Chapon, torréfacteur de cacao & maître chocolatier : interview savoureux

boite-oeufs

Dans la rue du Bac, QG de la haute gourmandise, j’ai craqué pour la devanture pascale de Chapon, maître es cacao et chocolatier. En vitrine figurent ses mousses au chocolat iconiques qui ont fait sa réputation et des créations Spécial Pâques. Interview chocolaté du fondateur Patrice Chapon.

portrait-chapon

Quel a été l’élément déclencheur des chocolats Chapon il y a 30 ans?
En 1983, je suis parti en Angleterre pour être glacier à Buckingham Palace. J’y réalisais des glaces et des sorbets et les plus difficiles, mais aussi les plus appréciés, s’avérèrent les sorbets au chocolat c’est un challenge à confectionner car la matière première, le beurre de cacao, est très dure dans un environnement froid, complexe à doser et essentielle en goût. De retour en France, j’ai décidé de me consacrer entièrement au chocolat, aux décorations en chocolat. Ma première commande fut pour Fauchon.

bol-chocolat

Vos créations et packagings se distinguent par les illustrations vintage qui les ornent et font vibrer en nous la corde émotionnelle. Comment décririez-vous votre savoir-faire  ?
Le chocolat peut se prêter à maintes décorations originales et les oeufs de Pâques en sont un bel exemple. Je viens d’en réaliser en collaboration avec les Fées Pâtissières, en utilisant la sérigraphie et des beurres de cacao colorés. De plus, depuis 6 ans, je torréfie moi-même les fèves de cacao, c’est une démarche atypique pour les artisans chocolatiers puisque nous ne sommes que 10 à le faire en France. Passionné de chocolat, j’ai souhaité en maîtriser la source, la provenance pour pouvoir en exploiter toutes les richesses, les subtilités. 

moules-chapon

Comment travaillez-vous les parfums et les saveurs ?
Les parfums différent entre les fèves et le chocolat. Le parfum du cacao donne des notes similaires au vin car il contient également des acides acétiques et lactiques, il est riche en tannins et confère amertume et acidité. On y trouve des notes de sous-bois, des notes fleuries ou fruitées, de champignons même. Je travaille directement les fèves avec le sucre, sans ajouter de beurre de cacao. Il est alors plus épais que le chocolat classique, mais l’essence même du produit est respectée.

tablettes-chapon
Une vingtaine de provenance de cacao déclinée en tablettes

Mon avis : J’ai pu déguster des chocolats de diverses origines : l’Equateur : doux et universel, le Mexique au final fruité, le Chuao du Vénézuela très long en bouche, le Bolivie aux notes d’épices et de café, très concentré et le Brésil aux notes miel, caramel. Un véritable festival pour les amateurs de chocolat !

Que partagent les maîtres chocolatiers avec les artisans du luxe ? 
Ils ont en commun le travail manuel, la précision, ils travaillent en fonction de la matière qu’ils ont entre leurs mains, de sa provenance. Comme un vigneron, le maître chocolatier observe et surveille l’évolution de son oxydation pendant le couchage, cela peut prendre 12, 48H, jusqu’à 60 heures pour le chocolat Pérou brassé. 

mousse au chocolat
Pour finir, quelle est votre actualité ? 
J’organise un concours de mousse au chocolat amateurs jusqu’au 1/04 à la Mairie du VIIème arrondissement. Il est relayé sur facebook. Les inscriptions se font par mail à l’adresse concours@chocolat-chapon.com, ou via le site internet de la Mairie du 7ème arrondissement de Paris (www.mairie07.paris.fr). 

concours

La mousse au chocolat est le dessert favori des Français et le produit iconique de la maison Chapon. Elle se déguste en boutique selon 6 crus de cacao. Chapon était également présent à Taste of Paris au Grand palais où il a vendu 2700 cornets de mousse au chocolat en 4 jours ! 

Infos pratiques

Chapon, 4 boutiques en Région Parisienne : 69 rue du Bac 75007, 52 avenue Mozart 75016, 26 rue Madeleine Michelis à Neuilly sur Seine et 31 bis avenue de la Résistance 77500 Chelles.
Une présence à l’international : Francfort, Dublin, Stockholm, Vienne, Hong Kong, Sidney et Tokyo. Découvrir les produits iconiques de la marques, ses tablettes, ses créations pour Pâques sur le site chocolat-chapon.com.

 

Courrèges, le mythe renait et s’envole : interview du repreneur de la marque

La marque Courrèges renait avec un duo de repreneurs et un duo de création artistique, le mythe s’envole avec la Fille de l’air, son nouveau parfum et une collaboration avec Estée Lauder pour le maquillage. Vent de nouveautés et de créativité pour cette année 2015 ! Interview du repreneur Frédéric Torloting avec son ami de toujours Jacques Bungert.

Portrait fred

Vous êtes passé de la production d’idées à la production d’articles de mode et de parfums, quel a été l’élément déclencheur ?
Avec mon ami de 30 ans Jacques, on s’est toujours dit que nous reprendrions une boite dans un grand loft blanc. Le hasard de la vie a fait que nous avons rencontré Coqueline Courrèges après un article sur les marques que nous avions écrit pour madame Figaro. Face à un monde qui bouge tant, nous soulignions combien nous avions besoin de repères et que de fait,  les marques resteraient pérennes. Coqueline Courreges nous a alors invités à visiter le 40 rue François 1er, ce fut pour nous un vrai choc esthétique et le début d’une longue relation.

La boutique mythique Courrèges, rue François 1er
La boutique mythique Courrèges, rue François 1er
Le blouson iconique Courrèges est devenu un mythe
Le blouson iconique Courrèges est devenu un mythe

Après 6 mois de rencontres hebdomadaires, Coqueline, très attachée à la transmission,  nous a proposé de reprendre le mythe Courrèges – un véritable privilège car cette marque s’est inscrite au coeur de la seconde moitié du XXème siècle et a fait bouger la société.  Courrèges avait raté l’explosion du luxe dans les années 90. La chance que nous avons, c’est que cette marque bénéficie d’un important capital notoriété en Europe, aux US et au Japon, son style est resté très pur au fil des décennies. Parce que la plate-forme de style dont les emblèmes sont le blanc et le vinyle, est restée intacte, le mythe Courrèges a gardé sa force.

mythe-style-Courreges-blanc-vinyle

mode-style-Courreges

Quelles ont été vos grandes joies et difficultés rencontrées dans cette aventure  ?
J’ai une grande difficulté à réaliser en temps réel toutes les joies que nous traversons. Certes, il est plus difficile de réformer une boite, il peut y avoir de la résistance, des frottements. On peut avoir peur quand on a besoin d’argent, notre quotidien est fait de petites montagnes russes. 

Quelle est votre vison des parfums Courrèges ?
Nous avons décidé d’arrêter le principe de licence et de reprendre nous-même la conception et la gestion des parfums. Car les parfums Courrèges participent au mythe, il a fallu ainsi 7 ans pour créer le parfum Empreinte. Leur écriture olfactive est très nette, sans chichis.

parfums-Courreges

parfum-blanc-Courreges

parfum-best-seller-Courreges

Nous lançons actuellement La fille de l’air,   en exclusivité d’abord sur Air France pendant 15 jours, puis dans notre réseau de parfumeries: Marionnaud, Nocibé, Beauty success,.. De fait, les liens avec Air France se renforcent en cette année 2015  car France is in the Air, le nouveau film publicitaire réalisé par We are from LA (cf article du blog) met en avant l’esprit pop et les robes de Courrèges. Un signe que le mythe se renforce, notamment sur l’Asie.

parfum-la-fille-de-lair-Courreges

visuel-la-fille-de-l-air-Courreges

Mon avis : les jus Courrèges offrent un sillage marqué, ils ont chacun une forte personnalité. Des 2 plus récents, Rose, développé pour l’Asie est le plus accessible. Quant à La fille de l’air, cela sonne comme un titre d’un long métrage pour nous conter une aventure et une expérience ultra sensorielle. La marque abandonne le territoire olfactif des couleurs. C’est ici un clin d’oeil à Air France et à ses hôtesses. La légèreté à la fois gourmande et sophistiquée du jus l’inscrit dans l’air du temps, c’est un parfum autour du néroli et de la fleur d’oranger sur un lit de muscs beaucoup moins segmentant que Blanc ou In Blue. Il pourrait également séduire aux US et en Asie, autres terrains de jeu privilégiés de la marque Courrèges aux côtés de la vieille Europe. En campagne d’affichage en juillet.

Le mythe Courrèges se renforce internationalement par la collaboration avec Estée Lauder sur le maquillage.
Nous apprécions et cultivons le principe des collaborations avec des personnes expertes dans leur domaine. Le maquillage est un métier trop éloigné du nôtre. Cette collection capsule avec Estée Lauder, c’est une nouvelle force de frappe et une visibilité démultipliée

make-up-Courreges-x-Estee-laudercourrèges-makeup-estee-lauder
Pour finir, quelle est votre dernière actu mode ? 
Elle est clé car nous venons d’embaucher le duo de jeunes créateurs, Coperni, pour prendre en charge le style Courrèges et lui donner un nouveau souffle et la projeter dans le XXIème siècle. Deux personnalités connues peu du grand public, mais du monde de la mode puisqu’Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer ont gagné le prix de l’Andam l’an dernier. La collection 2016 sera présentée à la Fashion Week de septembre. 

duo-Coperni-Courreges

Infos pratiques

Courrèges, boutique 40 rue François 1er et sur la Rive Gauche, le pop-up store rue de Sèvres, 75006. Découvrir les produits iconiques de la marques, ses bottines, ses blousons sur le site courreges.com.

Courreges-bottines

Caudalie, la marque au raisin : interview de sa fondatrice, Mathilde Thomas

Interview avec Mathilde Thomas, fondatrice de Caudalie, la marque au raisinEn créant avec son mari Bertrand la marque Caudalie, elle a su exploiter autrement les richesses des vignes familiales du château Smith Haut Lafitte et écrire une aventure entrepreneuriale de couple dans la cosmétique en pharmacie. 

Mathilde Thomas, fondatrice de Caudalie.

 

Quelle est l’origine de la création de Caudalie  ?
C’est la rencontre avec Joseph Vercauteren qui m’a parlé de ses recherches sur les polyphénols de raisin à Bordeaux, il y a plus de vingt ans. Nous étions alors, Bertrand et moi, un jeune couple, il voulait absolument monter son entreprise et moi, travailler dans l’industrie des cosmétiques et des parfums.  Alors que les pépins de raisin sont riches en polyphénols, que la peau du raisin est également source de nutriments précieux, ils étaient jetés après les vendanges avec les sarments. C’est pourtant la partie la plus intéressante de la vigne pour la peau.
Cela a été l’étincelle du début de la création en 1993, nous avons déposé les statuts en 1994 puis créé deux crèmes anti-oxydates et un complément nutritionnel antioxydant en 1995.

raisin-caudalie

 

Quelles ont été vos grandes joies et difficultés rencontrées dans cette aventure  ?
La première fut quand j’ai formulé une crème avec le brevet, quand j’ai vu les tests cliniques avec des résultats extraordinaires pour stopper les radicaux libres et pour diminuer les rides. Pour Bertrand, mon mari, en charge du commercial, ce fut le fait de décrocher sa première pharmacie. C’est également le premier article paru dans la presse sous la plume de Rosine Vidart.

L’aventure Caudalie n’est pas un long fleuve tranquille, surtout avec les pharmaciens. Au début, ils nous fermaient la porte au nez, en précisant « 3 produits, c’est petit », « les autres produits se vendent bien », « vous ne faites pas de pub »… Ce qui est également difficile, c’est de se concentrer sur une stratégie sans céder au chant des sirènes. Nous étions des « jeunes fous », on nous proposait de vendre au Japon.  Certains pays ont été ouverts trop tôt : la Chine, le Japon. Nous manquions de moyens pour soutenir ces pays et financer les voyages nécessaires.

Etant basée à New York, quelle influence américaine est exercée sur la création de vos produits ?
Nous vivons depuis 5 ans à New York. Avant de nous lancer sur le marché US, nous avons fait le tour des Etats-Unis et rencontré 500 clients. La marque est aujourd’hui vendue chez Sephora. Notre marketing français est peu adapté aux USA, nous avons été contraints de repackager, il nous fallait montrer le raisin, le rendre plus visible,  clarifier, l’histoire se devait d’être plus présente. De plus, les USA sont constitués d’une classe moyenne importante, aux origines diverses. Une clientèle pour laquelle il est important de simplifier les messages – moins de prose poétique – d’aller à l’essentiel. c’est également le pays de « l’instant gratification » et de l’efficacité immédiate. Pour obtenir cette action rapide, nous avons, par exemple, ajouté des nacres flouteuses dans nos produits yeux. Cela permet de faire gagner du temps à la cliente, plus besoin d’anti-cernes.
Autre influence majeur, c’est l’importance que nous accordons à la protection UV, nous intégrons des filtres solaires dans nos soins visage, et offrons ainsi une protection UV inférieure à 20.

Quels nouveaux concepts de marque jugez-vous intéressants ?
Je suis admirative de la réussite de Sephora aux Etats-Unis. Ce sont eux qui donnent le la des tendances beauté du monde, ils sont très en avance sur les plateformes digitales, ils savent tout sur leurs clients avec les « beauty insiders ». Sephora a ainsi détecté très en amont les huiles (NDR :une tendance de fond du marché cf le post de ce blog) et avec leur puissance de diffusion, ils ont étendu la tendance à la planète beauté. Ils ont une véritable écoute des clients, ils rentrent dans les labos de leurs fournisseurs et voient se dessiner les grandes tendances, qu’ils poussent ensuite. J’apprends beaucoup d’eux. Ce que j’observe aussi, c’est le rachat des parfumeurs indépendants comme Le Labo ou les Editions Frédéric Malle par le groupe Lauder (cf article ici). En termes de marques récentes, j’apprécie les masques Glamglow. 

Pour finir, quels sont vos produits cultes dans la marque ? 
La crème Premier Cru au positionnement premium, je l’ai développée au début pour moi avec tous les brevets Caudalie et les plus fortes concentrations en actifs. Cela a nécessité 7 ans d’amélioration, 214 essais, ce fut un projet de longue haleine, très personnel.
Au-delà des produits, notre actualité porte sur le Retail, nous ouvrons des boutiques Caudalie à Hong Kong, aux Etats-Unis, en France, nous allons en ouvrir une en Chine prochainement. Nous en avons 14 à ce jour.

AMBIANCE PREMIER CRU LA CRÈME 2

Mon expérience et avis : Je suis sensible à cette histoire de marque centrée autour d’un ingrédient phare et universel : le raisin. Un ingrédient qui à lui tout seul, véhicule la fraîcheur, l’hydratation, mais aussi la French Touch  qu’il exploite à merveille au travers de son Spa et de la vinothérapie. Cette gamme Caudalie s’appuie sur une forte unicité, de belles innovations en termes de textures, galéniques et actifs pour proposer une alternative intéressante et plus glamour aux marques d’eaux thermales qui dominent la pharmacie. Des packagings aux couleurs empreintes de la terre et des fruits des vignobles qui se différencient fortement dans les linéaires. Un pari réussi pour Caudalie, qui, en vingt ans, lui permet de dominer l’offre anti-âge en pharmacie. Voici mes produits préférés : le sérum hydratant qui désaltère la peau (26€) et le thé des vignes, une eau fraîche à la senteur thé et néroli que j’aime beaucoup.

Caudalie-serum-et-eau-de raisin

Quant à la publicité, j’apprécie beaucoup celle de Polyphénol [C15], emblématique de la marqueavec son fond de raisin shooté par Mathilde de l’Ecotais, photographe macro au traité luxe onririque qui magnifie notamment les oeuvres du chef Thierry Marx. Enfin, ce qui m’impressionne dans ce couple d’entrepreneurs, c’est qu’il vit au rythme de la marque, s’installant 5 ans aux Etats-Unir pour réussir sur ce marché exigeant pour ensuite s’installer à Hong Kong pour ouvrir et réussir l’Asie. Des entrepreneurs voyageurs !

caudalie-polyphenol_c15


Boutique Caudalie dans le Marais et expérience Spa Vinothérapie aux Etangs de Corot décrites sur le blog.

Pour en savoir plus sur les produits de la marque, rendez-vous sur son site marchand en cliquant.

Parfum de niche : interview de la Présidente des Parfums d’Orsay et du comité Joséphine

Interview avec Marie Huet, la présidente des Parfums d’Orsay et du Comité Joséphine qui réunit les marques de parfum de niche françaises. En co-créant ce Comité, elle a souhaité que ces marques peu connues du grand public, puissent parler d’une même voix pour défendre leurs valeurs, la création et la fabrication Made in France et créer une labellisation pour ces parfums confidentiels (absence de publicité et distribution très sélective). Elle est depuis 8 ans à la tête des Parfums d’Orsay, l’une des marques les plus anciennes de la Parfumerie, créée en 1830, une marque sortie du giron familial depuis déjà un siècle.

Marie Huet Parfum de niche

Quelle est l’origine des Parfums d’Orsay ?
Son créateur, le Comte Alfred d’Orsay, était un dandy, un artiste peintre devenu parfumeur pour séduire : un Casanova du parfum. Grand innovateur, sa première création fut dédiée à la femme de son meilleur ami qui ne trouvait pas son bonheur en matière de parfum. La recherche d’originalité a été le fil conducteur de cette maison de parfum depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

Quel a été le déclencheur de cette aventure ?
J’ai rencontré le président de cette maison et j’ai été séduite par son histoire, son patrimoine. Je voulais réaliser un travail d’orfèvre pour retrouver l’ADN de la marque, son identité originelle et projeter son créateur dans notre époque. J’ai relancé les 4 fragrances phare de la maison, une gamme intemporelle pour faire le lien avec le passé. La majorité des fragrances sont mixtes à l’instar du parfum de niche qui s’adresse à tout le monde, 2 sont masculines Le dandy et Le nomade. Les flacons ne sont pas sexués.

Quelles ont été vos grandes joies et difficultés rencontrées dans cette aventure  ?
L’analyse des Archives pour révéler la totalité de l’histoire de cette marque, un travail très personnel. La création des parfums avec des nez, bien sûr, et la constitution d’une équipe dévouée à la marque. Ma principale difficulté, mon principal stress reste les préoccupations administratives liées à l’entreprise française.

Autre source de joie, la création du comité Joséphine, qui compte aujourd’hui 15 membres. Nous l’avons créé à l’occasion du bicentenaire de l’Impératrice Joséphine, une figure de proue de l’originalité et une femme passionnée par les essences. Dans ses serres, elle a inventé de nombreuses essences dont l’objectif principal était de masquer les odeurs (faisant office de déodorant  l’époque).  Sur les 300 marques de parfum niche existant dans le monde, une centaine sont françaises. Les autres proviennent de Russie, du Moyen-Orient, d’Europe et des US. (NDLR : On y cultive un entre-soi entre marques de parfum de niche aux critères très exclusifs, puisque même l’origine du capital est prise en compte !)

Parmi mes déceptions, la complexité du marché américain pour les marque niches, j’ai testé de nombreux distributeurs aux US mais nous nous sommes toujours retrouvés face aux mêmes problèmes, des points de vente mauvais payeurs, des problèmes de communication car les relations Presse y sont très coûteuses. 

Quelle est votre actualité ?
Nous avons lancé Al-Kimiya, alchimie en arabe. Ces 2 extraits de parfums « Oud et Bois« , « Ambre et Musc, »peuvent être postés seul ou associés à une autre fragrance. 2 extraits très puissants construits autours de notes de fond. Extrait de parfum, 40ml, prix 177€. 

parfum-orsay-al-chimiya

Quels sont vos produits ou parfums cultes ? 
Le Dandy pour son accord rhum-whisky et Tilleul, une fragrance créée par le nez Olivia Giacobetti, très originale, cette eau de toilette est aussi déclinée en eau sans alcool pour l’été. Parmi la concurrence, j’apprécie la dame aux Camélias de Jardin d’Ecrivains et Clair de musc de Serge Lutens ou encore Chypre fatal de Guerlain. On y dénote une vraie originalité dans le travail et la culture de parfumeur.

Pour finir, quels sont les concepts de parfumerie novateurs ? 
Jovoy  incarne bien la parfumerie de niche, il offre de l’espace et du temps aux clients pour bien les conseiller, ne pas les saturer. De même, Antonio de Marie-Antoinette dans le Marais – voir l’article que je lui ai consacré sur le blog, est un vrai passionné. Nose est novateur dans son approche de diagnostic parfum, mais pour ma part, je choisis au coup de coeur, pas avec une machine. 

Mon expérience et avis : J’ai été séduite par la démarche de personnaliser encore plus son parfum en le complétant par Al-Kimiya. une tendance de fond du sur mesure totalement en phase avec le parfum de niche. Sans pour autant le dénaturer. Adepte des parfums frais au printemps, je suis sensible à la fragrance Tilleul aux accords citronnier-melond’eau-fleurs de tilleul très nature herbe coupée et notamment à l’eau de soin sans alcool pour l’oreiller, Tilleul pour la nuit, une fragrance relaxante idéale avant de s’endormir. Et davantage au graphisme romantique des étuis et sac qu’à la ligne des flacons qui, à mes yeux, manquent d’audace.

parfum-orsay-ligne-tilleul

Au global, une histoire de marque séculaire, capitalisant sur la figure de dandy de son créateur pour proposer des fragrances atypiques permettant de se singulariser. Une image de marque qui fonctionne bien à l’export, les étrangers étant souvent plus sensibles que nous à la tradition française olfactive. Une histoire qui demande un conseil sur mesure et un personnel particulièrement bien formé. Des prix de vente un peu élevés (à partir d’une soixantaine d’euros) justifiés par la faiblesse des volumes de vente. La valeur d’un sillage très personnel de la parfumerie confidentielle.

graphisme-romantique-parfum-dorsay-de niche
Boutiques Jovoy, La Belle parfumerie au Printemps Haussmann, en province…

Pour en savoir plus sur les produits de la Maison Parfum d’Orsay, rendez-vous sur son site marchand en cliquant ou sur l’e-boutique premium d’Amazon.

Lire également l’interview du fondateur d’Atelier Cologne, marque de parfum confidentiel récente qui a le vent en poupe.

La co fondatrice de Sephora crée des parfums solides au graphisme séduisant, Sabé Masson

Interview avec Isabelle Masson, la co fondatrice de Sephora. En créant le Soft Perfume, elle a repris le chemin de l’aventure entrepreneuriale. Parole d’expert pour comprendre l’innovation que sous-tend ces parfums solides et nomades. Et le chemin qu’elle a parcouru depuis Sephora qu’elle a créé avec son mari, Dominique Mandonnaud, autour du concept de la parfumerie en libre-service et le point d’orgue, l’ouverture du Sephora des Champs Elysées doté de 300 m2 entièrement dédié à la Beauté en 1996. Ils vendront 6 mois après à LVMH alors que Séphora compte déjà 49 magasins franchisés.

fondatrice-isabelle-sabe masson mandonnaud
Isabelle Masson Mandonnaud, fondatrice de Sephora et de Sabé Masson

Quelle est l’origine de Sabé-Masson ?
En 2004, je suis rentrée sur Paris car je voulais remonter une entreprise après Séphora autour du parfum. Je recherchais quelque chose de précis qui n’existait pas sur un marché libre. J’ai alors créé la marque Crazy Libellule, l’idée est de retravailler autour de l’ancêtre du parfum, la concrète. Après un conflit d’actionnaire, j’ai arrêté. Mais j’avais à nouveau l’amour d’entreprendre et l’envie de partager.

concrete-soft-perfume

Qu’est ce qui a nourri la création de la marque Sabé Masson et du produit Soft Perfume?
Je voulais travailler sur les nouveaux modes de parfumage et j’ai construit une base entièrement naturelle autour de 3 bases, une base de monoï aux propriétés hydratantes et protectrices, une base beurre de mangue et huile de tamanu aux vertus anti-oxydantes et enfin une de karité pour nourrir la peau. Nous travaillons les parfums sur les trois bases avec Robertet et Fragrance Resources, et retenons celle qui garantit la plus jolie fragrance. Aujourd’hui, nous vendons en Asie, en Europe (UK, Hollande, à la Rinascente de Milan) et dans quelques petites boutiques en France. Et bien sûr, sur le site internet.

gamme-perfume

Quelles ont été vos grandes joies et difficultés rencontrées dans cette aventure  ?
La création des parfums, bien sûr, et le retour des clients. Ma principale difficulté reste la commercialisation des produits, même si je suis une fille de magasin, je recherche la perfection. Je préfère vendre directement à des détaillants que je connais et j’exporte avec des distributeurs.

Quelle est votre actualité ?
Je vais ouvrir un show room l’an prochain qui sera plus tard transformé en point de vente. Ce sera pour moi un vrai laboratoire. Concernant les parfums, nous lançons Artist et pour les fêtes, un coffret de trois produits. 

Pour finir, quels sont vos produits cultes ? 
Renutriv d’Estée Lauder, tout particulièrement le sérum. Pour le parfum, je suis longtemps restée fidèle au Numéro 19 de Chanel. 

soft-perfume-etuis

trio-soft-perfume

Mon expérience et avis : Ce qui m’a d’emblée plu dans ces Soft perfume, c’est à la fois la praticité du concept et le graphisme des packagings et de tout l’univers visuel qui entoure les produits. De jolies trouvailles pour présenter la gamme et un prix très accessible, 20 € alors que la concrète peut être appliquée 265 fois. Un usage durable. La gamme de parfum solide compte aujourd’hui 12 fragrances réparties sur les 3 bases, dont deux masculines Artiste et Rock. Mes préférés sont La reine soleil, un parfum fleuri ensoleillé au motif bayadères, Lucky Bay un accord agrumes – bouquet de fleurs au pattern ou motif provençal et Namaniah, un parfum fruité musc. Des bâtons que je glisse facilement dans mon sac. J’aime bien l’appliquer sur des points de tensions, sur le creux du poignet et dans le cou.

Au global, une idée originale alliant tradition et innovation, et séduisante par la qualité des fragrances et la poésie du graphisme. La beauté se niche dans le détail.

Edit : Ouverture d’une boutique en propre, la maison des Soft perfumes dans le Haut-Marais depuis la mi-avril 2015. On y retrouve la patte colorielle de cette fondatrice inspirée. 4 rue de Franche Comté à Paris. Ouverte du lundi au samedi de 10H30 à19H00
boutique-sabe-masson-soft-perfumeAmbiance Soft-boutique

Autres boutiques Lady Bird rue des Abbesses , 75018 Paris ou Beauty Lounge, 9 rue d’Argout, 75002, Made by Moi à Oberkampf…

Pour en savoir plus sur les produits de la marque, rendez-vous sur son site marchand en cliquant.

Chine & Japon, décodage croisé culture et sociologie par Martine Le Herpeur

Vendredi dernier, Martine Le Herpeur, grande prêtresse des tendances, organisait une conférence passionnante autour des influences croisées de la Chine et du Japon. Analyse fine des cultures et sociologies comparées émaillée d’expériences et d’anecdotes qu’elle a partagées avec nous. Des clés pour mieux comprendre ces 2 pays aux liens historiques mais aux différences si extrêmes. Des pays clés dans l’univers beauté, la Chine étant le marché en plus forte progression, le Japon étant le plus sophistiqué avec le panier d’achat le plus élevé au monde et toujours source d’initiatives innovantes (voir mon dernier post sur Shiseido Ultimune, ou le premier soin qui booste le système immunitaire cutané).

Chine-Japon-Martine-Le-Herpeur

Des contrastes géographiques et historiques sous-tendent la culture et la sociologie de la Chine et du Japon.

L’Empire du Milieu, se considérant comme le centre de la civilisation et par extension le centre du monde, est un espace sans limite tandis que le Pays du Soleil Levant qui en tire sa fierté (force Nihon, lieu d’origine du soleil) s’est construit sur une insularité exigüe, 6852 îles le composent. La fleur emblématique de la Chine est la pivoine luxuriante, synonyme de richesse, celle du Japon est le chrysanthème qui s’orne de 16 précieux pétales, c’est la fleur sacrée de l’empereur. A la profusion chinoise, à l’apparence d’un désordre permanent, s’oppose dans l’iconographie comme dans la société la précision extrême japonaise, voire le dépouillement que l’on retrouve dans le design et la mode. L’organisation de la société est diamétralement opposée, la société chinoise est horizontale depuis la Révolution Culturelle, le statut est donné par l’argent et le travail. La société nippone est toujours verticale, un héritage du Moyen Age. 90%% de la société est composée de la classe moyenne, l’ordre et la hiérarchie, l’héritage des ancêtres prédominent, le langage est codifié, le Japon est encore aujourd’hui un pays de castes, fait d’obligations.
Concernant l‘image du luxe au Japon, deux courants dominent historiquement, le luxe dépouillé du XVème sicle, le luxe des samouraïs, l’esthétique des arts martiaux, la purification du luxe versus le luxe des marchands à la fin de la période Edo au XVIIIème siècle qui s’oppose au faste de la cour japonaise, un luxe discret, caché – la gamme des 60 bruns et des 40 gris. Tous deux ont construit l’esthétique japonaise. L’argent ne représente pas les mêmes valeurs entre la Chine et le Japon. Il est roi en Chine, porteur de statut social, source de corruption. En revanche, au Japon, l’argent n’est pas une valeur en soi, ni ostentatoire, il est fluide et permet de se situer dans la hiérarchie sociale. Le Japon représente encore aujourd’hui 9% du marché du luxe, devant la Chine. On oppose le luxe de l’immédiat en Chine au luxe de l’éternité au Japon, il se situe davantage dans les objets précieux autour de  cérémonials comme la cérémonie du thé, dans l’artisanat d’art que dans les vêtements. Le Japon qui affiche une croissance de 2% cette année (source Bain) représente aujourd’hui encore 9% de la consommation du luxe, devant la Chine (en recul conjoncturel). Le Bon Marché a organisé en septembre-octobre une exposition Japon rive gauche mettant en avant toute l’esthétique japonaise au travers de la mode, de l’artisanat et de l’architecture avec un focus sur Tadao Ando et l’île de Naoshima, une merveille d’architecture. Cette exposition, je l’ai partagée avec vous dans cet article du blog, le Bon Marché à l’heure du Japon, shopping et culture . Voir également ce film.

Au final, un jeu de miroirs passionnant  entre Chine et Japon avec une accélération marquée en Chine où les jeunes générations revoient leurs codes de consommation, certains étant davantage à la recherche de marques chinoises (comme la fashion designer Ma Ke avec ses labels Exception et Wuyong) et du designed by China ainsi que de marques plus discrètes comme Hermès ou Marni. Hermès ne s’y est d’ailleurs pas trompé en investissant dans la marque chinoise haut de gamme Shang Xia – prêt-à-porter, mobilier et arts de la table s’inspirant de l’artisanat traditionnel chinois- et son nouveau flagship de 3 étages à Shangai. Une marque à découvrir rue de Sèvres, quasiment en face du magasin Hermès, pour ses matières laine, cachemire sublimes.

Flagship de la marque chinoise Shang Xia à Shangai, confié à l'architecte japonais Kengo Kuma
Flagship de la marque chinoise Shang Xia à Shangai, confié à l’architecte japonais Kengo Kuma

Huygens séduit par le design de sa boutique et la personnalisation des soins

boutique-Huygens-personnalisation

Primée au Paris Shop & Design organisé par la CCIP pour valoriser le Retail design, la boutique Huygens a une personnalité forte, à l’image de son fondateur Daan Sins que j’ai interviewé. Parole d’expert pour comprendre ce qui a motivé ce pro de la cosmétique passé par L’Oréal et Guerlain pour se lancer dans l’aventure et proposer la personnalisation des produits de soin en direct live.

Huygens-Daan-Sins

Quelle est l’origine d’Huygens ?
J’ai toujours eu envie de créer ma propre activité. J’ai grandi près d’une réserve naturelle aux Pays Bas et je m’intéressais à la botanique. Professionnellement, j’ai démarré sur Kiehl’s et Shu Uemura avant de travailler pour YSL Beauté où j’ai rencontré mon associé. Puis, je suis passé chez Guerlain sur le lancement de la Petite Robe Noire. J’ai ainsi acquis une bonne connaissance du Retail et du Marketing

Qu’est ce qui a nourri la création d’Huygens?
Je me suis aperçu que le sélectif ne donnait pas le meilleur service, l’expérience d’achat n’y est pas toujours des plus sympathiques, notamment par rapport à Kiehl’s. Je voulais créer un modèle qui soit à la fois valorisant pour le produit et pour le client. J’ai choisi comme angle la personnalisation du produit. En termes de timing, les choses sont allées très vite. Fin 2011, j’étais sur le développement du concept et de l’univers de marque, en parallèle des produits.  Nous avons signé les lieux en mars et ouvert la boutique le 26 juin 2013.  

Quelles ont été tes grandes joies et difficultés rencontrées dans cette aventure  ?
Après avoir travaillé seul dans le vide sur le concept et le business plan, cela a été l’accord de la première banque, puis de la seconde sur le projet. Elles y croyaient, les fournisseurs ensuite qui ont fait un pari sur nous. Mais aussi et surtout la première cliente qui est rentrée et a acheté directement, elle pensait que la marque était installée depuis longtemps. 
La principale difficulté que nous avons rencontrée à l’ouverture a été la livraison de produits avec une mauvaise formule, cela nous a obligé à repousser l’ouverture.  

boutique-design-Huygens-Marais

Comment s’est créé le design de la boutique que je trouve fantastique et qui a eu l’honneur de recevoir le prix Paris Shop & Design en septembre pour la catégorie Bien-Etre ? 
J’ai rencontré une dizaine d’architectes très talentueux, mais avant tout tournés vers un concept esthétique luxueux mais pas assez Retail. Ce qui m’a séduit chez Lucille Bureau au-delà de la réalisation de Causses (primé en 2012), c’est qu’elle s’appuie sur une méthode Retail, avec une connaissance des zones chaudes et des zones froides. L’objectif était de créer une ambiance dans laquelle on se sente bien, pas trop statique, ni trop haut de gamme autour d’éléments parisiens et de la nature. Ainsi, le carrelage côté Labo et au sol est inspiré de celui de l’Hôtel particulier Nissime de Camondo près du Parc Monceau, le parquet en point de Hongrie, et on retrouve l’alliance de codes Art Nouveau et Art Déco comme dans le logo.
 Logo-Huygens

Quelles sont les concepts de boutiques que tu trouves intéressants ? 
J’aime beaucoup Nose et son diagnostic personnalisé du parfum, ainsi que la boutique Liquides dans le Haut Marais pour son approche structurée de l’olfactif. 

Quelle est votre actualité ?
Le lancement du nouveau gel nettoyant pour les mains et les coffrets de Noël proposés à des prix variant de 40€ à 96€, livrable dans la journée en vélo. 

Huygens-coffret

Pour finir, quels sont tes produits cultes ? 
Le gel douche Temple avec son départ menthe glaciale que j’utilise chaque matin, la crème visage anti-âge qui est la best seller, une formule riche quoi qu’elle laisse un effet mat sur la peau. 

design-console-Huygens 
personnalisation-huygens

Mon expérience et avis : Les produits contiennent à 90% des ingrédients d’origine naturelle mais les formules ne sont pas certifiées Ecocert pour des raisons budgétaires notamment. Pour ma part, j’ai choisi le réveil matinal avec Mélange du matin, un bouquet fruité au départ hespéridé. Fan de verveine, j’ai succombé à celle d’Huygens qui promet calme et concentration. Je suis sensible pour ma part au concept de personnalisation grâce à l’adjonction des huiles essentielles qui confèrent parfum et vertus bienfaisantes à la formule neutre. L’opération peut se faire devant vous dans l’espace Laboratoire s’il n’y a pas trop de monde dans la boutique, à l’aide d’une grande seringue doseuse et d’un socle agitateur pour assurer une bonne dispersion des huiles essentielles dans la formule.

Huygens_personnalisation-doseur
Personnalisation du produit sous nos yeux

Au global, une cosmétique fraîche, naturelle et personnalisée sous vos yeux, une expérience râre qui participe aux côtés du design de la boutique et de l’accueil chaleureux, au succès de la marque.
Boutique Huygens, 24 rue du temple, 75004 Paris 

Pour en savoir plus sur les produits de la marque, rendez-vous sur son site marchand en cliquant.

Découvrir les autres lauréats du 2ème prix Paris Shop & Design organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, sélectionnés pour leur dimension esthétique et la force de leur concept en cliquant ici : le chocolatier Patrick Roger, place de la Madeleine, le restaurant Dessance, la droguerie moderne La Trésorerie, La Petite Maison de la styliste finlandaise Anna Ruohonen dans la catégorie mode…

Les Petits Soins revisite l’institut de quartier, pro et moderne. Interview de sa fondatrice

Si vous recherchez un institut de beauté qui ne soit ni trop luxueux et froid, ni trop vétuste, je vous invite à découvrir la chaine Les Petits Soins, 3 ans déjà. Parole d’expert avec Claire Martichoux, la fondatrice, ex de la pub qui m’accueille en blouse blanche d’esthéticienne. Un parcours qui l’a poussé à chercher le pro et l’humain.

institut-petits-soins

Quelle est l’origine des Petits Soins ?
C’est l’aboutissement d’un parcours dans la pub et d’un départ forcé à 50 ans. J’ai eu l’envie de créer une entreprise autour de véritables valeurs humaines et notamment de proposer à des femmes une reconversion professionnelle. J’ai également fait la rencontre de Françoise Morice qui a formé des pléiades d’esthéticienne et cela a été déterminant. 

Qu’est ce qui a nourri la création des Petits Soins?
Je voulais relancer l’institut de quartier, le dépoussiérer en apportant une touche de déco vintage, de la musique, en faire un lieu d’échanges et de vente. Lors de mon année de CAP d’esthétique, j’ai noué une relation de confiance avec la doyenne François Morice qui a créé une école d’esthéticiennes fort renommée. Elle a accepté de me confier les secrets de la Kinéplastie,(NDLR un protocole de massage anti-âge d’une efficacité redoutable) et la distribution de ses produits. Et enfin ma vision du soin : « je crois plus encore dans l’efficacité des mains que dans les produits ».

institut-petits-soins-cabine

Quelles ont été tes plus grandes joies et difficultés dans cette aventure  ?
La rencontre avec les clientes qui reviennent tous les mois pour leur séance de Kinéplastie, l’aventure humaine avec les esthéticiennes en reconversion professionnelle que je recrute, voir que leur précédente expérience les a rendu matures et que la relation qu’elles nouent avec leur cliente est plus rassurante et profonde de fait. 

La difficulté réside à apporter toujours de la nouveauté tout en ne lâchant rien sur la qualité. Ainsi, nous allons proposer le palper-rouler d’hiver sur une durée de 6 semaines alors qu’en été les femmes sont à la recherche d’une cure express avant de partir à la plage.

Quelle est votre actualité ?
Nous allons ouvrir une franchise à Aix en Provence, c’est une première puisque les 4 instituts parisiens sont en propre : Batignolles, République, Vaugirard et Bosquet. 

Pour finir, quel est ton produit culte ? 
Le masque de beauté à l’argile de Françoise Morice, il lisse et unifie la peau avec un léger effet blanchissant. Surtout, il me remonte le moral les jours chagrins.

masque  

Mon expérience et avis : une déo sympa, à la fois cosy et dépouillée avec une belle coiffeuse et des sièges trenfy façon Designers Guild -less is more. Une taille humaine, voire intime avec 2 cabines par institut et une déco qui change dans chacun.

institut-les-petits-soins-bosquet

Mais surtout une vraie pro aux commandes, Florence,  appliquant les recettes éprouvées et un protocole de soins unique puisque le gommage exfoliant se fait après le massage. Après un préambule de quelques pressions relaxantes, un démaquillage approfondi, Florence effectue une vaporisation d’eau tiède enrichie à la fleur d’oranger (à  l’aide du vaporisateur Lucas ultra-maniable et intemporel) pour émollier la peau et dilater légèrement les pores.

vaporisatuer-Lucas-Championniere

Puis, Florence commence la Kinéplastie à sec sur le visage nu, sans aucune crème. Première phase à l’aide d’un instrument vibrant en prenant la peau pour former un pli. Elle poursuit les mêmes mouvements, mais, cette fois-ci à mains nues et en insistant toujours sur le cou, parent délaissé du visage. A la différence des pincements Jaquet, qui aspirent la peau vers l’extérieur pour l’aérer, ici on malaxe plus profondément, l’esthéticienne ne lâche pas le pli de la peau et chaque centimètre carré de la peau se voit pincé. Enfin, elle passe au gommage pour éliminer toutes les toxines que la peau aura expulsées lors du massage, puis application du moque de beauté frais et clarifiant, pause détente avec le massage des mains. Au global, une technique vraiment pro et unique, un traitement d’une heure 15 profondément efficace, votre peau est alors lisse et fraîche, repulpée comme jamais ! La mine superbe ! Attention, c’est addictif !

Infos pratiques sur l’institut Les Petits Soins du 7ème.

Des soins classiques à prix doux, 70€ l’heure et surtout, la formidable Kinéplastie d’1h15, 98€, forfait 4 séances, 320€.
Les Petits Soins 7ème, 69 avenue Bosquet, 01 47 05 40 14 La charmante responsable de l’institut s’appelle Florence. Ouverture du mardi au samedi.
Enfin, l’amie qui m’a conseillé cette adresse m’a indiqué que le palper-rouler était du tonnerre !

Pour en savoir plus  sur les 4 instituts parisiens et leur carte de soins, rendez-vous sur leur site web ou ici pour la carte des soins.

Et vous, avez-vous des instituts que vous appréciez à partager avec nous ? Relatez-nous votre expérience. Vous pourriez également aimer lire l’article de ce blog sur l’expérience aromacologique Oressence de Décléor, un modelage complet ultra-sensoriel visage et corps.

Les dessous de My Little Box, une start-up séduisante et décalée

Ouverture des portes de My Little Paris et My little box
Ouverture des portes de My Little Paris et My little box

J’ai eu la chance de découvrir récemment les bureaux communs de My Little Paris et de My Little Box, des bureaux loft à l’esprit design et convivial, et de m’entretenir avec sa directrice Marketing Sarina.  Voici  quelques idées que nous avons partagées ensemble pour comprendre le succès et l’esprit de cette box, leader en France.

La genèse des box.

Le concept de la box, m’explique Sarina Lavagne,  est né il y a 3-4 ans avec Birchbox aux Etats-Unis. Il n’est pas sans lien avec le coffret naissance distribué dans les maternités sponsorisé par Pampers mixant taille d’essai et vrais produits. Fany Péchiodat, la fondatrice de My Little Paris, en a eu l’idée après un voyage à San Francisco. Ancienne de L’Oréal et du Club des créateurs de beauté, elle s’appuie sur une expertise cosmétique et e-commerce.

my-little-box

Les clés de succès et la clientèle.

Lancée il y a 2 ans, My little box s’est appuyée sur la base du million d’abonné(e)s du site My little Paris créé en 2008. Rendez-vous mensuel, elle est livrée à 80 000 unités tous les mois grâce au bouche à oreille. Ses clientes en sont d’excellentes ambassadrices et je peux témoigner que tout le bureau est au courant de l’arrivée de la nouvelle box, la première livrée se faisant une joie de partager avec l’ensemble de ses collègues le contenu et les surprises de la boite. C’est à la fois un moment d’ « excitement » -en français excitation- entre copines ou un moment pour soi selon l’endroit où on la réceptionne. Bénéficiant du fort engagement de ses abonnées, la box a de très nombreuses retombées dans les media sociaux et dans la blogosphère. Ces dernières sont âgées en majorité de 25 à 30 ans, un peu plus jeunes et plus provinciales que l’audience de My Little Paris qui comptent avant tout des femmes actives parisiennes âgées de 30 à 35 ans à l’instar de sa créatrice. La fidélité à la box est récompensée par des petites attentions aléatoires comme le bouquet de fleurs adressé à l’anniversaire ou l’invitation à une soirée d’été au bureau, dans ce joli lieu insoupconné du boulevard Rochechouart.

Le mur de boites my little box
Le mur de boites beauté my little box

Les codes de my litlle box.

C’est toujours la dessinatrice et associée japonaise Kanako qui illustre les boxes comme le site et fait souffler un esprit poétique et décalé. Chaque box contient une carte, un magazine depuis 1 an, des accessoires de mode ou lifestyle qui la différencient des autres boxes comme Birchbox, GlossyBox, Joliebox, et un pochon beauté  avec 2 produits de beauté full size/ format vente et un format taille voyage, la crème précieuse à l’immortelle de L’Occitane. Dont un produit de la marque My little Beauty, en l’occurrence pour la boite beauté du mois d’août, un stick lèvres. Un savant dosage entre piliers de marques connues et découvertes de petites marques. Des marques discrètes et originales, ravies de se faire connaitre auprès de cette cible jeune, à l’instar d’Isabelle Carron, la fondatrice d’Absolution que j’ai interviewée dans l’article le premium du bio, et qui m’avait confié sa grande satisfaction à l’égard de son opération sur-mesure avec My  little box. Pour rompre la routine, la box joue aussi la carte des collaborations, comme avec la créatrice Emilie luc-Duc, styliste du prêt-à-porter Repetto pour la boite beauté de juin.

Thé galcé sur la terrasse du Peninsula et ouverture de my little box (article à venir)
Le contenu beauté de my little box- la boite d’aout

my little box aout

Au global, une start-up digitale au succès indéniable puisque My little box est leader en France et représente désormais 65% du chiffre d’affaires. Présente en Belgique, au Japon avec un concept légèrement différent, elle se lance à Londres et compte s’appuyer sur sa notoriété auprès de la forte communauté des expatriés français. Une start-up qui a attiré la curiosité d’Aufeminin.com qui a racheté 60% des parts en décembre pour appuyer l’internationalisation et la diversification (sites de e-commerce my little beauty et my little corner autour d’éditions limitées, sans compter les box gambettes, le site web et la newsletter Merci Alfred pour les hommes). Un business model qui conjugue media, contenu et produits à l’ère du digital et qui partage ses ressources avec My little paris.
Côté initiatives intéressantes de la concurrence, notons que le pionnier et leader Birchbox a ouvert il y a tout juste un mois une boutique en dur à New York pour présenter physiquement son offre, proposer de créer sa propre boite et prodiguer ses conseils en direct et en face à face. Une réponse à la demande de personnalisation et de sur-mesure croissante, une tendance qui ne cesse de croître. Quand le digital rencontre le monde physique…

Mon conseil : abonnement de 3 à 12 mois que vous pouvez offrir à vos amies. Elles penseront à vous à chaque fois qu’elles ouvriront la box. Prix 16,9€ par mois et c’est un moyen agréable pour découvrir de petites marques ou tester des produits cultes sans débourser beaucoup. Ce peut même être une initiation à la beauté pour les plus jeunes.

Une ambiance cocoon à l'instar des beauty box
Une ambiance cocoon  dans les bureaux à l’instar des beauty box

Enfin, je ne peux conclure sans partager avec vous des vidéos petits bijoux d’humour créées par My Little Paris dénonçant les travers des parisiens et leurs phrases toutes faites. En voici une symbolique des échanges au bureau toujours d’actualité.

Ce que disent les parisiens au bureau par My_Little_Videos

Et vous, avez-vous déjà expérimenté une beauty box ? Qu’en pensez-vous ? Connaissez-vous la Box de L’Oréal Luxe pour ces marques Lancôme, Armani, Diesel, Biotherm en 2016 décrite dans ce post du blog, un produit d’appel pour son site e-commerce Ma Beauté Luxe

Absolution, le bio premium, interview de sa fondatrice

gamme soins absolution bio

Si, comme moi, vous êtes intéressé(e) par les nouvelles marques bio qui s’affranchissent des codes et privilégient une approche haut de gamme, alors je vous invite à découvrir la marque Absolution, 4 ans au compteur, plus beautista que militante écolo. Parole d’expert avec Isabelle Carron, fondatrice des soins Absolution, ex-directrice de création, dirigeante d’agence de communication. Un parcours qui l’a poussé à chercher le beau et le meilleur.

Isabelle Carron, la fondatrice des soins Absolution
Isabelle Carron, la fondatrice des soins Absolution

Quelle est l’origine de Absolution ?
C’est l’aboutissement d’un parcours dans la pub et de chef d’entreprise. J’ai eu l’idée en 2008 et je l’ai lancée en septembre 2009. J’ai toujours aimé les plantes et la beauté, plus que la mode. J’y ai mis la somme de toutes mes idées, j’étais fatiguée du discours ambiant. J’ai également fait la rencontre d’une botaniste et cela a été déterminant. 

Qu’est ce qui a nourri la création d’Absolution?
Je me suis investie dans tous les détails de la gamme, dans les formules, le choix des actifs, j’étais ma première cliente…J’ai appris en avançant. 

La ligne de soins pour le visage Absolution
La ligne de soins pour le visage Absolution

Quelles ont été tes plus grandes joies et déceptions dans cette aventure  ?
Voir ses idées incarnées dans du tangible et la rencontre avec des consommateurs, les entendre parler de la marque avec amour.

Ma grande déception a été de constater que le circuit sélectif était peu réceptif aux approches très novatrices, ce sont les poids lourds qui drivent le marché. 

Qui vises-tu au travers de  la marque ? 
Je souhaite que la marque puisse porter au-delà du canal historique bio, qu’elle s’adresse également aux personnes qui ont un vague intérêt pour le bio, qui acceptent de se laisser conquérir par les textures.

 bio gommage et serum absolution

Des étuis écolos et originaux
Des étuis écolos et originaux empreints de la patte arty de la créative et aux encres végétales

Justement, en tant que marque militante bio, quel est à tes yeux le meilleur argument pour les convaincre ?
L’efficacité car nous travaillons avec de vrais ingrédients naturels, nos formules sont chargées en actifs bio-compatibles avec la peau. La peau les assimile mieux car ils sont naturels.
Ah oui, c’est comme pour les nutriments issus de l’alimentation qui sont mieux assimilés par l’organisme que les ingrédients ajoutés…
Nous recevons même l’appui des dermatologues sur le sujet. 

Quelles sont les idées reçues sur la cosmétique bio que tu souhaites combattre ?  

  • La cherté : Notre gamme de prix s’étend du baume lèvres à 14€ au produit le plus cher à 69€.
  • C’est allergène : oui et non, certains produits contiennent des huiles essentielles potentiellement allogènes, mais tout est une question de dosage, d’équilibre et de support. Nos flacons sont airless, ce qui nous permet d’avoir beaucoup moins de conservateurs, moins de 1%.
  • Le manque d’efficacité et ça on vient d’en parler. Sans compter le combat d’arrière-garde sur la moindre qualité des textures

absolution soin visage

Quelles sont les marques que tu trouves intéressantes ? 
J’aime beaucoup la marque australienne Aesop, à qui il m’arrive d’être comparée, nous sommes toutes deux des marques unisexes premium, sachant que eux sont davantage dans le nettoyage et ne sont pas bio, et qu’Absolution est portée par le soin. Sinon, les rouges à lèvres Ilia, une marque bio américaine, le concealer RMS Beauty génialement bien et Etat Pur. Hors bio, j’apprécie Esthéderm.

Quelle est votre actualité ?
Nous venons de lancer notre crème du teint maquillante, un fond de teint traitant et protecteur au tamanu et au thé vert. 

absolution teint

Pour finir, quels sont tes produits cultes ? 
Ils sont trois, ce sont l’eau soir et matin – un trois en un (démaquillant, nettoyant et tonique), le sérum anti-soif et l’huile visage. Tous nos produits sont dans des flacons opaques pour une meilleure conservation des formules avec peu de conservateurs.

La marque Absolution est aujourd’hui présente dans 150 points de vente dans une vingtaine de pays….  En France, elle est présente au BHV, chez mademoiselle Bio et dans des parfumeries indépendantes. 

Mon expérience et avis : des textures fines, des parfums inspirés de la nature, aromatiques, des soins porteurs d’efficacité, de quoi adopter le bio sans hésitation ni compromis. Je suis fan du sérum anti-soif et du soin Regard à l’efficacité lissante. Je vous conseille de bien interroger la vendeuse pour qu’elle vous explique les routines et le sur-mesure. Une charte de marque responsable : sans paraben, sans PEG, sans phtalates, sans parfum, ni colorant de synthèse. Cosmétique écologique certifiée Ecocert.
Pour en savoir plus  sur les produits de la marque, rendez-vous sur son site marchand en cliquant