Remonter le temps : chronique Miss Beauty mode grand-mère

remonter le temps

Voulez-vous remonter le temps sans machine et sans lifting ?
Il vous suffit de devenir grand-mère. Car croyez-moi, ce qui vous attend est tout bonnement incroyable. C’est le passé qui va resurgir dans votre présent à tout instant.
Une fois le temps de la stupéfaction digéré :  » Mon bébé vient d’avoir un bébé ! »
Cette petite personne tout neuve qui déboule dans votre vie va vous faire éprouver des sensations que vous pensiez enfouies à jamais …
Car en voyant votre mine attendrie, émerveillée et bouleversée votre enfant devenu maman ou papa, aura tôt fait d’en profiter pour vous confier le susnommé BÉBÉ !
C’est alors que le voyage dans le temps… commencera :
Revoilà les courtes nuits et les nombreux biberons, bien dosés, bien secoués et sans grumeaux s’il vous plaît… À vous les rototos, les gros dodos avec le baby phone en bandoulière… surtout ne pas oublier de changer les piles du baby phone !
Le matin avec le cheveux en bataille et la mine défaite, le bébé dans un bras, un café dans l’autre main, le dos douloureux, si douloureux …
Bonjour le doux parfum des couches qui débordent, les lessives qui se multiplient pleines de bodys, grenouillères et gigoteuses …
Les chansons gnangnans que vous chanterez et re chanterez et re re chanterez de bon coeur… Bref TOUT, je vous dis, TOUT recommencera comme avant !
Et vous vous surprendrez à constater que votre mari n’a pas beaucoup changé non plus ! Lui aussi il est comme avant :  » Mais chérie, avec moi il pleure, tu sais si bien t’y prendre toi… » un voyage dans le temps vous dis-je !

Babette Koenig

Parce qu’elle croque nos envies et nos états d’âme avec finesse, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pleins d’esprit. Cette chronique dédiée au changement de statut de mère à grand-mère est tellement juste ! Remonter le temps et gagner une génération…
Ne manquez pas de lire sa précédente chronique sur l’Art . Et de visiter son site pour découvrir ses nombreux talents.

Art de vivre, tout un art !

art de vivre Fiac

En ces temps troublés , nous avons tous besoin de réconfort.
Et bien voyez-vous, l’art peut sans aucun doute nous aider.
Selon certaines études, contempler un tableau, une sculpture ou toute oeuvre d’art agirait favorablement sur notre santé. Mais oui je vous l’assure, l’art est une mine de bienfaits…

Sur la silhouette :
Si vous voulez avoir les cuisses fuselées et les mollets bien galbés, chaussez vos baskets et rendez-vous au Louvre. Car pour admirer les 35 000 oeuvres, vous devrez parcourir au moins 14,5 kilomètres et monter 10 000 marches. Ce qui fait bien rire La Joconde Si, si, elle rit…intérieurement !

Sur la sociabilité :
Vous voulez développer votre réseau de connaissances ? Essayer cette méthode : asseyez-vous devant un grand, très grand tableau, de préférence abstrait et attendez…en très peu de temps qu’il n’en faut pour comprendre ce que vous avez devant les yeux, quelqu’un viendra s’asseoir à vos côtés et ne manquera pas d’engager la conversation pour partager avec vous ses impressions.

Sur les relations familiales :
Vous voulez éloigner un instant vos enfant ou votre compagnon des écrans ?
Une petite balade à Beaubourg et hop ! L’avantage de ce musée c’est l’Esplanade. Aves les Nanas colorées de Nicki De Saint Phalle qui projettent de l’eau et les cracheurs de feu, il y a de quoi passer une journée sans s’ennuyer loin des réseaux sociaux et autres tic toc si addictifs. Et si le soleil est de la partie, la bonne mine est garantie !

Sur l’alimentation :
Les buffets des vernissages peuvent être sources de découvertes gustatives étonnantes.
Verrines aux ingrédients mystérieux, bouchées exotiques et petits fours atypiques sont souvent l’assurance d’une exposition réussie. Et si vous n’aimez pas l’artiste, au moins vous n’aurez pas tout perdu…

Sur l’épanouissement personnel :
Vous avez toujours rêvé d’être une artiste ? Il n’est jamais trop tard.
Peinture, sculpture, poterie, chant, danse… Tout est possible et votre ville regorge sans aucun doute de petits ateliers et cours sympathiques pour vous lancer. Réveillez la flamme créatrice qui sommeille en vous. Et peu importe le résultat, l’important c’est de créer.

Sur notre humeur :
Voici quelques réflexions glanées ça et là dans dans des manifestations artistiques du dernier chic :
« J’adoooore les expositions ! Ça me donne l’occasion de porter mes tenues les plus extravagantes ! »
«  Je ne sais pas si j’aime, je ne sais pas si je déteste. Mais je sais que c’est très Instagram ! »
«  Si c’est moins de 100 000, c’est louche, j’achète pas »

Comme vous le voyez, l’art a toutes les vertus, il stimule notre corps, notre cerveau et rompt notre solitude.
Regardez comme les gens aiment sortir pour vivre ensemble une expérience artistique, au cinéma, au concert, au musée. Le goût de partager des moments de grâce, d’esprit et de talent est encore bien vivace et il faut y veiller.
Et faire l’effort de ressortir après une journée de travail est déjà une petite victoire sur soi-même et sur ce quotidien qui parfois nous pèse.

Alors oui ! Vive l’art sous toutes ses formes qui nous donne la forme !

Babette KOENIG

Parce qu’elle croque nos envies et nos états d’âme avec finesse, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pleins d’esprit.  Cette chronique dédiée à notre envie d’art tombe à point nommé à la veille de l’ouverture de la FIAC. Du 21 au 24 octobre, les œuvres contemporaines seront exposées dans plusieurs lieux emblématiques et prestigieux de Paris dont le Grand Palais éphémère sis dans le Champ de Mars. Le public pourra ainsi retrouver, dans le cadre de la FIAC Hors les Murs, plus d’une vingtaine de sculptures, d’installations et de créations au Jardin des Tuileries, une œuvre monumentale par Alexandre Calder intitulée Flying Dragon Place Vendôme. Plus de détail sur le site de la FIAC.
Ne manquez pas de lire sa précédente chronique
Rentrée nostalgie . Et de visiter son site pour découvrir ses nombreux talents.

Rentrée 2021 version nostalgie – chronique Miss Beauty

rentree 2021

Rentrée nostalgie 2021

L’été est passé comme un rêve. Encore bronzée mais déjà happée par le quotidien on se demande bien ce qu’il va nous rester de nos vacances tant espérées après une année si stressante ! Jusqu’au dernier moment, on a douté … Pourrait-on partir ? Et nous voilà déjà revenus ! La nostalgie des vacances nous guette. Le souvenir des journées alanguies, contemplatives et sans but, hantent nos pensées. Les grasses matinées et les petits déjeuners jusqu’à 11h sont de coupables regrets. Notre joli panier pour faire le marché au village est remisé au fond du placard. Quant aux siestes, elles se sont transformées en micro somnolence derrière nos écrans.
OUI, tous ces moments de bien-être, de lâcher prise, de connexion avec l’essentiel sont déjà loin. Alors comment faire pour prolonger à la rentrée les bienfaits de l’été ?
Il y a les fidèles du régime détox : cure de vitamine C avec carotte sous toutes ses formes ! Mais oui c’est possible, (velouté, gratin et carrot cake) mais pas très varié niveau goût ! Là c’est votre estomac qui va pâlir à vue d’oeil !
Il y a les acharnées du muscle : Activités de plein air pour garder la forme et le rythme. On court au bois, on nage à la piscine, on pédale à tout va… Alors bravo d’avance à celles qui tiendront la cadence toute l’année !
Il y a les adeptes de la force mentale : Attitude positive, rien n’est grave, tout va pour le mieux ! Facile à dire quand on est dans le métro bondé ou coincé dans les embouteillages. À part peut-être pour le dalaï-lama, la méditation en zone tendue et polluée n’est pas chose facile …
Et puis il y a les aficionados du réconfort collectif : les retrouvailles avec les amis, en terrasse ou dans un joli restaurant, les sorties au cinéma entre copines, le shopping-grignotage du samedi. Sauf qu’entre celles qui ont le pass sanitaire et celles qui VONT BIENTÔT L’AVOIR… pas facile de prévoir des activités groupées !
Allons, soyons honnêtes ! Quelque soit la formule choisie, rien ne nous rendra nos vacances. On était au top, encore plus belle que d’habitude, on ne pensait plus à rien, c’était bien trop court et on a eu envie de pleurer avant de rentrer…. Et oui, tout le monde pense la même chose, qu’est-ce que vous croyez ? Et ne comptez pas sur les informations pour vous remonter le moral ! Vous savez, cette mauvaise habitude prise pendant l’année de regarder les infos en continu ? Celles-là mêmes qui ne nous distillent QUE des mauvaises nouvelles : Réchauffement climatique, nouvelles taxes et grèves à venir sur fond de chaos mondial. On dirait vraiment qu’ils prennent un malin plaisir à nous plomber notre humeur du matin au soir !
Alors je ne vois qu’une solution pour arranger notre problème : REPARTIR ! Mais ouiii ! Bientôt la Toussaint et si on se faisait un petit raccord bronzage ? Alors ce soir sous la couette, seule ou en bonne compagnie, laissez-vous aller à programmer votre prochain voyage, loin des soucis du quotidien… Alors oui, vive la rentrée quand c’est bientôt les vacances !

Babette KOENIG

Parce qu’elle croque nos envies et nos états d’âme avec finesse, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pleins d’esprit.  Et des conseils très avisés pour cette rentrée 2021. Ne manquez pas de lire l’une de ses précédentes chroniques La vraie vie, c’est reparti. Et de visiter son site pour découvrir ses nombreux talents.

Carpe diem : enfin libres ! Les conseils de Miss Beauty

carpe diem miss beauty

Carpe diem : Enfin libres ! Comme il est doux d’imaginer juillet et août, enfin libérés de nos masques !

Alors que nous avons eu bien du mal à nous habituer à le porter, il est difficile maintenant de l’enlever. De se débarrasser de cette appréhension : En avons-nous vraiment fini avec la pandémie ? Peut-être pas, mais il ne faut pas bouder son plaisir, l’été est là et il est urgent de vivre !

Car s’il y a bien une leçon qu’il faut tirer de cette terrible période, c’est qu’il faut savoir apprécier l’instant présent. Carpe Diem ! Prendre ce qui est bon et pour une fois, oui c’est permis : cultiver la légèreté. 

Le simple plaisir de marcher dans la nature, de regarder le ciel et les nuages. Nager, courir, s’alanguir sur le sable ou dans un jardin. Contempler, écouter et enfin respirer cet été que nous avons tant espéré. Et le soir venu, lever les yeux vers la nuit étoilée toujours plus belle en été.

Oh oui, comme il va être bon de se glisser dans cet été tant désiré et retrouver toutes ces petites habitudes estivales que nous adorons :

Lire les journaux régionaux avec un petit café sous les platanes. Ils nous ravissent avec leurs nouvelles locales qui rapportent les exploits du dernier tournoi de pétanque ou de la plus grosse prise de sardines. 

L’été, les infos changent de priorité. La plus importante c’est bien sûr la météo et le temps qu’il fera demain, le calendrier des marées et celui de la lune pour jardiner …L’heure à laquelle on pourra aller se faire bronzer ou partir en mer pour pêcher la crevette, planter ses tomates et inviter des amis à un barbecue sur la terrasse, c’est le retour à l’essentiel !

C’est aussi le moment de goûter le temps qui passe où les heures s’étirent délicieusement. Lire enfin tous ces livres empilés tout au long de l’année sur notre table de nuit. Mais choisissez bien ceux que vous emporterez car biographies ou romans, ils donneront le ton à vos pensées et tinterons vos rêves lors de la sieste. Dans votre valise, prenez baskets et jolies sandales et glissez-y vos maillots préférés à fleurs ou à petits pois comme il vous plaira… Et attention ! N’oubliez pas d’achetez la crème qui sublimera votre peau tout en la protégeant des assauts ardents du soleil (comme on dit dans les notices). Vous en avez déjà plein vos tiroirs ? 

Halte-là malheureuse ! Ne savez-vous pas qu’un tube entamé devient vite périmé dès qu’on ne l’utilise plus ? Il faut donc acheter une nouvelle crème solaire chaque année !  Maintenant que vous savez, pas de bêtise car votre peau pourrait se venger et cette belle couleur hâlée virer au rouge …Pas top, surtout avec votre robe dos nu qui vous fait une silhouette de sirène !

Alors jetez-moi tous ces vieux pots et armée de votre tube tout neuf, ne boudez pas le grand air, les balades estivales, les virées en mer pour revenir avec une bonne mine qui vous donnera une pêche d’enfer pour une rentrée en beauté.

Bonnes vacances et vive la liberté !

Babette Koenig

Parce qu’elle croque nos envies et nos états d’âme avec finesse, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pleins d’esprit.  Et des conseils très avisés. Notamment sur Carpe diem, mais aussi sur l’usage de la crème solaire. À changer chaque année car les filtres solaires se périment vite. De plus, la formule déphase en moins d’un an, le gras se désolidarisant des autres matières premières. L’avantage, c’est que vous pouvez essayer de nouvelles galéniques comme l’eau de protection solaire chez Vichy dotée d’un SPF élevé : 30 ou 50 pour une protection solaire efficace ! Ne manquez pas de lire sa précédente chronique La vraie vie, c’est reparti.

La vraie vie : C’est reparti !

vraie vie déconfinement

C’est reparti ! Les petits noirs du matin avec le journal, les « déjeuners avec salade composée … Non pas de dessert… C’est quoi le dessert du jour ? Alors un café gourmand, les portions sont toutes petites ! » Les repas d’affaires, les lunchs entre filles, les dîners en amoureux … Dehors, au bistrot du coin.
Les verres de rouge, les verres de blanc, les smoothies, les jus qui donnent bonne mine, les expressos avec le petit carré de chocolat. « Et avec un verre d’eau s’il vous plaît! »
Les conversations qui s’éternisent, les serveurs débordés qui font de l’humour…ou pas.
Tout le monde est heureux, joyeux, léger… On a tellement à rattraper, à se dire, à partager… Jolies robes qui volent au vent, costumes légers bleu azur, on se fait beaux car, oui, c’est la fête. On célèbre tout ce qui nous a tant manqué : la vraie vie et cet art de vivre qui finalement nous lie bien plus qu’on ne l’imaginait.
Les marronniers sont en fleurs, les pigeons roucoulent « revoilà les miettes ! » On se faufile entre les tables qui débordent sur tous les trottoirs, on est bien…enfin.
Et c’est presque comme avant, presque… On le sait tous, on y pense. Un peu pour certains, beaucoup pour d’autres.
Notre chère vie d’avant est fragile et il faut faire attention. Rien n’est encore complètement acquis. Oui, oui, on le sait bien !
Mais, là, en ce beau mois de juin, celui de la liberté retrouvée, de la convivialité chèrement reconquise, on n’a pas envie d’y penser n’est-ce pas ? Sur les terrasses en bois, nous nous attardons jusqu’à ce que le soleil disparaisse à l’horizon. D’ailleurs, attention aux coups de soleil, aux marques de bronzage disgracieux, genre cycliste, ça tape dur au mois de juin ! N’oubliez pas votre crème protectrice qui en plus sent bon et annonce l’été à venir : La plage, les grands espaces, les repas sous les pommiers.
Nous allons nous retrouver en familles, avec des amis et juillet- août aura cette une saveur toute particulière.
Croyons en nous, en notre force de vie et ensemble parions sur la réussite de cet été tant espéré.

Babette Koenig

Parce qu’elle croque nos envies et nos états d’âme avec finesse, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pleins d’esprit.  Beaucoup d’entre nous se retrouveront sûrement dans cette envie de déconfinement et de retour à la vraie vie, vie en extérieur avec nombre d’amis. D’ailleurs Monoprix vient de lancer une nouvelle campagne célébrant le retour à la vraie vie pour les citadins.

vie en ville pub monop


Vous pourriez également aimer l’une des précédentes chroniques d’humeur de Babette Koenig intitulée Do It Yourself

Oui Mai, le retour à la vie sociale – chronique illustrée de Miss Beauty

vie sociale

Alors ça y’est ? On peut enfin respirer ? Sortir ?
Ah mais je ne suis pas prête du tooouuut !
Et oui, il va falloir mettre le paquet pour avoir l’air de quelque chose quand la vie sociale va reprendre !
Pour ça, une seule solution : LE GRAND JEU, LA TOTALE.
Voici mes conseils avant de retourner dans le grand bain de la vie …presque normale :

OPÉRATION DESINTOX
Fini la poularde à la crème, fini la petite tranche de saucisson (juste une ! Oui c’est ça, on connait la chanson…), fini le chocolat, fini les petits gâteaux devant la télé, fini le plateau repas en jogging…Mais c’est du chinois ! Oui, et bien le chinois, c’est gras et c’est sucré ! Canard laqué et compagnie. Non, on ne me la fait pas à moi…
Et bien TOUT ÇA C’EST FINI ! À partir d’aujourd’hui c’est bouillon, légumes vapeur et poisson sans sauce Nantua. (On en regretterait presque le confinement quand on pouvait grignoter sans culpabilité.)

OBJECTIF FERMETÉ
ALLEZ, on enfile son body stretch qui chauffe quand on bouge. Hop ! hop ! Et on ne le quitte plus. Sous les pantalons, les robes les jupes. En faisant les courses, en passant l’aspirateur, en déclarant les impôts, bref :
This body is perfect pour que le votre le redevienne bientôt !

PROGRAMME NETTOYAGE
Un bon
nettoyage de printemps de notre peau
s’impose aussi. Terne, grise et déprimée, elle a besoin de retrouver ses couleurs avant de recevoir les rayons ardents du soleil de la plage.
Séquence rêve : Le sable chaud, le bruit des vagues qui berce nos songes…xxxsss xxxsss (chant des cigales), cette douce musique qui rime avec farniente et chaleur. J’ARRÊTE LÀ JE VAIS FINIR PAR PLEURER !!
Bon, où en étais-je ? Ah oui, la peau ! Alors il va falloir, gommer, hydrater, me préparer tout ça. Et pas qu’un peu hein ? C’est du sérieux. Notre peau est chagrin, notre peau a soif de petits soins, de crèmes soyeuses et réparatrices.

INTERVENTION COUP DE FOUET
Une bonne coupe de cheveux qui donne la patate. Vous allez me raccourcir, m’effiler tout ça. Et pourquoi pas donner un petit ton balayage d’été avant l’heure ? On ne se refuse rien, on y va, on y court chez notre coiffeur si essentiel à notre humeur !
Petit air garçonne ou belles boucles sensuelles on se prépare pour être la plus belle !

Bon vous l’avez compris, pour réussir votre retour à la vie sociale, il va falloir vous y mettre sérieusement ! Personnellement, c’est pas gagné … Allez je commence demain… après-demain… lundi c’est promis!

Babette Koenig

Parce qu’elle croque nos envies et nos états d’âme avec finesse, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pleins d’esprit.  Beaucoup d’entre nous se retrouveront sûrement dans cette envie de déconfinement et de retour à la vie sociale.
Des illustrations et des chroniques d’humeur signées par Babette Koenig styliste-illustratrice.
Vous pourriez également aimer l’une de ses précédentes chroniques intitulée Do It Yourself

Pandémie: en avril, ne perdez pas le fil

pandemie essentiel

Attention attention attention ! 1 an de projets contrariés, 1 an de voyages reportés, 1 an sur pause.

Un jour, bientôt j’espère, il faudra reprendre le cours normal de nos vies. Mais sûrement pas là où on les a arrêtées. Non, il faudra nous réinventer. 

Rattraper ce temps suspendu. Raccommoder là où il y a des trous, des manques, des accrocs. Retisser les liens avec nos proches, nos amis. Apprendre à faire à nouveau confiance à l’autre, renouer avec nos habitudes d’avant la pandémie sans arrière-pensée ni appréhension.

Mais comment retrouver tous ces petits gestes spontanés du quotidien, ces rencontres fortuites entre voisins, au coin de la rue. Ces dîners, week-ends, soirées. Tous ces petits moments de convivialité et d’échanges qui font le sel de nos journées ?

Oui, je sais bien qu’on n’y est pas encore. Qu’à nouveau, nous devons vivre à minima, en sourdine et sagement chacun chez soi. Qu’à nouveau les commerces non essentiels de notre quartier ont baissé le rideau et que c’est le coeur bien lourd que nous passons devant.

Mais un jour, oui un jour, il faudra bien reconnecter nos vies et cette fois je ne parle pas de virtuel ! Recommencer à se projeter, prévoir, faire des plans. Nous seront sûrement tous un peu rouillés, timides, hésitants …

Mais la mémoire est notre plus grande alliée et elle a gardé le souvenir des moments heureux d’autrefois. Cherchez bien, ils sont là, bien au chaud dans un coin de notre tête et de notre coeur :

Les petits cafés du matin sur le zinc du bistrot, juste avant le bureau. Les dîners « petits plats dans les grands ou bonne franquette ». Les joyeuses et bruyantes tablées pleines d’oncles, de tantes et de cousins. Les départs en vacances avec trop de valises, sans oublier le chat qu’il faut caser… Oui, rappelons-nous toutes ces sensations, les bruits, les rires, les disputes de 5 mn, « mais c’est toi qui as pris les clés ! Non c’est toi ! Bref tous ces petits riens qui nous manquent tant.

Alors quand nous nous endormons le soir, après une journée sans collègues, sans amis ni autres membres de notre famille, fermons les yeux et souvenons-nous…

Et c’est alors plein d’espoir et de confiance en l’avenir que nous serons bientôt prêts, à reprendre le fil de notre vie.

Babette Koenig

Pour mettre du sourire dans la monotonie ambiante, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pour croquer notre vie.  Beaucoup d’entre nous se retrouveront sûrement dans cette envie de nous projeter dans le monde d’après.. après la pandémie ! Et retrouver ces commerces et services si essentiels comme la réparation d’une montre. Difficile pour moi de vivre sans… Alors pourquoi les grandes maisons de luxe n’ont-elles pas adoptées le clik-and-collect ? (Cf Chaumet…grrrr !)
Des illustrations et des chroniques d’humeur signées par Babette Koenig styliste-illustratrice.
Vous pourriez également aimer l’une de ses précédentes chroniques intitulée Do It Yourself

Do It Yourself: la création ou fabrication maison s’envole

Do It Yourself

Mais c’est quoi cette nouvelle tendance à vouloir tout faire soi-même ? Depuis que nous sommes confinés, restreints dans nos déplacements et que nos heures au-dehors sont comptées, un nombre grandissant de personnes se sont découverts des vocations de : décorateurs, bricoleurs, tricoteuses, céramistes, cuisiniers, pâtissiers etc… Pourquoi pas …

Mais le web est envahi de tutoriels sur tout et beaucoup de n’importe quoi avec des professeurs improvisés qui gagnent beaucoup d’argent à nous apprendre tout un tas de choses que connaissaient nos grands-mères qui n’avaient pas eu la chance de naître à l’ère numérique.

Je sais bien que le temps parfois vous semble long. Que vous ne pouvez décemment pas relire tout Balzac et passer vos week-ends à re-ranger vos placards par couleur. Mais quand même !

Nous voilà revenus au temps des travaux pratiques en maternelle. Séances que pour ma part je redoutais particulièrement. Je suis sûre que vous vous souvenez …

Que ce soit pour fêter maman : HOP ! Un joli collier en pâtes crues,  ou papa : VLAN ! Un beau vide poches en coquille Saint Jacques …Chouette ! Non mais franchement ! Déjà qu’il faut se contenter d’aller à la supérette pour avoir une vie sociale, on va pas en plus devenir des « Zezette épouse X ?

(Dans le film du Splendide « le père Noël est une ordure » Zézette recycle les coquilles d’huître pour en faire des cendriers).

L’autre soir, je tombe sur un reportage à propos d’une jeune femme qui fait fortune sur les réseaux sociaux en vous apprenant comment transformer des rouleaux de papier toilette ou d’essuie-tout en flamant rose et autre cache-pot absolument MAGNIFIQUE ! Ben non, c’est nul en fait, je dirais même plus, c’est niais. ET C’EST LÀ QUE JE DIS STOP !

Laissons aux plus petits le privilège des choses moches mais pleines d’amour. Gardons-leur l’exclusivité d’un imaginaire débridé pour des « objets » qui de toute façon iront un jour à la poubelle ou au fin fond d’un placard. Moi, en ces temps de disette culturelle, je milite pour le beau et le bien fait. Le durable et le savoir faire des artistes, artisans, designers. Quand nous n’aurons plus, ni musées, ni théâtres, ni spectacles et bien il nous restera encore la possibilité de regarder de beaux objets. Comme ce joli vase aux teintes aquatiques réalisé à Biot par des souffleurs de verre aux gestes ancestraux. Ou bien ces magnifiques tapis patiemment tissés de fils multicolores dans les montagnes de l’Atlas. Et nous voyagerons par la pensée, nous remémorant les lieux, les petites boutiques des ruelles pittoresques où nous les avons achetés et cela nous fera du bien.

Sinon, je vous prédis un Noël 2021 100 % Do It Yourself . Mais, je vous aurais prévenus, cette fois il vous sera impossible de revendre sur internet le joli cadre photo en bouchons de bouteille plastique…

Tenez bon, tenez beau et soutenez les artistes, ils en ont bien besoin en ce moment !

Babette Koenig

Pour mettre du sourire dans la monotonie ambiante, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pour croquer notre vie.  Beaucoup d’entre nous se retrouveront sûrement dans ce coup de gueule empreint d’humour contre le Do It Yourself et la défense d’une noble cause – les artistes… Des illustrations et des chroniques d’humeur signées par Babette Koenig styliste-illustratrice.
Vous pourriez également aimer l’une de ses précédentes chroniques intitulée Bal masqué.

Traverser et rêver sous couvre feu

traverser couvre feu

Comme vous l’avez remarqué notre périmètre d’exploration et de flânerie s’est particulièrement rétréci. Fini les grandes traversées shopping, restos, boutiques, nichés dans des ruelles pittoresques de quartiers éloignés de chez nous. Quant aux visites chez des amis de l’autre rive, alors là c’est pure folie ! D’abord il faudrait prendre soit le métro, pas très aéré…le bus, jamais à l’heure et souvent bondé, le vélo…vous êtes quand même lucide quant aux limites de vos capacités sportives. Et je ne parle même pas de la voiture ! On ne sait plus par où passer depuis que les sens des rues ont changé, remplacées par des pistes cyclables. Vous avez repéré de jolis boutons nacrés qui feraient tellement bien sur votre chemisier ? Ceux-là mêmes qui sont vendus dans une petite mercerie du côté des Batignolles, alors que vous habitez près de la Seine, niveau Trocadéro ? Soyez lucide, renoncez-y !

Et pour rajouter un peu de piment à la situation, il y a le couvre feu !

Bref, sortir de son arrondissement devient très compliqué, voire impossible. Evidemment vous allez me rétorquer qu’il y a le shopping par internet !

Mais moi je vous parle d’emplettes en chair et en os, de contact réel avec la marchandise, bref, d’échanges humains ! Désormais chacun d’entre nous se retrouve à vivre dans son quartier comme dans une forteresse. Le terme de villages à Paris n’a jamais été aussi vrai. Chacun chez soi, dedans comme dehors. Et quand d’aventure on franchit cette frontière invisible qui nous sépare d’un autre coin de la capitale, c’est avec un compte à rebours dans la tête: Il faut que je sois rentrée avant 18 h ! Nos envies comme nos besoins se rétrécissent à mesure que se réduit notre horizon physique. Tels des ascètes, nous nous contentons de ce que nous trouvons autour de chez nous. D’invisibles murailles se sont dressées dans nos têtes et nous nous claquemurons derrière. Attention le repli sur soi nous guette !

Alors, aérons, ouvrons grandes nos fenêtres et tels des pigeons devenus voyageurs, portons nos esprits vers des horizons lointains. En un mot : RÊVONS ! Oui rêvons que tout cela aura bien une fin et qu’à nouveau nous partirons à la rencontre les uns des autres, sans à priori et sans méfiance. Préservons notre part d’humanité !

Babette Koenig

Pour mettre un peu de sourire dans ces temps de couvre feu, j’ai le plaisir d’accueillir sur mon blog les chroniques illustrées « Miss Beauty », des traits d’humeur pour croquer notre vie.  Beaucoup d’entre nous se retrouveront sûrement dans ce rétrécissement de notre univers amplifié par le froid. Et cette distanciation sociale qui nous pèsent… Des illustrations et des chroniques d’humeur signées par Babette Koenig styliste-illustratrice.
Vous pourriez également aimer l’une de ses précédentes chroniques intitulée Bal masqué.

Le blues du rouge à lèvres

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler maquillage…Ce qui finalement est plutôt normal dans un blog sur la beauté.

rouge a levres

Voici janvier et nous en sommes toujours aux règles de la distanciation sociale et des gestes barrières et surtout le port du masque quasiment huit heures par jour… Pour rester belle, pour se sentir encore civilisée, nous déployons tous nos efforts. Eye-liner pour les yeux, vernis pour nos doigts, brushing stylé et….Et puis c’est tout ! Car on nous a privé de notre atout de charme : notre sourire ! 

Fini les jolis rouge à lèvres. Les bruns, les chauds, les gourmands, les brillants pulpeux, les nudes romantiques et le fameux rouge baiser !

Et oui ! À quoi bon maquiller nos lèvres ? D’abord cela tacherait notre masque et de toute façon personne n’en profiterait… La chute des ventes de bâtons doit être vertigineuse et la courbe des crayons à yeux et ombres à paupières, proportionnellement ascensionnelle ! Pour compenser, on en viendrait presque à mettre des faux-cils à la Betty Boop

Car vous l’avez constaté, tout passe désormais par le regard

C’est notre seul moyen d’expression, notre atout charme, l’ambassadeur de nos pensées. Alors on met le paquet et on sort nos meilleures armes : À nous les ombres à paupières bleu céleste, vert délicat ou noir charbonneux. Pour dire ce que nous pensons, voulons ou désirons, nous n’avons plus que nos yeux . 

Écarquillés ou au contraires à demi fermés, nous inventons une nouvelle manière de nous parler. Cocteau disait que les yeux sont le miroir de l’âme, c’est encore plus vrai aujourd’hui. Notre regard dit beaucoup ce que nous pensons. Nos paroles ne peuvent plus masquer nos pensées, elles ne peuvent plus transformer nos sentiments qui s’expriment plus directement par le regard. 

Chacun d’entre nous doit plonger dans celui de l’autre pour le comprendre et deviner ce qu’il veut dire. Depuis qu’on nous a coupé pour ainsi dire la parole, nous inventons au fil des mois, une façon plus expressive de communiquer entre nous. Car, vous l’aurez remarqué, il n’est pas aisé de faire de longues phrases avec un masque. Concepts complexes, explications laborieuses et descriptions minutieuses ne sont plus à l’ordre du jour. Nos lunettes se couvrent de buée et au bout de 3 minutes de conversation … on manque de souffle.

Place aux non dits, aux regards complices ou réprobateurs (non votre masque ne se porte pas sous le nez !) Et ce qui est amusant c’est qu’on se comprend très bien !

Je propose donc que pour inaugurer 2021, nous fassions le compte des aspects positifs consécutifs à notre mésaventure collective. Et bien en voilà un : nous avons élargi notre mode d’expression pour un langage universel, celui des yeux qui n’a nul besoin de traduction. 

Amis terriens, pour nous souhaiter le meilleur à venir quand nous nous croiserons, je vous propose de cligner tout simplement deux fois des yeux et tout sera dit, tout sera sous-entendu, pas besoin de longues phrases : on reste soudé et on s’en sortira !

Bonne année

Babette Koenig

La Covid 19 et ses nouveaux variants viennent bouleverser nos façons de communiquer, de séduire avec ou sans rouge à lèvres et surtout de nous projeter. C’est en ce sens que mon amie Babette Koenig, styliste-illustratrice, nous concocte ces chroniques pleines d’humour et d’optimism. Comme le monde d’après
Quant
à la référence Rouge Baiser, l’ironie du sort est dans l’illustration masquée de Gruau, le contre-pied d’aujourd’hui. Ce rouge à lèvres a traversé les années et son design drapé évoque les tenues des stars d’Hollywood, qui l’avaient adopté.