[Art abstrait] Hans Hartung ou 60 ans de peinture exposés au Musée d’Art Moderne

Pour sa réouverture, le Musée d’Art Moderne de Paris expose une rétrospective magistrale du peintre Hans Hartung, pionnier de l’art abstrait. « La fabrique du geste », sous la houlette du commissaire Odile Burluraux, est une vaste exposition de trois cents oeuvres. Principalement des peintures de moyen et de grand formats, des photographies et des documents présentés dans un parcours thématique et chronologique retraçant les 60 ans de carrière de l’artiste.

art abstrait 1949

Hans Hartung – 1949

Soif de liberté pour Hans Hartung, pionnier de l’art abstrait

Il s’agit là de la première exposition majeure consacrée à Hans Hartung, un peintre abstrait d’origine allemande qui a vécu en France, depuis sa dernière grande rétrospective dans un musée français en 1969. Cette exposition transmet la soif de liberté et de création de cet artiste qui a traversé le XXème siècle (1904 -1989). Il a connu la montée du fascisme en Allemagne, la précarité de l’après-guerre en France, sans pour autant jamais cesser de peindre.

L’expo donne à voir la richesse des innovations techniques et l’évolution des outils utilisés pour ces oeuvres qui incarnent une modernité sans compromis, un art abstrait et conceptuel.  Le fil rouge de l’oeuvre artistique de Hans Hartung est l’utilisation du noir sur fond coloré, du geste calligraphique et de formes géométriques. Il déploiera de nombreuses techniques pour peindre malgré son handicap. En effet, il s’est engagé dans la Légion Étrangère pendant la seconde guerre mondiale. Blessé, il fut amputé d’une jambe et eut alors des difficultés à peindre de grands formats. Il recourt à la pratique du report et de la mise au carreau de certains pastels avec un agrandissement ultérieur sur toile. Après les années 60, il expérimente différents moyens de pulvérisation : l’aspirateur, l’aérosol, la tyrolienne, la sulfateuse à vigne, le pistolet à air comprimé. Ces instruments amplifient le geste et lui permettent plus de liberté pour renouveler son oeuvre prolifique.

Hartung 1937

Hans Hartung 1937

Maître de l’art abstrait du XXè siècle, Hans Hartung explore le noir et les couleurs fortes, la ligne et les formes

L’évolution de sa palette de couleurs reflète son état émotionnel et les courants de l’art tout comme les difficultés qu’il rencontre. Ainsi, les oeuvres de ses premières années donnent à voir des couleurs fluides, des fusains et des sanguines sur papier empreints de l’expressionnisme allemand et du cubisme. En 1937, une série de têtes inspirées de Guernica de Picasso incarne l’effroi de l’artiste face à la violence et à l’angoisse de tout perdre.

Hans Hartung acrylique

Hans Hartung – acrylique 1962

Dans les années 60, la gamme colorée se restreint à des tons froids et crus : le bleu, le vert turquoise clair, le jaune citron, le brun foncé presque noir. Il devient alors l’une des figures de l’abstraction lyrique. La décennie suivante,  l’influence du Pop-Art et du psychédélisme se traduit par des couleurs contrastées, vives, primaires sur fond noir.

abstraction Hans Hartung

Hans Hartung 1973

En France comme en Allemagne, son art abstrait est reconnu depuis la fin de la guerre. Il est présenté comme le chef de file d’une peinture gestuelle et émotionnelle. Ainsi, il confiait : « Il s’agit d’un état émotionnel qui me pousse à tracer, à créer certaines formes, afin d’essayer de transmettre et de provoquer une émotion semblable ».

expo Hans Hartung

dernieres toiles Hartung

Hans Hartung au Musée d’Art Moderne de Paris. La fabrique du geste.
Du 11 octobre 2019 au 1er mars 2020; Du mardi au dimanche de 10h à 18h. Nocturne jusqu’à 22h le jeudi. Plus d’info sur le site du musée www.mam.paris.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.