Interview Spa : le fondateur de Cinq Mondes

 

Nouveauté, la crème précieuse pour la nuit de Cinq Mondes
Nouveauté, la crème précieuse pour la nuit de Cinq Mondes

Si, comme moi, vous êtes addict des spas et des soins dépaysants, à l’univers exotique pour s’échapper de notre quotidien et s’accorder une parenthèse enchantée, alors direction le Spa Cinq Mondes qui redéfinit les codes du spa français en s’inspirant du meilleur des lointaines contrées et de leurs traditions de massage et de bien-être. Parole d’expert avec Jean-Louis Poiroux, fondateur des soins et des spas Cinq Mondes.

Jean-Louis Poiroux, fondateur des soins et des spas Cinq Mondes
Jean-Louis Poiroux, fondateur des soins et des spas Cinq Mondes

Quelle est l’origine de Cinq Mondes ?
C’est l’aboutissement des 10 années passées chez L’Oréal. Doté d’un job international, j’ai effectué de nombreux voyages au Japon, aux Etats-Unis, à Londres…

Qu’est ce qui a nourri la création de Cinq Mondes?
Je suis parti du constat qu’il y avait déjà un univers de spa aux US ou en Asie mais qu’il pouvait être amélioré. Je voulais changer la dimension trop industrielle du spa américain, organisé au cordeau, utilisant de la technologie à outrance, à la limite de la science fiction. Les spas asiatiques sont, eux, de taille grandissime et sont relativement peu fréquentés par rapport à l’univers des spas de DubaÏ.

Ce sont plus des spas vitrines de grands hôtels…  Il s’agit d’une beauté formelle, mais l’espace est vide. Il n’y a pas l’espoir de les amortir. Il y a un spa à la française avec une vraie culture du soin et des beauticians/esthéticiennes très bien formées mais j’ai cherché à proposer une vision des cosmétiques plus sensorielle, avec des parfums qui vous transportent plus loin et des textures plus abouties.

fleurs
Mon épouse et moi avons voyagé pendant un an et demi, nous avons fait un tour du monde en privilégiant des pays de grande tradition de massage et s’appuyant sur une tradition écrite : l’Inde, le Nord de la Thaïlande où est pratiqué le massage thaï traditionnel, le Nuad Bo’rarn, le Maghreb. Nous restions plusieurs mois dans chacun pour nous former aux techniques de massage traditionnels. Ainsi au Maroc, les bienfaits du hamman sont très bien décrits, des thèses lui sont consacrées alors qu’en Afrique sub-saharienne, les massages sont prodigués mais la transmission s’est faite oralement. En Chine, nous avons réalisé des partenariats avec des médecins qui enseignent le taoïsme et la réflexologie. 

Bain japonais
Bain japonais

Quelles ont été vos plus grandes joies et déceptions dans cette aventure  ?
Le démarrage très enthousiasmant car les journalistes françaises attendaient désespérément un spa en France ouvert sur le monde. On a tout de suite eu une couverture média dont on ne pouvait rêver (Vogue, Air France Madame, Elle…). Et bien sûr, l’adhésion immédiate du public. 

La gamme de soins rituels précieux Cinq Mondes
La gamme de soins rituel précieux Cinq Mondes

Certaines idées qui me tenaient à coeur n’ont pas rencontré le succès escompté. Ainsi le lance parfum ouvragé avec la technique de dinanderie (métal martelé) que je voulais intégrer. C’est une tradition du Maroc, on t’asperge les mais avec des fleurs d’oranger et des roses. Mais ça n’a pas intéressé les clientes. En revanche, les pluies de pétales de rose en produit parfumé, elles, marchent très bien. 

Comment veux-tu que la marque soit perçue ? 
Notre unicité est quelque chose que nous aimerions partager avec nos clients. Nous proposons un voyage sensoriel, au coeur de soi-même et notre gamme de produits est de grande qualité. Aujourd’hui notre site internet ne le transmet pas assez et je ne suis pas toujours sûr que ce double message passe aussi bien.

 CM_HGiansily2011_6567#8C6B

Quelles sont les marques que tu trouves intéressantes ? 
Des marques comme Six Senses, une marque thaïlandaise aux origines américaines, mais ils n’ont jamais pris le temps de développer des produits spécifiques pour leurs spas. J’aime beaucoup le part-pris fort de la marque australienne Aesop, elle est dotée d’une exigence très forte sur les huiles essentielles et sur l’aromathérapie. 

Quelle est votre prochaine actualité ?
Nous venons d’initier un programme de recherche dans la biotechnologie végétale avec des brevets sur les cellules souches. Coté spa, nous en construisons un nouveau à Dubaï de 3000 m2 avec de véritables « suites de soin » d’une superficie de 60 à 80m2 bénéficiant d’un hammam privé, d’un salon pour le cérémonial de bienvenue, idéales pour les couples. 

Pour finir, quel est ton produit culte ? 
Ce sont le gommage aromatique aux épices et la crème précieuse. Ce gommage pour le corps à base de sel de mer et de noix de muscade laisse la peau ultra-douce. Du coup, le massage à l’huile qui suit devient une glisse extraordinaire et  j’éprouve une sensation d’apesanteur incroyable. Quant à la crème, je l’utilise chaque matin, elle a un fini assez mat, sa texture pénètre très bien avec un effet un peu liftant.

Spa Cinq Mondes proche de l'Opéra
Spa Cinq Mondes proche de l’Opéra


Spa Cinq Mondes 6 square de l’Opéra-Louis Jouvet, 75009, massage à partir de 20mn – 01 42 66 00 60 et soins disponibles à la boutique en ligne, dans les spas Cinq Mondes et au Séphora des Champs Elysées. Coffrets cadeaux valorisant pour les anniversaires.

Interview Parfum : le fondateur d’Atelier Cologne

La maquette des boutiques Atelier Cologne de Paris et de New York
La maquette des boutiques Atelier Cologne de Paris et de New York

Si, comme moi, vous êtes addict des parfums frais, héspéridés, version Fizz, alors direction Atelier Cologne qui redéfinit les codes de la Cologne avec ses colognes absolues. Parole d’expert avec Christophe Cervasel, co-fondateur de l’Atelier Cologne. Edit 2016 : la marque de parfum de niche vient d’être rachetée par le Groupe L’Oréal. Ce rachat confirme l’intérêt des grands groupes cosmétiques (Estée Lauder, L’Oréal et Puig) pour les marques de parfums rares à distribution restreinte. Des parfums qui tirent le marché et dont le business model est fondamentalement différent.

Quelle est l’histoire de l’eau de cologne ?

Son origine remonte à 1709. C’est un émigré italien, Jean-Marie Farina, qui à son arrivée à Cologne a souhaité créer un parfum qui lui rappelle l’Italie et le nomma eau de cologne en hommage à sa nouvelle de résidence, ce fut le premier parfum émotionnel et non pas un parfum purement hygiénique pour couvrir les mauvaises odeurs comme c’était d’usage à l’époque. Sa maison de parfum connut rapidement un grand succès à l’échelle européenne.

Quel a été l’élément déclencheur à la création ?
Sylvie et moi sommes deux amoureux des colognes et jugions que c’étaient des produits maltraités. Elle connaissait bien le marché US et pour elle, la clé de succès aux US, c’est de créer des marques. Nous voulions créer une maison de parfum française avec une fabrication française mais tournée à la fois vers la France et les Etats-Unis.Nous avons démarré par le marché américain avec les grands magasins Neiman Marcus.

Les fondateurs d'Atelier Cologne, Sylvie Ganter et Christophe Cervasel
Les fondateurs d’Atelier Cologne, Sylvie Ganter et Christophe Cervasel


Cologne absolue, c’est une nouvelle sémantique, c’est aussi un paradoxe et donc sa force ?

Nous créons des colognes qui tiennent, cela nécessite une construction qui s’inspire des parfums classiques. La majorité des colognes sont construites sur une pyramide olfactive inversée avec beaucoup de notes de tête. Regarde notre Orange sanguine, elle est construite sur une structure en sablier avec beaucoup de notes, le bois de santal, le jasmin, la fève tonka, le géranium, c’est la même complexité qu’une eau de parfum avec un concentration de 15 à 20% en huiles essentielles. Cela en fait un parfum rémanent à évolution faible, la note agrume reste, c’est une cologne de caractère. 

Rangeedeparfums

Vos codes sont unisexes : la couleur bleu vénitien, les appellations, le flacon…Vous visez à la fois les hommes et les femmes.
A la différence de Calvin Klein, nos parfums ne sont pas unisexes mais caméléons. Leur rendu sur peau est différent selon le sexe de la personne qui le porte. Nous avons voulu sortir de l’approche classique parfum pour homme et parfum pour femme.

Que ce soit en boutiques ou face au flacon, on ressent la double patte française et américaine.
Nous vivions des 2 côtés de l’Atlantique, Sylvie et moi au lancement de l’affaire. Le concept architectural de la boutique s’en ressent, avec ses côtés bruts, l’atmosphère design industriel très new yorkaise. D’ailleurs, la boutique de New York a été ouverte un an et demi avant celle de Paris. De même, le flacon a son étiquette décalée selon les codes US.

La boutique du 8, rue Saint Florentin, 75008
La boutique du 8, rue Saint Florentin, 75008

Vous proposez un service original en boutique mais aussi aux Galeries Lafayette, la possibilité de faire graver à son nom…
A Dallas, nous avions été frappés par un artisan graveur chez Neiman Marcus. Nous avons souhaité reproduire, mais non pas en gravant le flacon, mais en personnalisant l’étui en cuir qui est est offert avec le 30ml.

Quelle est votre prochaine actualité ?
Nous venons de sortir la collection métal présentée dans des façons innovants réalisés avec 1% de métal précieux, Silver Iris et Gold Leather et d’ouvrir une nouvelle boutique à Brooklyn. Pour les fêtes, nous allons inaugurer notre prochaine boutique dans le Marais, rue Debelleyme et avons des projets sur Dubaï, Hong Kong, San Francisco et Londres.


Pour finir, quelle a été votre plus grande joie dans cette aventure ? 
Ce sont, je crois, les boutiques. Nos produits ont désormais une maison, nos créations ont une adresse, notre boutique de la rue Saint Florentin. L’idée du retail n’était pas présente au départ, elle s’est imposée petit à petit.

Flacons de 200ml de 100 à 240€, 30ml à partir de 40€ disponibles à la boutique de la Rue Saint Florentin, aux Galeries Lafayette Haussmann et au Séphora des Champs-Elysées. Coffrets cadeaux valorisant pour les fêtes.

Interview Marque : le fondateur des soins Kibio

 

Pierre cabane, fondateur de la marque Kibio
Pierre Cabane, fondateur de la marque de soins Kibio


Pierre, un ancien de L’Oréal a créé en 2005 la marque de soins Kibio. Je vous propose un petit tour sur la saga de cette marque, le bio, etc…

Voici ce qui m’a servi de moteur pour la fondation de 

  • l’idée de la création, une idée assez orgueilleuse ma foi,
  • une revanche sur L’Oréal qui m’avait appris le Marketing, non pas en le faisant, mais en l’écoutant en raison de ma position de financier dans ce groupe
  • la rencontre avec des acteurs du bio. A l’époque, je n’étais pas encore un militant du bio, ma conversion s’est faite au travers de rencontres avec des personnes du terrain, des agriculteurs de la Drôme, le département le plus bio de France. Un évènement m’a marqué, lors d’un déjeuner dans une exploitation agricole, j’ai été impressionné par l’excellences des patates bio et ai ainsi discuté longuement sur les vertus du bio avec cet agriculteur. Le bio permet une sélection naturelle des cultures et j’ai été convaincu par le fait qu’un avocat bio est plus riche sur le plan nutritionnel
  • l’attrait de l’originalité. L’Oréal était absent du marché du bio. Un an plus tard, il rachetait Sanoflore.

Quelles ont été tes plus grandes joies pour avoir porté cette marque sur les fonds baptismaux ?

La création est un processus extrêmement joyeux, inversement proportionnel à la qualité de vie matérielle, notamment les séances de recherche sur le nom de marque, sur le concept. Je voulais positionner la marque sur un paradoxe : la marque à la fois la plus bio et la plus cosmétique. Des formules à 90% bio associées à de superbes galéniques dans des packagings dotés d’argent à chaud. Les 3 premières années, la marque a été distribuée via la vente à domicile. Nous recrutions nos ambassadrices par des annonces dans la presse gratuite, nous recherchions de grandes qualités humaines et commerciales et cela nous a permis d’établir un dialogue soutenu avec les acheteuses. En 2008, nous élargissons la distribution au circuit parapharmacies et pharmacies en démarrant avec Monoprix. Cela nous permettait d’assurer une visibilité pour la presse et pour l’international mais cela a créé de la concurrence avec le réseau de vente directe.

Kibio pots

Qu’a-til manqué à Kibio pour réussir ?

Un peu de simplicité dans le concept qui englobait trop de choses pour être immédiatement compris en pharmacie. Le concept fonctionnait très bien au travers de nos vendeuses dans le circuit de la vente directe qui vouaient une grande dévotion à la marque, en revanche, il était trop complexe pour passer le filtre des pharmaciens. Bien sûr, nous avons également manqué de moyens. 

Pourquoi le marché du bio ne progresse-t-il pas plus ? Est-ce parce qu’il n’y a pas de grands acteurs entièrement dédiés au bio ?

En effet, des groupes comme L’Oréal sont en partie responsables, ils n’ont pas poussé le bio.

Quel est ton produit de beauté idéal ?

Ce serait un produit de soin sur mesure

Quelle marque niche juges-tu intéressante ?
Absolution pour sa sincérité car une marque bio se doit d’être éthique.

Clap de fin, le groupe Clarins qui a racheté la marque en 2010, a décidé d’en arrêter la commercialisation cette année.