinois. Ces chinois qui représentent désormais la première nationalité des clients du luxe.
fendi-defile-muraille-de-chine

Mais au-delà de ces évènements à la portée médiatique mondiale, chaque maison de luxe se pose également en mécène de l’architecture. Ainsi, Louis Vuitton finance la restauration des grilles et des peintures du bâtiment à Rio de Janeiro. Plus encore,  il oeuvre au mécénat de l’exposition de l’artiste brésilien Helio Oitucica en février 2017. Quant à Dior, la maison de luxe finance la restauration de la maison de la Reine à Versailles sans compter les manifestations d’art contemporain dans le parc. Alors que la rénovation du Petit Trianon a été prise en charge en 2008 par la maison horlogère Breguet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.