Avis appli Yuka : aide éclairée ou dictature alimentaire ?

L’application Yuka s’est imposée parmi les Millennials pour les achats alimentaires, voici les différents avis appli collectés dans l’étude ethnographique réalisée par le cabinet Unknowns. Instructifs, ces avis d’utilisateurs illustrent les motifs et la façon dont leur comportement d’achat a évolué dans le domaine alimentaire depuis qu’ils utilisent l’appli Yuka. Alors, dictature ou émancipation ?

appli alimentaire info

Le mobile et les applis comme Yuka font évoluer nos habitudes d’achat

Depuis ces dernières années, le parcours d’achat des consommateurs que nous sommes a fortement évolué sous l’impulsion du mobile et du digital. Notamment dans nos courses alimentaires ou nos achats cosmétiques. Les scandales alimentaires, la quête de transparence et d’information poussent l’éclosion de ces applis qui décryptent les produits. Nous intégrons les avis de nos pairs comme les avis appli de type Yuka ou Clean beauty ou Que Choisir (QuelCosmetic) élaborés à l’aide d’experts et d’algorithme. Lancée en 2016, l’appli Yuka est populaire, elle compte d’ores et déjà  plus de 9 millions d’utilisateurs. Elle joue déjà dans la cour des grandes applis comme Uber, Spotify, Linkedin, Deliveroo ou Tinder. Deux études réalisées par Ogury et Unknowns viennent éclairer l’usage, les avis appli et les différents profils des personnes qui l’ont téléchargée. Yuka est ainsi peu utilisée au quotidien (2%), un peu plus mensuellement (29%). Essentiellement le samedi, jour des courses et jour où nous sommes moins pressés.

plaisir alimentaire

Parmi les utilisateurs de Yuka, on distingue différents profils.

Les pédagogues qui veulent éduquer leurs enfants à une conscience alimentaire. Les bons élèves sont assidus, ils l’utilisent régulièrement et découvrent grâce à Yuka que certaines marques distributeurs peuvent proposer de meilleurs produits sur le plan de la santé que des marques renommées. Les abandonnistes qui l’ont téléchargée mais ne l’utilisent plus car ils refusent l’injonction, la dictature. Ils veulent continuer à s’autoriser des écarts pour conserver certains produits qui leur font plaisir. Ils n’aiment qu’on leur fasse la morale et refusent finalement l’orthodoxie alimentaire. Enfin, les observateurs s’émancipent, ils utilisent Yuka mais ne suivent pas toutes les consignes. Ainsi, certains parents préfèrent lâcher sur plusieurs produits pour contenter leurs enfants plutôt que de déclencher de fortes tensions au sein de la famille.

avis appli yuka

Mon avis appli Yuka

L’appli Yuka est simple d’utilisation, il suffit de scanner le code barre pour décrypter le produit alimentaire. L’évaluation par couleur – vert quand c’est bon, orange quand c’est moyen et rouge quand c’est mauvais pour la santé – est compréhensible par tous, y compris les enfants. Elle rentre ensuite dans le détail de la composition pour souligner les additifs et les ingrédients controversés. Les produits sont mieux notés s’ils ont un label bio. Elle éduque ainsi le consommateur et l’informe ainsi des risques qu’il prend avec des produits à forte teneur en sel ou en sucre. Fréquemment mise à jour, elle pointe les nouveaux ingrédients controversés, ceux suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, par exemple. De plus, elle met sur un pied d’égalité les marques historiques et les marques distributeurs. Et on est pas à l’abri de surprise…Les idées reçues peuvent être malmenées.

De son côté, Que Choisir lancera à la fin de l’année une application dédiée à l’alimentaire valorisant le Nutri-score (tendance décodée dans ce post du blog). Et reprendra donc les même couleurs : vert, orange et rouge. Enfin , si vous êtes intéressé par la transparence sur les cosmétiques, vous pourriez lire cet article sur le décodage de la liste des ingrédients ou inci ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.