Courrèges dit adieu au plastique, au vinyle et à ses actionnaires pour le bio et Pinault

Une page se tourne pour la maison Courrèges, elle abandonne le plastique et plus particulièrement le vinyle qui a signé ses produits cultes. En même temps, le duo publicitaire (interview ici) qui avait repris la marque à Coqueline Courreges, la femme du fondateur, en 2011, vient de céder la totalité de ses parts à Artémis et François Pinault. Une évolution majeure puisque ces derniers détenaient déjà 41% du capital depuis 2015 et les difficultés rencontrées par la marque liées notamment certaines années à l’absence de directeurs de créations reconnus. Un bol d’air, un plein d’énergie, avait eu lieu avec l’arrivée du duo Sébastien Meyer et Arnaud Vaillant à la tête de la direction artistique en 2015. Un duo primé par l’ANDAM en 2014, gage de leur créativité.

plastique

Courrèges tourne le dos à son passé, au plastique pour une mode écoresponsable 

En changeant d’actionnaire principal et en passant sous le pavillon de la holding de François Pinault, maison-mère de Kering, Courrèges tourne le dos à son passé sixties et embrasse la cause environnementale chère au patron de Kering. Nouvelle direction artistique et mort annoncée des matières qui ont fait la notoriété et la signature de Courrèges. Avec les produits cultes que sont le blouson court, la mini-jupe trapèze ou le trench aux couleurs pétantes : blanc, orange… Cela fait intimement partie du patrimoine de la marque et le choix est audacieux ! Tout autant que sa mise en scène, sa théatralisation. Ainsi, un pop-up store, rue François 1er, a été dédié à la vente des stocks de vêtement en vinyle avec une scénographie intitulée La fin du plastique.

Au-delà du décorum, chaque vêtement fabriqué en vinyle portera un numéro pour signifier la fin programmée du stock de plastique. Si l’avenir de Courreges ne rime plus avec plastique, il s’écrira avec de nouvelles matières telles le néo-nylon écologique ou le coton bio. Un tournant majeur en phase avec les préoccupations des Millennials, en recherche de sens et de valeurs. 

Fashion show courreges

Défilé Courreges PE 2019 signé de l’allemande Yolanda Zobel

Courrèges n’est pas la seule marque française installée dans le paysage du prêt-à-porter à connaître d’importantes turbulences financières. Ainsi, Carven, en difficultés économiques, change également d’actionnaire pour passer sous pavillon chinois. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.