Clichés : Zalando combat les diktats mode sur les réseaux sociaux et affiches

L’e-commerçant allemand Zalando spécialisé dans la mode a choisi un angle de communication militant : le combat contre les clichés. Avec un terrain de jeu privilégié : les réseaux sociaux où dominent les diktats de la mode. Il y règne majoritairement un grand conformisme notamment dans la forme et beaucoup de stéréotypes. Or aujourd’hui, les générations Y et Z qui sont les plus présentes sur ces réseaux, attendent des marques qu’elles s’engagent. À leurs yeux, elles doivent prendre en charge des causes sociétales, humaines et défendre de nobles idéaux. C’est pourquoi, Zalando assume une communication engagée, capitalisant sur les valeurs de tolérance et de liberté. Un message prônant l’expression de soi, totalement dans l’air du temps, très bien accueilli par ces jeunes cibles. Ces jeunes de 15 à 30 ans sont très attentifs aux valeurs de diversité, d’inclusivité.

anti clichés

Zalando met en scène ses valeurs de tolérance avec un dispositif évènementiel anti clichés

Parce que chacun devrait être libre de porter ce qu’il aime, le claim et le hashtag de cette campagne est #FreeToBe. Elle véhicule un esprit de liberté, poussant chacun d’entre nous à s’affranchir des diktats de la mode et à affirmer son identité propre. Qui n’a pas entendu en Real Life dans la rue ou en commentaire sur les réseaux sociaux ces remarques désobligeantes, ces injonctions au conformisme ambiant.

affiche contre clichés Zalando

Cette campagne anti clichés, Zalando la démarre par de l’affichage en abribus à Paris. Une campagne d’affichage pas comme les autres puisqu’elle est interactive. En effet, elle interpelle les passant à briser les codes physiquement. Elle les invite à casser, détruire le panneau de l’abribus. Contre toute attente, ils trouveront à l’intérieur des vêtements atypiques. Il leur est suggéré d’oser les porter pour défendre une mode libérée. Plusieurs fois par jour, les panneaux des abribus étaient réalimentés. Et ce, dans différents quartiers parisiens : Odéon, Montparnasse, Opéra, Rivoli.

En parallèle, pour donner plus d’ampleur à cette opération, Zalando mène une campagne d’influence 

En priorité sur Instagram, le réseau social roi de l’image. Avec une trentaine d’influenceurs qui ont invité leur communauté à porter un de leurs vêtements clivants. C’est-à-dire un vêtement qu’ils affectionnent, mais qui ne crée pas le consensus. Une tenue qui provoque des critiques ou des jugements péremptoires. Ils ont ainsi relayé le hashtag #FreeToBe en mobilisant leur audience. Chaque influenceur proposait aussi aux audacieux et aux originaux de le retrouver à un emplacement donné et de poser à ses côtés. Cette opération fait écho au nouveau positionnement de Zalando, leader de la mode en ligne, et à sa communication qui embrasse la diversité : de genre, d’âge, de morphologie ou d’origine. À l’image des ambassadeurs de la marque Zalando que sont les mannequins Alice Hurel, Felicity Hayward ou Rain Dove présents dans le film.

Vous pourriez aimer lire l’article du blog dédié au l’évolution des représentations de la beauté et l’adoption par Chanel d’une égérie transgenre. La mode évolue, la beauté également. Ces deux industries ont longtemps véhiculé des carcans esthétiques. Et ce sont les jeunes pousses, les startup qui se sont attaquées en premier à ces stéréotypes. Avec succès (cf Glossier en cosmétique ou Ysé en lingerie). Car cela a accéléré leur développement, leur notoriété et l’empathie des jeunes générations.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.