Expo Un siècle de mode parisienne autour de créateurs venus d’ailleurs, fashion mix

fashion-mix-expo

L’an dernier, le Musée Galliera avait organisé une fabuleuse rétrospective sur Alaïa pour sa réouverture (cf ce post). Mardi, c’était l’inauguration de Fashion Mix, l’expo consacrée à la mode parisienne réalisée par des créateurs d’ailleurs, dans le magnifique Palais de la Porte Dorée des années 30. Avec Olivier Saillard toujours aux commandes. Une rétrospective d’un siècle de mode entre les mains talentueuses de Schiaparelli, Balenciaga, les japonais Issey Miyake, Rei Kawabuko et Yohji Yamamoto, la bande des créateurs belges avec Martin Margiela et Dries van Noten, notamment…Du name dropping de la sphère fashion, des créateurs connus de tous qui à chaque fois allaient marquer la mode parisienne de leur empreinte. Terre d’accueil, Paris a accueilli leurs défilés et su profiter de l’impulsion créative qu’ils imprimaient à la mode. En s’affirmant plus que jamais comme la capitale internationale de la mode lors des Fashion Weeks et toute l’année.

palais-de-la-porte-doree-musee-de-l-immigration

Hommage à Schiaparelli et à Balenciaga, emblèmes des écoles de mode italienne et espagnole.

Outre ces figures historiques, l’exposition met en avant le savoir-faire et les recherches sur tissus de l’italien Mariano Fortuny avec un travail extraordinaire de velours de soie rouge imprimé d’or et rehaussé de perles en verre de Murano de 1912 ou l’apport des russes blancs ayant fui à la révolution russe, notamment Natalia Gontcharova au talent décoratif dans les années 20.

mariano-fortuny-russe

Soulignons le décalage et l’humour d’Elsa Schiaparelli avec avec son chapeau chaussure de 1937. Elle fut la première à collaborer avec des artistes, ses amis surréalistes. Un twist transgressif qui stimule l’audace des créateurs et leur permet d’émerger, de rayonner durablement. L’espagnol Balenciaga a marqué de son empreinte la mode par son talent de constructeur de volumes et influence encore les fashion designers d’aujourd’hui.

Schiaparelli-Balenciaga
Manteau créé et porté par Elsa Schiaparelli haute couture 1949 – robe et cape par Cristobal Balenciaga 1962

Les créateurs japonais et l’école belge ont fait bouger les lignes de la planète Fashion

Premier japonais à faire souffler un vent d’exotisme sur la mode à Paris, Kenzo pose sas valises en 1965. Second souffle décoiffant, Issey Miyaké, Rei Kawabuko (Comme des garçons) et Yohji Yamamoto vont bouleverser la mode à la fin des années 70.

japonais
Yohji Yamamoto AH 2014 et la hollandaise Iris Van Herpen, PE 2010 plissé cuir naturel ecco

Les années 80 sont elles marquées par l’ascension de l’école belge, avec Martin Margiela en tête, le plus emblématique du groupe des 6, suivi de Dries Van Noten. Ces créateurs diplômés de l’Académie royale des beaux arts d’Anvers doivent beaucoup à leurs prédécesseurs japonais qui ont provoqué un véritable déclic dans leurs créations. En 1984 sort la première collection de Martin Margiela avec notamment un marcel géant XXL. Iconoclaste, il cultivera tout du long anonymat et mode conceptuelle, remplacera son logo par une étiquette blanche cousue au dos de ses vêtements, le no logo de l’univers fashion.

martin-margiela-1984

L’exposition se termine par les dernières générations de designers venus de tous horizons, Marc Jacobs pour Vuitton, Alber Elbaz pour Lanvin, Olivier Theyskens pour Rochas, le colombien et citoyen du monde Haider Ackermann. Ci-dessous une pièce de son dernier défilé pour Louis Vuitton à la double influence américaine (plumes indiennes) et parisienne (jet noir sur noir emblématique de la haute couture du XIXème sicle). Une collection très noire pour une mode printemps-été à l’instar de la communication Vuitton début 2014 comme je le soulignais dans cet article. Le fil rouge de tous ces modèles : un véritable foisonnement créatif.

Azzedine Alaïa et Olivier Theyskens
Azzedine Alaïa et Olivier Theyskens -ensemble veste et jupe AH 1999
Haider Ackermann AH 2003 et dernier défilé Marc Jacobs pour Louis Vuitton  PE 2014
Haider Ackermann AH 2003 et dernier défilé Marc Jacobs pour Louis Vuitton PE 2014

Une rétrospective qui balaie plus d’un siècle de mode au travers de créateurs étrangers venus à Paris pour des raisons politiques ou artistiques et souligne leur contribution à la mode. Les 120 modèles présentés provenant essentiellement du Palais Galliéra font vibrer nos émotions par leur touche fashion intemporelle. Beaucoup d’émotion également quand on découvre les parcours difficiles de certains au travers des archives, correspondances, esquisses. Quel plaisir aussi de revoir certaines créations qui ont suscité beaucoup de débat au sein de la communauté des modeux, journalistes et éditeurs de mode. Une exposition commentée par le brillant assistant d’Olivier Saillard, Alexandre Sansom, qui a su nous communiquer sa passion pour la mode et ses artisans. Alexandre qui nous avait également présenté l’expo sur Roger Vivier au Palais de Tokyo l’an dernier.

Infos pratiques sur l’expo Fashion Mix.

Une exposition conçue et réalisée par le Palais Galliéra.
Du 9 décembre au 31 mai 2014. Mardi au vendredi 10H – 17H30, samedi et dimanche 10H – 19H.
Palais de la Porte Dorée, Musée de l’immigration, 293, avenue Daumesnil – 75012 Paris. Entrée 6€, plus de détails sur les animations ici.

Fondation Vuitton, F. Gehry déploie ses ailes dans le Bois de Boulogne

La Fondation Louis Vuitton vient d’ouvrir ses portes et se révèle être un pur bijou d’architecture futuriste. La visite vaut aujourd’hui davantage pour la découverte de l’édifice construit par Franck Gehry, ses galeries extérieures et les maquettes du projet que pour les rares oeuvres d’art contemporain exposées. Avant de franchir le seuil, je vous recommande d’en faire le tour et notamment de découvrir la Fondation depuis le Lac Saint James ou le Jardin d’acclamation. C’est de ces deux points de vue que vous verrez le mieux se déployer les ailes de ce bâtiment.

vue-fondation-vuitton-gehry

Un vaisseau arachnéen au charme futuriste, symbole de l’architecture de Franck Gehry.

Chantier colossal, je l’ai vu progresser, puis s’arrêter, puis reprendre, dans une politique de stop and go liée notamment aux complications judiciaires. Près de 9 ans se sont écoulés entre les premières esquisses de Franck Gehry en 2005 et l’aboutissement du chantier fin octobre. Pour ce magnifique vaisseau, pas moins de 12 voiles de verre dotées chacune d’une forme et d’une courbure différentes. Un exploit technique qui a nécessité le double d’acier que la Tour Eiffel, visible du lieu. Prenez le temps de vous promener au sommet comme en bas de l’édifice. Ses terrasses supérieures offrent une vue magnifique sur le Bois de Boulogne aux tonalités pourpres et ocres cet automne, la Défense, le Jardin d’acclimatation adjacent et son pavillon chinois.

bois-de-boulogne-vue-fondation

vue-la-defense-fondation-vuitton

vue-jardin-acclimatation

Pour conforter l’image du vaisseau, le bâtiment est entouré d’eau, notamment d’un magnifique escalier d’eau au doux son de cascade. A ses côtés, une très belle installation en enfilade de l’artiste islandais Olafur Eliasson qui se reflète dans le bassin contigü.

Inside the Horizon, l'installation de Olafur Elasson
Inside the Horizon, l’installation de Olafur Eliasson

A l’intérieur, onze galeries, malheureusement aveugles, présentent quelques pièces commandée pour l’ouverture de la Fondation, mais aussi une rétrospective du chantier et les oeuvres qu’il a inspirées. A retenir la rose géante de 8m d’Isa Genzken qui vous accueille dans le hall d’entrée et les tableaux de l’artiste allemand Gerhard Richter. A voir impérativement la salle des maquettes depuis la genèse du projet en 2005 et le film sur le chantier et la fondation, pris par un drone, des images somptueuses.

architecture-franck-gehry

terrasse-sup-fondation-vuitton
Une oeuvre qui s’inscrit dans la lignée créative du Disney Concert Hall de Los Angeles conçu en 2003. Une autre oeuvre emblématique de Gehry avec le musée Guggenheim de Bilbao.
Gehry-Disney-concert-hall-Los-Angeles

Le choix d’une architecture vaisseau s’intègre parfaitement au territoire de marque de Louis Vuitton, le Voage. La publicité de la Fondation s’appuie ainsi sur ce superbe visuel onirique avec pour claim : La création est un Voyage, et pour tag line Certains voyages nous emmènent plus loin. Le rêve mis en image et en mots.

fondation-louis-vuitton-Fondation

Mon avis et expérience : oeuvres d’art contemporain, gastronomie et desserte Peut mieux faire.

Le lieu prévu pour accueillir 1600 personnes simultanément est encore en rôdage. L’absence de parking est criante et le ballet des voitures fourrière et des policiers est glaçant. En termes de restauration, l’offre se réduit au Franck, dont la carte se révèle très gourmande (Essayez la ganache au chocolat conçue par le chef étoilé Jean-Louis Nomicos avec le pâtissier Emmanuel Ryon, excellente) mais le lieu est sous-dimensionné.

Les poissons volants dessinés par Franck Gehry au restaurant Le Franck
Les poissons volants dessinés par Franck Gehry au restaurant Le Franck

Quant aux oeuvres de la collection particulière d’art contemporain de Bernard Arnault, je suis restée sur ma faim puisqu’elles ne seront pas exposées avant la mi-décembre. Mon conseil : allez-y par beau temps pour profiter de la vue. Dès présent, profitez de l’expo Olafur Eliasson. Pour l’heure, il n’est pas indispensable de prendre son e-billet sur internet en semaine, mais cela le sera, je pense, rapidement (Prix d’entrée 14€). D’autant plus que la file d’attente pour acheter le billet se fait à l’extérieur. Le coup d’envoi de la fondation fut à la fois donné lors de l’inauguration en présence du Président de la République, mais également lors de la Fashion Week avec le défilé Louis Vuitton. Un pont entre art et mode. Alors tenté(é) par la visite ?

defile-fondation-Louis-Vuitton
Le défilé Louis Vuitton à la Fondation

Amateur d’art contemporain,  voici un autre écrin niché dans la nature à l’architecture moderne, le musée Burda de Baden Baden. Je vous le recommande car au-delà des oeuvres expressionnistes et contemporaines intéressantes qu’il présente, dont celles de Gerhard Richter comme la Fondation Louis Vuitton, le musée est baigné d’immenses baies vitrées plongeant dans le parc environnant. La nature s’invite alors dans l’exposition et c’est juste magique !

Baden-Baden_-_Lichtentaler_Allee_Museum_Frieder_Burda

Fondation-Burda-Baden-Baden

L’Occitane cultive ses racines avec le parfum L’Arlésienne et Christian Lacroix

L’Arlésienne, figure emblématique de la Provence et muse des poètes et des peintres, s’incarne désormais dans le parfum et la mini-collection de L’Occitane. Au-delà des racines, c’est un grand pas de franchi pour L’Occitane puisque c’est le premier parfum à prendre figure féminine, un parfum signature. Christian Lacroix lui rend également hommage dans le cadre de l’exposition éponyme aux Rencontres d’Arles. Expo sponsorisée par la Marque L’Occitane qui tisse ainsi des liens forts avec la culture locale, la photographie et met en avant ses racines.

Concours actuellement sur le blog pour gagner l’eau de toilette et l’huile sublime Arlésienne. Pour y participer, cliquez ici.

flacon-parfum-Arlesienne-Occitane

 

L’Occitane puise dans ses racines et crée son parfum signature L’Arlésienne.

Muse iconique de Christian Lacroix, mais aussi de Van Gogh et de Picasso, inspiratrice du nouveau parfum de L’Occitane, l’Arlésienne est une femme singulière à la forte personnalité ancrée dans la terre sèche et la pierre de Provence. Son parfum à dominante fleurie se démarque par le tempérament du safran allié à des notes de mandarine fusante, puis en son coeur la rose de Grasse associée à du muguet et pour le fond enveloppant du santal, de la violette et de la fève tonka. Un jus fleuri à la couleur et à la tonalité chaude.

racines-Arlesienne-parfum-Occitane

Mon expérience perso : Au-delà de la fragrance qui allie subtilement tradition fleurie et modernité sensuelle, j’apprécie beaucoup le graphisme des étuis et du flacon, ses couleurs chaudes provençales et son esthétisme Art déco. Une sensibilité féminine que j’avais également perçue dans les jolies vitrines de la marque en papier réalisées par Marianne Guély décrites dans cet article Tendance papier.

L'occitane-Arlésienne-gamme

Autour de ce lancement, une mini-collection en édition limitée avec des produits au packaging vintage et élégant comme la poudre et les incontournables de l’hiver que sont le baume délicieux pour les lèvres et la crème velours pour les mains. Le baume lèvres délicieuses laisse un joli voile légèrement nacré, nourrissant sans être collant.

Arlesienne-Occitane-mains-levres

Au travers de cette exposition, Christian Lacroix salue dans l’Arlésienne la double dimension de beauté et de muse.

Cette femme lui a inspiré de nombreuses collections de haute couture, à lui, ce natif d’Arles qui s’est plongé dans ses racines et ses souvenirs émotionnels mais s’est aussi tourné vers le futur et l’art et la photo contemporains pour construire ce parcours artistique. A l’occasion des Rencontres d’Arles, Christian Lacroix se transforme en commissaire d’exposition. En 2013, c’était à l’abbaye de Montmajour et autour d’une exposition vouée à l’art contemporain. Une expo superbe décrite par une amie sur son blog Be-Art Magazine.

Abbaye de Montmajour : Beautiful steps de Lang Baumann. Commissaire Christian Lacroix
Abbaye de Montmajour : Beautiful steps de Lang Baumann. Commissaire Christian Lacroix

En 2014, c’est dans un autre édifice religieux, la Chapelle de la Charité que sévit Christian Lacroix. La vision de L’Arlésienne qu’il partage avec nous est empreinte de mystère, de fugacité : insaisissable. Parrainée par L’Occitane, l’exposition s’est déroulée du 7 juillet au 21 septembre. En voici quelques oeuvres.

Katerina Jebb Tilda
Tilda Swinton pour Katerina Jebb – 2014 – L’Arlésienne
Tout contre de Claudia Huidobro - 2013
Tout contre de Claudia Huidobro – 2013

Découvrir l’interview croisé de Christian Lacroix et d’Olivier Baussan, fondateur de L’Occitane, réalisé dans le cadre de cette exposition et le lancement du parfum.

Il y a un ou deux ans, L’Occitane s’était essayée à  quelques communications publicitaires ornées de visage de femme, aujourd’hui, l’approche au travers de ce parfum est plus subtile. La présence de la femme se laisse deviner sans prendre réellement chair. Cela permet à la marque de tisser une relation plus proche avec ses clientes, relation qu’elle accentue au travers de sa dernière opération avec la blogueuse de référence, Garance Doré, et corse. Elle lui a en effet confié la rédaction d’un carnet de voyage en Corse pour soutenir son bestseller, la crème anti-âge à l’immortelle. La Corse, une terre qui partage de nombreuses ressemblances avec les racines provençales de la marque. Une opération relayée sur les réseaux sociaux et plateforme dédiée avec marieclaire.fr, en boutique et dans le magazine Marie-Claire.

Garance Doré pour L'occitane-divine

Infos pratiques sur le parfum L’Arlésienne et la ligne cosmétique éponyme de L’Occitane.

Lancement en boutiques et sur le web fin octobre.
Eau de toilette 75ml 50€, Huile de soin 75ml 28€, Poudre sublime 33€, crème velours mains 7,5€, bougie parfumée 28€…

Berlin : nouvelle destination architecture, culture et beauté

Berlin, destination à la mode, culturelle, branchée et plutôt économique, recèle en matière de beauté des différences fortes avec la France : pub en vitrine pour les médecins esthétiques et les injections ou autres procédures esthétiques, boutiques au concept novateur et soins pointus.

Ce qui est frappant quand on s’accorde une escapade à Berlin et qu’on déambule dans les rues, c’est le nombre impressionnant de chantiers en cours et de bâtiments ultra-modernes à l’architecture audacieuse car issus de concours d’architectes. Cela confère un esprit très trendy et créatif à la ville.

ARCHI Berlin

Côté tendances beauté, ce qui m’a frappé ce sont les vitrines de cabinets de médecine esthétiques sur la rue avec des visuels et des accroches très interpellantes. La législation allemande diffère de la nôtre et autorise ce type de publicité.

Botox proposé en vitrine à Berlin
Botox proposé en vitrine à Berlin
Interventions proposées en vitrine : botox, acide hyaluraunique, mésothérapie...
Interventions proposées en vitrine : botox, acide hyaluronique, mésothérapie, épilation définitive…

 

Côté boutiques et parfumeries trendy, je suis tombée sous le charme de Wheadon située dans un quartier arty de Berlin et proposant une offre à la fois bio et sympa dans un cadre design plutôt dépouillé.

Wheadon Berlin

L'intérieur de Wheadon à Berlin
L’intérieur de Wheadon à Berlin

J’y ai découvert une nouveau traitement pour le visage ressemblant à une douche au jet faciale. Un coup de Karcher stimulant, oxygénant pour un nettoyage profond de la peau et une régénération efficace. La solution qui vous est projetée est à base d’eau additionnées de sels minéraux, une composition proche du sérum physiologique. C’est très rafraîchissant, particulièrement agréable en été. Vous en sortez le teint radieux, l’éclat boosté et la peau super douce. Moi qui suis une grande adepte de la douche au jet, mon soin de thalasso préféré car revigorant, j’étais conquise.Vous trouverez ci-dessous un film explicitant le principe d’oxygénation.

Parfumerie/institut Wheadon, Steinstrasse 17, Berlin, à proximité de la rue des galeries Auguststrasse. Même le magazine Vogue italien en parle.

Enfin, pour terminer sur un incontournable de la culture beauté à Berlin, faites un tour au Neues Museum sur l’île aux musées, pour y voir ou revoir le buste sublime de Nefertiti, ou encore le musée de la photographie à la Fondation Helmut Newton pour ses extraordinaires photos en noir & blanc toujours aussi fortes et actuelles. Surtout si vous avez raté l’expo au Grand Palais. Fondation Helmut Newton, Jebensstraße 2, 10623 Berlin

Le buste de Nefertiti au Neues Museum de Berlin
Le buste de Nefertiti au Neues Museum de Berlin

Intéressé(s) par des concepts de parfumerie novateurs, je vous engage à lire les articles de ce blog sur les parfumeries Nose et Ex-Nihilo qui proposent une expérience shopper sur mesure.

 

Baccarat éclaire ses 250 ans par une exposition et des films légendaires

Baccarat-exposition-entree

Baccarat célèbre ses 250 ans avec faste, éclat et émotion autour d’une exposition rétrospective et de films encapsulés dans un mini-site dédié. Marque aux racines masculines, dont la couleur rouge iconique renforce la puissance, elle a fait appel à trois femmes cinéastes pour réaliser ces courts métrages Legendary stories. La parisienne Sonia Sieff, fille du fameux photographe Jean-Loup Sieff, Joséphine de la Baume à Londres et Chiara Clemente à New York ont joué de leur sensibilité sur le thème de l’intemporalité. Chacune narre à sa manière une histoire d’amour originale faisant la part belle à la collection iconique de la Maison, le verre Harcourt. Ces trois films sont réunis au sein du website Baccarat Legendary, ils soulignent la présence de Baccarat aux évènements et aux célébrations clés de la vie. Le premier Ex d’une durée de 7mn met en scène Caroline de Maigret et Thierry Frémont à l’hôtel de Noailles, siège de Baccarat qui abrite la galerie-Musée.

baccarat-lustre-escalier

Quant à l’exposition qui a débuté ce printemps, elle prend place au siège parisien de Baccarat où vous êtes accueilli par un somptueux lustre dans l’escalier magistral. Cette expo fait partager aux visiteurs l’histoire de cette manufacture de cristal à la renommée internationale, qui allie oeuvres mythiques et créations contemporaines. Parmi ces oeuvres mythiques, on trouve bien sûr le verre Harcourt, le rouge rubis obtenu à partir de poudre d’or de 24 carats, mis en exergue par la paire de vases Simon créés pour l’exposition universelle de 1867 à Paris ou encore les pièces en cristal doublé couleur. L’expo s’organise autour de cinq grands thèmes : l’icône Harcourt, le Rouge à l’or, Haut en couleur, virtuose du savoir-faire et à la pointe de la perfection.

Expo les 250 ans de baccarat

A l’entrée, vous êtes accueillis par une grande table dressée avec certaines des plus prestigieuses créations commandées par les grands de ce monde. Elles témoignent du savoir-faire exceptionnel de la Maison Baccarat  et de sa manufacture située dans les Vosges dans la cristallerie de luxe ainsi que de l’art de vivre à la française caractéristique de la marque.

baccarat-table-d-honneur

 

On sort émerveillée de ce spectacle étincelant qui joue sur un tout autre registre que les stands eux aussi extraordinaires créés à l’occasion du salon Maison & Objet. Côté parfum, j’ai été très admirative du flacon en cristal noir dessiné pour l’exposition universelle des Arts Décoratifs de 1925 dont je vous laisse découvrir le parti-pris et la modernité.

Flacon de parfum Byzance
Flacon de parfum Byzance – 1925

Mon conseil : aller visiter les toilettes au même étage, designées par Philippe Starck, elles sont justes incroyables !!!

Mon avis : cette exposition est un peu trop courte à mon goût pour décrire les 250 ans d’histoire ou les chefs d’oeuvres de Baccarat mais aussi sa modernité. Dommage qu’elle se limite aux arts de la table et qu’elle ne mette pas en lumière les extraordinaires créations de Philippe Starck dans les luminaires, notamment mon préféré le lustre Marie Coquine. La grande salle de bal aurait été appropriée. Rendez vous au salon Maison & Objet qui fait la part belle aux créations audacieuses de la marque. Je suis donc restée sur ma faim, surtout si je la compare à la visite du Musée Lalique dans les Vosges, à la Petite Pierre. Le musée Baccarat est, quant à lui, fermé pour 2 ans.

Infos pratiques pour cette exposition.

Exposition ouverte jusqu’au 24 janvier 2015 à la Galerie-Musée  Baccarat, tous les jours sauf le mardi et le dimanche, entrée plein tarif 7 euros, demi-tarif 5 euros, place des Etats-Unis, 75016.

Expo Cartier : des joyaux historiques rayonnant de mille feux

L'expo Cartier qui fascinera les jewells addicts au Grand Palais
L’expo Cartier qui fascinera les jewels addicts au Grand Palais

Pendant les fêtes, je vous conseille l’expo Cartier au Grand Palais qui présente près de 600 pièces, des joyaux historiques rayonnant de mille feux aux bijoux plus intimes. Elle retrace les variations de style Cartier à travers les temps du XIXème siècles aux années 70 (création géométrique de l’époque Art Déco, inspiration russe ou exotique : égyptienne, indienne, chinoise) et donne à voir les bijoux des rois et de quelques illustres clientes (Marlène Ditriech, Grace de Monaco, Elizabeth Taylor et les cadeaux de Richard Burton, Barbara Hutton, Maria Félix).

L'un des précieux diadèmes qui font l'ouverture de l'expo
L’un des précieux diadèmes qui font l’ouverture de l’expo

Pièce mythique et emblématique, l’imposant collier du Maharajah de Patiala avec un diamant jaune de Beers  234 carats et cinq chaines serties de diamants, entièrement reconstitué par Cartier. Et plus récemment, le diadème porté par Kate Middleton le jour de son mariage avec le prince William. Ce diadème composé de 739 diamants taille brillant et de 149 diamants taille baguette fut créé en 1936 pour la mère de la reine Elizabeth II.

Pendule Mystérieuse aux aiguilles en suspension
Pendule Mystérieuse aux aiguilles en suspension

Autres objets facinants, les Pendules Mystérieuses à la transparence totale à partir de 1925. Au nombre de 18, elles sont réunies pour la première fois. Mystérieuses car leurs aiguilles en diamant semblent suspendues dans le vide, comme en apesanteur.

C’est un grand coup d’éclat pour Cartier qui après avoir réalisé l’an passé un magnifique film publicitaire de marque L’odyssée de Cartier, présente là la plus grande exposition qui lui ait jamais été consacrée depuis sa création en 1847. Style et Histoire plus que promotion et savoir-faire, cette exposition s’inscrit dans la lignée de l’expo Van Cleef aux Arts Déco de cette année mais avec une touche plus humaine, les vidéos venant souligner l’histoire intime qui lie ces bijoux à ces clientes stars ou figures emblématiques du gotha.

Info pratique : expo du 4 décembre au 16 février- Grand Palais Salon d’honneur (même entrée que Braque). De 10H à 20H tous les jours, pendant les vacances jusqu’à 22H. Entrée plein tarif : 11 à 12€.

Lire également mon billet sur l’expo Alaïa au Palais Galliéra qui se termine le 26 janvier

Dernière minute : Cartier soutient cette exposition au-delà de l’affichage classique par un film publicitaire vu hier sur les écrans. Un peu trop pub à mon goût. Et vous qu’en pensez-vous ?

Black XS, parfum icone rock, expose les Stones à Paris

l'expo Rolling Stones sponsorisée par les parfums Black XS
l’expo Rolling Stones sponsorisée par les parfums Black XS

Black XS, parfum ancré dans l’univers rock, donne à voir 76 clichés inédits retraçant les 50 ans de carrière des Rolling Stones à la galerie Nikki Diana Marquardt, non loin de la place des Vosges. Il donne à vivre également une expérience musicale unique en audio. En effet, une salle d’écoute permettant de redécouvrir les meilleurs titres des Rolling Stones en qualité Blu-Ray Pure y a été installée.

Après l’opération réalisée avec l’artiste rock emblématique M ce printemps qui invitait sur chacun de ses live un guitariste à venir jouer sur scène avec lui, la marque Black XS nous offre cette exposition en provenance de Londres et de NewYork jusqu’au 12 janvier. Une exposition gratuite qui met en scène 76 oeuvres des grands photographes de l’époque, Jean-marie Périer, le photographe des années yéyé, Bob Gruen et Michael Putland et illustre avec une certaine nostalgie (prédominance des clichés noir et blanc) les 50 ans de carrière de ce groupe fascinant, des premiers pas sur scène avec Brian Jones aux tournées des grands stades en passant par les descentes d’avion. En association avec Universal Music and Brands, la marque Black XS étoffe son brand content auprès d’un très large public et fortifie son image rock. Sur place, la présence de la marque est très discrète et les articles vendus sont des tee-shirts et sacs Rolling Stones.

Affiche de l'exposition sur les 50 ans des Rolling Stones
Affiche de l’exposition sur les 50 ans des Rolling Stones

Qu’est-ce que le brand content ? C’est le contenu de marque qu’elle parraine, édite, finance, fabrique de manière à asseoir son territoire, à le légitimer et à communiquer ses valeurs. L’objectif est de créer de la notoriété, d’obtenir l’engagement et l’adhésion du consommateur. En matière de parfum, produit le plus émotionnel de la beauté, le brand content s’appuie en premier lieu sur des contenus créatifs. Il existe une grande émulation dans la création de films publicitaires confiés à de grands artistes (Guerlain la légende de Shalimar réalisée par Bruno Aveillan et la petite robe noire) ou dans le remontage d’images mythiques (Chanel N°5 avec Marilyn et Eau Sauvage avec les extraits du film la Piscine, Romy Schneider et Alain Delon).

Pour exprimer l’essence olfactive en dehors de l’expérience en parfumerie, les marques de parfums rivalisent d’ingéniosité et développent d’autres moyens visuels, sonores, tactiles, événementiels. Au-delà des partenariats avec les musiciens (Black XS et M, L’élixir de Nina Ricci avec la reprise d’un titre de Blondie), d’exposition dédié au produit (N°5 de Chanel au Palais de Tokyo ou Miss Dior au Grand Palais), Yves Saint Laurent a créé des blogs autour de son parfum la Parisienne, Womanity de Mugler a été jusqu’à créer des dispositifs participatifs.

Expo Miss Dior au Grand Palais
Expo Miss Dior au Grand Palais

 

 

Info pratiques Exposition gratuite – Galerie Nikki Diana Marquardt du mardi au dimanche de 11H à 19H jusqu’au 12 janvier, 10 rue de Turenne, métro Saint Paul

A découvrir aussi l’interview parfum : le fondateur d’Atelier Cologne

Expo Alaïa : l’extension au Musée d’art moderne, un choc émotionnel

 

Expo Alaïa côté Musée d'Art Moderne
Expo Alaïa côté Musée d’Art Moderne

Saviez-vous que l’exposition Alaïa qui fait la réouverture du Palais Galliéra propose une extension au Musée d’art moderne de la ville de Paris, juste en face. Et ce, dans la salle Matisse. Une infime sélection de modèles y est exposée devant les oeuvres de Matisse, une alchimie râre qui souligne le talent d’Alaïa et sa mise en valeur du corps féminin, une véritable ode à la féminité.
Quant à l’exposition côté Musée Galliéra, c’est une multitude de modèles issus de la collection privée de M. Alaîa, qu’il entrepose dans ses immenses locaux dans le Marais, d’anciens entrepôts du BHV. C’est une démonstration flagrante de sa capacité à façonner le cuir ou le tissus, à le sculpter et à le ré-inventer pour mettre en avant de nouvelles lignes graphiques qui épousent ou sculptent le corps selon les modèles. Ce qui m’a également marquée, c’est son fil conducteur qui traverse chaque collection et chaque décennie pour imprimer sa patte sur l’ensemble de la mode. Pour les amoureux de la mode ou du corps féminin, cette exposition est un incontournable.

 

Robe Alaïa devant La danse achevée de Matisse
Robes Alaïa devant La danse achevée de Matisse, robe spécialement créées pour cette salle

Mon conseil aux lectrices de ce blog: Surtout, prenez le temps de traverser l’avenue pour voir la salle Matisse côté Art Moderne, vous serez bluffez ! La juxtaposition de ces silhouettes avec les oeuvres de Matisse, la danse achevée et la danse inachevée montre combien les créations d’Alaïa sont intemporelles. 

Alaïa au Musée Galliéra, 10 avenue du Président Wilson, 75016. Du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures, nocturne le jeudi. Jusqu’au 26 janvier 2014

Expo Roger Vivier : 170 objets du désir intemporels et fascinants

dessin optimisé

Au Palais de Tokyo se tient une exposition consacrée à Roger Vivier jusqu’au 18 novembre. 170 modèles de 1934 à nos jours y sont exposés dans des vitrines comme des bijoux de musée. Tout comme ces derniers, ils sont intemporels et on se prête volontiers à rêver d’avoir des pieds suffisamment menus pour les arborer. Tous sont des hommages à la féminité, mêlant habilement plumes, cuirs précieux ou tissus brodés exceptionnels. Cette rétrospective nous fait voyager dans différents continents, notamment l’Afrique, différentes époques, dans des lieux magiques, ceux des fêtes extraordinaires de la première moitié du XX° siècle, sur des tapis rouges foulés par des actrices emblématiques (Marlène Dietrich, Elizabeth Taylor, Jeanne Moreau, Brigitte Bardot, Catherine Deneuve et Cate Blanchett. Sculpteur de formation, Roger Vivier a inventé des merveilles en termes de lignes et de talons.

chaussures à boucle

Un grand merci à Sophie et à notre éminent guide du Palais Galliéra pour cette visite privée, leurs anecdotes savoureuses et  leur enthousiasme communicatif.