Camille Cottin, égérie drole et indépendante pour Chanel en vidéo

Pour les fêtes, Chanel rompt avec son ton conforme au luxe et crée une vidéo drole avec Camille Cottin, La « Connasse » et actrice de la série 10 pour cent. Cette pépite teintée d’humour est spécialement dédiée aux réseaux sociaux Facebook et Instagram pour séduire jeunes et moins jeunes. Pour le première fois, la marque au double C s’essaye à l’humour, et exploite l’art de la répartie de sa nouvelle égérie.

chanel drole

Dans ces deux courts-métrages plutôt drôles, la maison de luxe Chanel met en lumière sa montre iconique, la J12. Des courts-métrages confiés à Éloïse Lang qui a déjà tourné par deux fois avec Camlle Cottin. Elle filme merveilleusement Paris en respectant les codes du luxe en termes de lumière, de plans en noir et blanc. Intitulés Suis-moi, l’accent est mis sur l’esprit de la femme Chanel incarnée par la comédienne Camille Cottin : libre, indépendante, féministe. Une nouvelle version de la parisienne, drole, dynamique, légèrement impertinente. En harmonie avec les valeurs des followers des réseaux sociaux que sont Instagram et Facebook (et plus récemment Linkedin où elle est également diffusée). Bref, pour cette première tentative mâtinée d’humour, la griffe de luxe se lance, mais avec nombre de précautions. Elle respecte les codes de la campagne publicitaire ultra graphique qui a fait le succès de la J12 et a été exploitée durant une dizaine d’années. Un exploit dans le monde de la publicité (décryptage dans ce post du blog).

Pour cette montre désormais intemporelle (elle fut lancée en 2000), la communication est opportunément twistée d’humour pour séduire, « performer » sur les réseaux sociaux (plus de 300 000 vues chacun). Le Graal : en mettant moins à distance que d’habitude, elle doit provoquer de l’engagement. En jouant sur la connivence, elle peut s’installer dans l’esprit de la cible comme une montre d’aujourd’hui et de demain. Pour un achat immédiat ou futur.
Mon court-métrage préféré, celui qui m’a fait le plus sourire, le plus drole, prend place sur le pont Louis Philippe qui relie la rive droite à l’île Saint Louis. Ses dialogues et son pitch sont plus inventifs, il réserve davantage de surprise. Il compte d’ailleurs plus de commentaires. C’est aussi un clin d’oeil contemporain à la mobilité parisienne… avec sa trottinette électrique.


Le second se situe au cinéma mythique d’art et d’essai, le Champo, sis dans le Quartier Latin. Quant à la bande-son, elle est signée Clara Luciani. les paroles du morceau La Grenade font sens par rapport aux images et à l’esprit du personnage :
Hé toi
Qu’est-ce que tu regardes?
T’as jamais vu une femme qui se bat
Suis-moi
Dans la ville blafarde…


Et vous, pensez-vous que le luxe doive manier l’humour avec précaution ou doit-il oser ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.