Émancipation féminine: Chanel ouvre une nouvelle page culture

L’émancipation féminine qu’incarne avec maestria Coco Chanel, est un fil rouge de la communication digitale de la maison Chanel. Elle s’inscrit au coeur de nombreux chapîtres de sa web serie Inside Chanel. Une série qui fait la part belle à l’illustration et au graphisme. Dans un tout autre registre, plus cérébral, Chanel inaugure une nouvelle forme de content au travers de son premier rendez-vous littéraire. La culture s’invite ainsi sous la forme d’une table ronde avec des lectures et des débats animés par l’ambassadrice et porte-parole de la maison de couture, Charlotte Casiraghi. Chanel donne à entendre de grandes figures littéraires de l’émancipation féminine.

Littérature et émancipation féminine avec l’ambassadrice Charlotte Casiraghi et l’écrivaine Sarah Chiche

Ce premier « Rendez-vous littéraire rue Cambon » a lieu le nouveau salon Haute Couture de la maison. Il est dédié à Lou Andreas-Salomé, une psychanalyste dont Nietzsche est tombé éperdument amoureux et avec qui Rainer Maria Rilke a eu une liaison. Elle était aussi l’amie de Sigmund Freud. Née en 1861, Lou Andreas-Salomé fut l’une des premières femmes à aborder le sujet de la sexualité des femmes dans la psychanalyse. Libre-penseuse, elle inspira à Rainer Maria Rilke, de seize ans son cadet, une passion dont témoignent les lettres d’amour enflammées du poète.

émancipation féminine

Pensés par la directrice artistique de Chanel et par Charlotte Casiraghi, ces rendez-vous nous invitent à redécouvrir des femmes écrivains chères à Gabrielle Chanel ou à Karl Lagerfeld. C’est d’ailleurs ce dernier qui a conseillé ce livre à la porte-parole de Chanel alors qu’elle était encore adolescente. Découvrir les lectures et débats ci-après qui permettent à la marque d’offrir un contenu plus intellectuel sur un thème à même de séduire les jeunes et les moins jeunes. Non pas pour gagner en proximité, mais pour asseoir les valeurs et l’engagement de la marque. Dans un format en phase avec les nouvelles pratiques. Puisque la crise sanitaire aura poussé les gens à se tourner davantage vers les livres et la littérature.

Ce lien avec la littérature, la marque Chanel l’entretient au travers de ses campagnes publitaires dédiées à l’affichage. Vous souvenez-vous de ces affiches jouant avec la sémantique et les mots ? Des affiches que la marque avait eu l’audace de placarder dans le métro. Démontrant là son indépendance par rapport aux codes (cf l’article du blog dédié).

Parallèlement, la web serie Inside Chanel tisse les liens avec la musique

Après la danse, l’art, la littérature ou le cinéma, le trente-et-unième chapître ouvre le quatrième art, la musique et Coco Chanel. Ce film retrace l’amitié entre Gabrielle Chanel et le compositeur Igor Stravinsky en 1920. Celui-ci l’initia à la musique, puis elle découvrit le jazz au mythique Boeuf sur le toit. Ce storytelling souligne également la dimension moderne de la créatrice en citant la musique pop avec les Beatles ou Johny Halliday. Des goûts éclectiques, en somme. Cet autre exercice de communication digitale, plus léger, vise à entretenir la figure charismatique de la créatrice Gabrielle Chanel auprès des jeunes du monde entier. Puisque ce brand content est proposé en anglais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.